Bourse > Cac 40 > Cac 40 : Le CAC 40 au sommet sur les 3 600 points
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 117.66 -1.57 % Temps réel Euronext Paris
5 188.92Ouverture : 5 208.85+ Haut : 5 095.12+ Bas :
-1.37 %Perf Ouverture : 5 199.22Clôture veille : 4 289 600 KVolume :

Cac 40 : Le CAC 40 au sommet sur les 3 600 points

BourseBourse

(Tradingsat.com) - Les principaux indices boursiers étaient majoritairement en hausse jeudi à la clôture des marchés européens, soutenus par quelques données économiques encourageantes de part et d’autre de l’Atlantique malgré les commentaires prudents de la BCE sur la croissance de la zone euro.

"La faiblesse économique de la zone euro devrait se prolonger l'an prochain", a déclaré Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, après avoir maintenu le taux directeur à 0,75%, conformément aux attentes.

Selon l’institut d’émission, l’activité devrait se contracter cette année de l’ordre de 0,6% à 0,4%, contre un recul de 0,6% à 0,2% anticipé jusqu’à présent. Pour 2013, la zone euro connaîtra une évolution comprise entre -0,9% et +0,3% (-0,4% à +1,4% estimé en septembre).

Aux Etats-Unis, où la prudence régnait à la veille du rapport mensuel sur l’emploi malgré un certain optimisme autour des discussions budgétaires, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué plus que prévu, à 370 000, contre 378 000 attendu.

La Bourse de Paris a terminé en légère hausse, avec un CAC 40 à +0,3% au-dessus des 3 600 points, sur des sommets annuels. Il a touché en séance un pic à 3 621,45 points. La journée a été particulièrement mouvementée pour le secteur de l’énergie.

Le titre GDF Suez a en effet chuté de 11,3% à 15,3 euros. Le groupe électro-gazier qui sera confronté à une pression fiscale et réglementaire accrue, notamment en Belgique (centrales nucléaires) et en France (tarifs du gaz) et à une baisse de la demande en énergie, a prévenu que les années 2013 et 2014 seront difficiles.

EDF a quant à lui trébuché de 3%, alors que l’électricien a mis fin à sa collaboration avec l’Italien Enel dans le nucléaire.

A l’inverse, EADS s’est envolé de 8% au lendemain de l’annonce d’un profond changement de gouvernance qui s’accompagne d’un programme de rachat massif de 15% du capital, permettant d'atténuer l'impact des actions vendues sur le marché suite au désengagement partiel de ses deux actionnaires de référence, Daimler et Lagardère. Le groupe d’aérospatial et de défense a en outre bénéficié d’un large soutien des analystes, nombreux à relever leur recommandation sur le titre.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI