Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 552.34 +0.03 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : La Bourse de Paris tourne au ralenti en attendant la rencontre Xi-Trump

mardi 25 juin 2019 à 12h50
Le CAC patine encore, dans l'attente du G20

(BFM Bourse) - L'attention des investisseurs est se porte vers le G20 qui se tiendra à partir de vendredi à Osaka, avec en point d'orgue la rencontre entre les présidents américains et chinois. D'ici là, la prudence est de rigueur chez les opérateurs, attentifs par ailleurs aux tensions entre l'Iran et les États-Unis. Le CAC affiche un léger repli à la mi-séance.

La Bourse de Paris patine toujours mardi, la persistance des incertitudes sur le front commercial sino-américain et les tensions géopolitiques de plus en plus fortes entre les États-Unis et l'Iran limitant la prise de risque. Peu avant 12h30, le CAC affiche un léger recul de 0,16% à 5.512 points, après avoir bouclé les deux dernières séances sur des variations similaires (-0,13% vendredi puis -0,12% lundi) et dans un volume d'échanges toujours limité, inférieur à 800 millions d'euros.

Le regard des opérateurs est clairement déjà tourné vers le G20 qui aura lieu vendredi et samedi à Osaka (Japon), avec en point culminant la rencontre entre les chefs d'État chinois et américain, Xi Jinping et Donald Trump. Si les négociateurs des deux plus grandes puissances mondiales ont renoué le dialogue, lundi, après six semaines de gel des discussions, les dernières déclarations en provenance de Washington n'incitent pas vraiment les investisseurs à l'optimisme. De fait, un représentant de l'administration Trump a déclaré lundi que le locataire de la Maison Blanche considérait cet entretien avec son homologue comme "une chance de connaître la position de Pékin sur le conflit commercial". Le président américain a également annoncé qu'il était "à l'aise" avec toutes les issues possibles aux négociations qu'il mènera avec Xi Jinping.

Autre sujet de préoccupation des marchés, l'escalade des tensions géopolitiques entre l'Iran et... les États-Unis. Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré mardi que la décision des Etats-Unis d'imposer des sanctions au guide suprême de la révolution islamique et à d'autres hauts représentants de l'Iran "fermait définitivement le canal diplomatique" entre les deux pays. De leur côté, les États-Unis ont néanmoins assuré que la porte des négociations restait ouverte. Le dernier rebondissement sur ce dossier risque de ne pas non plus rassurer les investisseurs puisque c'est au tour de la Russie de s'en mêler, le secrétaire du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrouchev, ayant affirmé mardi que le drone américain abattu par l'Iran la semaine dernière l'avait été dans l'espace aérien iranien et non pas dans l'espace aérien international comme l'assure Washington.

Outre-Manche, le favori à la succession de Theresa May , Boris Johnson, a une nouvelle fois promis lundi soir que le Royame-Uni quitterait l'Union européenne au plus tard le 31 octobre prochain, avec ou sans accord. "Je fais la promesse que nous sortirons de l'UE à Halloween le 31 octobre", a déclaré l'ancien ministre des Affaires étrangères dans une interview accordée à la BBC. "Et pour faire comprendre à nos amis et nos partenaires à quel point nous sommes sérieux, nous devons enfin arrêter avec le défaitisme et la négativité qui nous ont plongés dans un nuage noir depuis si longtemps et nous préparer avec confiance et sérieux à une sortie sans accord", a-t-il ajouté.

Les investisseurs suivront également avec attention les interventions de plusieurs membres de la Réserve fédérale mardi, dont son président Jerome Powell, qui s'exprimera sur les perspectives économiques et la politique monétaire juste avant la clôture de la Bourse de Paris, à 17h.

L'OPA de Capgemini sur Altran reçoit un accueil favorable

Sur le front des valeurs, l'action Capgemini bondit de 7,3% euros tandis que celle d'Altran (+21,9% à 14 euros vers 12h45) s'aligne sur le prix de l'OPA annoncée à 14 euros par action pour créer un géant aux 17 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel. Si la hausse de la cible était attendue, le bond du titre de la première entreprise française de services du numérique prouve que le marché réagit favorablement à ce rapprochement entre les deux groupes technologiques.

Portée par l'annonce d'un gros accord de licence en Chine pour son candidat-médicament élafibranor, la biotech Genfit gagne 2%.

Pénalisé par un abaissement violent de la recommandation -et surtout de l'objectif- de Berenberg, le groupe de télécoms Iliad lâche 5,5% et signe la pire performance du SRD vers 12h45.

Enfin, Renault cède encore 1,1% alors que le patron de Nissan a difficilement entrouvert la porte aux discussions sur la structure de l'alliance avec Renault lors d'une assemblée générale d'actionnaires particulièrement tendue.

Sur le front pétrolier, le baril de Brent de mer du Nord recule de 0,6% à 64,40 dollars et celui du brut léger texan, WTI, perd 0,4% à 57,52 dollars. L'euro cède un peu de terrain face au billet vert (-0,1% à 1,1386 dollar) vers 12h50.

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+281.40 % vs +11.69 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat