Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 729.66 -0.69 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Le CAC 40 boucle une semaine de hausse, avant le grand creux estival

vendredi 7 août 2020 à 18h00
trading

(BFM Bourse) - Après une performance négative en juillet, la Bourse de Paris a rebondi de 2,21% au cours de la première semaine d'août. L'accélération de l'activité dans les principales économies décrite par les enquêtes PMI et le volontarisme de Wall Street face aux incertitudes ont tiré les marchés, avant le creux d'activité attendu pendant la principale période de congés.

Pénalisé en début de journée par une nouvelle offensive du Président des Etats-Unis envers les plusieurs sociétés phares de la nouvelle économie chinoise, le CAC 40 a tout de même profité de l'annonce, à 14h30, d'un nombre de créations de postes supérieurs aux attentes le mois dernier aux Etats-Unis (alors même que Wall Street reprenait son souffle). L'indice parisien a non seulement comblé ses pertes initiales, mais terminé à 4.889,52 points. Soit un léger gain de 0,09% sur la séance, qui porte le score hebdomadaire à +2,21%, consécutif au repli de 3,09% enregistré à l'échelle du mois précédent.

Le volume de transactions est tombé à 2,15 milliards d'euros échangés, et alors qu'on entre au cœur de l'une des périodes saisonnièrement les plus creuses de l'année, on imagine difficilement mieux au cours des prochaines séances.

Outre-Atlantique, après les records à faire tourner la tête des vedettes de la tech américaine (à titre d'illustration, le poids d'Apple en Bourse s'est accru en cinq séances d'un montant équivalent à la capitalisation totale de LVMH et de Total), l'heure était aux prises de bénéfices malgré les chiffres meilleurs qu'attendus -un peu spoilés par Donald Trump quand même- du marché de l'emploi américain. Hors secteur agricole, l'économie américaine a recréé en juillet 1,8 million d'emplois, là où les économistes attendaient 1,5 à 1,6 million en moyenne, et le taux de chômage est revenu à 10,2%.

Pas de quoi emballer les indices boursiers US au terme d'une semaine relativement chargée: au moment de la clôture parisienne, le Dow reculait de 0,24% et le Nasdaq de 0,2%, seul le S&P 500 parvenant à rester près de l'équilibre (-0,03%).

L'absence d'accord en vue entre Démocrates et Républicains pour un nouvel ensemble de mesures d'aides, alors que beaucoup de ménages seront privés aujourd'hui du soutien accordé à la suite de l'épidémie, incitait les investisseurs à la prudence, sans parler du regain de tensions avec la Chine. Le président des États-Unis a encore mis le feu aux poudres jeudi en signant un décret de nature à envenimer les relations avec la deuxième puissance économique de la planète. Sa décision interdit de fait, d'ici 45 jours, "toute transaction de personnes sous juridiction américaine" avec ByteDance, la maison-mère chinoise de TikTok. Une mesure du même ordre a été prise pour la plateforme WeChat, qui appartient au géant chinois Tencent. Ce dernier a d'ailleurs lourdement chuté à la Bourse de Hong Kong vendredi (-5%).

Ces annonces, qui ont nettement fait reculer les places asiatiques, "visent à endiguer la puissance émergente chinoise dans la tech' et à faire monter d'un cran la guerre froide que se livrent les deux pays", d'où la crainte des investisseurs vendredi, décrypte David Madden, analyste chez CMC Markets. Pékin a dénoncé en retour vendredi "une manipulation et une répression politiques" des Etats-Unis.

Peu d'actualités en revanche ce vendredi sur le front des valeurs à Paris. Airbus est passé d'un côté à l'autre du palmarès, terminant en tête du CAC 40 (+1,4%) alors que l'action avait initialement reculé au lendemain de l'annonce par l'avionneur d'un nombre d'annulations presque aussi important que celui de nouvelles commandes au cours des sept premiers mois de l'année, avec 302 annulations pour 369 avions commandés au 31 juillet. Toujours au sein du CAC, Danone (-1,8%) a subi la dégradation de recommandation Deutsche Bank d'acheter à conserver, avec un objectif nettement revu à la baisse, de 85 à 64 euros. Les autres changements d'objectifs ou d'avis du jour sont à retrouver ici.

Sur le reste de la cote, le producteur d'hydrocarbures Maurel & Prom a lâché 0,9% après avoir subi une lourde perte nette de 600 millions de dollars au premier semestre en raison de la chute des cours du brut, qui l'a aussi contraint à passer d'importantes dépréciations.

Altarea en revanche a grimpé de 5,7% après une progression de son bénéfice au premier semestre.

Sur le marché pétrolier, les cours repartaient à la baisse, l'escalade des tensions sino-américaines incitant les opérateurs à la prudence. Le baril de Brent lâchait 1,2% à 44,55 dollars et celui de WTI s'échangeait à 41,38 dollars, en baisse de 1,36% par rapport à la veille.

Enfin, le billet vert reprenait un peu de hauteur, en tentant de s'extirper d'un creux de plus de deux ans, ce qui valait à l'euro un repli de 0,75%, à 1,1788 dollar.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.80 % vs -4.86 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat