Bourse > Cac 40 > Cac 40 : Le cac 40 devrait progresser de 10% d'ici fin 2011
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 267.33 -0.08 % Temps réel Euronext Paris
5 267.66Ouverture : 5 287.85+ Haut : 5 265.36+ Bas :
-0.01 %Perf Ouverture : 5 271.70Clôture veille : 4 379 300 KVolume :

Cac 40 : Le cac 40 devrait progresser de 10% d'ici fin 2011

Le cac 40 devrait progresser de 10% d'ici fin 2011Le cac 40 devrait progresser de 10% d'ici fin 2011

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Blaise Robinson

PARIS (Reuters) - L'indice CAC 40 devrait progresser d'environ 10% d'ici la fin de l'année par rapport à son niveau actuel, les valorisations des entreprises étant attrayantes et leur liquidité élevée alors que leurs bénéfices se sont rapprochés en 2010 de leur niveau record, selon une enquête Reuters publiée jeudi.

Le sondage trimestriel mené auprès de 36 analystes et gérants de fonds sur la semaine écoulée montre que l'indice phare de la place parisienne devrait atteindre 4.290 points d'ici fin décembre 2011, contre 3.913,73 points enregistrés jeudi à la clôture, et 4.200 points visés lors de la précédente enquête Reuters.

Le nouveau sondage montre que le CAC 40 devrait croître de 2,2% d'ici fin juin, à 4.000 points, après avoir gagné 2,86% depuis le début de l'année. Cette tendance est bien meilleure que celle observée sur le marché des contrats à terme puisque les futures sur le CAC 40 à échéance juin se négociaient mercredi à 3.809 points.

"Les marchés européens devraient bénéficier cette année de la reprise de l'investissement des entreprises, ainsi que des fusions/acquisitions qui seront facilitées par les importantes liquidités dont disposent actuellement les sociétés", estime Philippe Lecoq, directeur adjoint, co-responsable de la gestion actions européennes chez Edmond de Rothschild AM.

UN RETOUR VERS LES PLUS BAS DE 2010 ENVISAGEABLE

"L'appréciation des marges pourrait s'avérer plus problématique en raison de l'inflation des coûts en général et des prix des matières premières en particulier", ajoute le gérant qui vise un CAC 40 à 4.300 points en fin d'année.

De nombreux risques demeurent en effet et pourraient peser sur l'évolution des marchés financiers, voire entraîner une possible correction, comme celle observée ce mois-ci après le séisme et le tsunami au Japon. Certains gérants jugent néanmoins excessif l'impact de la catastrophe japonaise sur les marchés financiers.

Parmi les risques probables, les investisseurs soulignent en particulier une résurgence du risque géopolitique en particulier au Moyen-Orient où certains craignent un embrasement de nouveaux pays arabes et le risque d'une propagation des tensions à l'Arabie Saoudite, même si, en la matière, le marché s'attend plutôt à une accalmie.

De nouveaux troubles entraîneraient une hausse des cours du pétrole et des matières premières, qui ne manquerait pas de peser sur les marges des entreprises, alors que le risque inflationniste n'est pas écarté et qu'une remontée prématurée des taux d'intérêt à court terme pourrait être mal interprétée.

Un autre point d'incertitude porte sur les déséquilibres budgétaires et l'endettement des pays développés, en Europe mais aussi aux Etats-Unis, qui pourraient peser sur la reprise de la consommation dans les pays développés.

Tous ces facteurs de risques constituent autant d'éléments susceptibles d'accroître l'aversion au risque mais aussi de maintenir la volatilité à un niveau élevé sur les marchés.

"Nous anticipons des pics de volatilité liés aux tensions sur les dettes souveraines, à la fin du quantitative easing 2, aux remontées des prix des matières premières, ainsi qu'aux risques géopolitiques et à la situation au Japon" prévient d'ailleurs Michael Aflalo, responsable de la gestion diversifiée benchmarkée de Natixis AM, avec une prévision de CAC à 4.400 points en fin d'année.

Un retour vers les plus bas enregistrés l'an dernier semble même envisageable au cours du deuxième trimestre, ajoute Arnaud Poutier, directeur général adjoint d'IG Markets France, qui envisage le CAC 40 à 3.700 points en fin d'année.

En matière de valorisation, le PE (rapport cours sur bénéfices attendus) des valeurs du CAC 40 est de 9,6, soit très en dessous de sa moyenne à 20 ans de 15,6, selon les calculs de Thomson Reuters.

"En dépit des risques géopolitiques et des catastrophes naturelles, le socle économique des marchés boursiers reste solide, notamment grâce à une croissance mondiale de 4% cette année et l'an prochain", assure cependant Marc Touati, directeur de la recherche chez Assya, plus optimiste que la moyenne avec une prévision de CAC 40 à 4.500 points à fin 2011.

Avec le bureau de Bangalore, édité par Matthieu Protard et Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...