Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
6 111.24 +0.90 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : À l'orée d'une semaine de tous les dangers, le CAC évolue en légère baisse

lundi 9 décembre 2019 à 12h42
Le CAC dans le rouge à l'orée d'une semaine chargée

(BFM Bourse) - En cette première séance d'une semaine qui sera marquée par les réunions de la BCE, de la Fed, des législatives en Grande-Bretagne, et de la date butoir pour l'instauration de nouvelles taxes américaines sur les produits chinois importés, la Bourse de Paris affiche un léger recul lundi à la mi-journée dans un marché quasiment déserté.

La Bourse de Paris a démarré dans le rouge une semaine qui s'annonce décisive sur le front commercial sino-américain, avec une ouverture en repli de 0,24%, avant de creuser légèrement ses pertes initiales pour afficher un recul de 0,35% à 5.851,17 points à 12h45, dans un volume d'échanges particulièrement restreint de moins de 500 millions d'euros. Cette ouverture "en légère baisse" avait été anticipée par les experts de Mirabaud Securities, qui anticipent une "semaine de tous les dangers" avec coup sur coup la réunion de la Fed (mercredi), de la BCE (jeudi), les élections législatives en Grande-Bretagne (jeudi) et la date butoir pour la mise en place de nouvelles taxes douanières sur des produits importés chinois (samedi). "Attachez vos ceintures !" prévient Mirabaud.

"La semaine qui nous attend devrait dicter la tendance de cette fin d'année", ajoute Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque, dans sa note matinale. L'attention des opérateurs sera d'abord tournée vers la guerre commerciale qui occupe les marchés depuis près de deux ans avec une possible nouvelle salve de taxes imposées par Washington sur plus 150 milliards de dollars d'importations chinoises le 15 décembre.

Parmi les biens visés, figurent notamment les téléphones portables ou encore les vêtements de sport. En guise de motif d'espoir pour les marchés, le geste de bonne volonté affiché par Pékin en fin de semaine dernière, la Chine ayant indiqué qu'elle exempterait de taxes du porc et du soja venant des Etats-Unis. De son côté le conseiller économique de Trump, Larry Kudlow, a (encore) indiqué vendredi qu'un accord était "toujours proche".

Sur le front monétaire, si aucune décision majeure n'est attendue pour les dernières réunions annuelles des principales institutions, "ce type d’événements cristallise toujours les attentes" rappelle Christopher Dembik. D'autant que la réunion de décembre est l'occasion, pour la Fed et la BCE, de faire le point sur leur politique monétaire.

Côté indicateurs, l'Allemagne a enregistré un excédent commercial en hausse, à 20,6 milliards d'euros en octobre, en raison d'une augmentation sur un mois des exportations (+1,2%), plutôt une bonne surprise pour une économie en difficulté depuis quelques mois. La Banque de France a pour sa part confirmé sa prévision de tassement de la croissance au quatrième trimestre à 0,2% du fait d'un ralentissement de l'activité dans le bâtiment et l'industrie en novembre.

Une acquisition à 2,5 milliards de dollars pour Sanofi

Peu d'actualités du côté des valeurs si ce n'est -et ce n'est pas anodin- l'acquisition par le groupe pharmaceutique français Sanofi de la biotech américaine Synthorx pour 2,5 milliards de dollars (2,26 milliards d'euros) en numéraire, une opération qui lui permet de se conforter dans l'immuno-oncologie. Le titre de la quatrième capitalisation tricolore (derrière LVMH, l'Oréal et Total) cède 0,5% peu après 13h.

Dans l'autre sens, l'action Gensight Biologics bondit (+16,5%), sa thérapie génique ayant reçu une autorisation temporaire d'utilisation au centre hospitalier national d'ophtalmologie des Quinze-Vingts à Paris. De bon augure avant le dépôt d'une autorisation de mise sur le marché définitive en 2020.

Enfin, Air France - KLM recule à la marge (-0,1%) après avoir pourtant annoncé un nombre de passagers en hausse de 1,3% en novembre, par rapport à la même période l'an dernier, avec notamment une hausse sur le long-courrier.

Après avoir respectivement pris 3,1% et 7,3% la semaine dernière, bien aidés par la décision des pays membres de l'Opep+ de restreindre encore leur production, les barils de Brent et de WTI rétrocèdent une partie de ses gains lundi à la mi-journée. À 13h10, le baril de Brent européen lâche 1,04% à 63,72 dollars et celui de WTI texan recule de 1,10% à 58,55 dollars.

Dans le même temps, la monnaie unique s'apprécie (+0,12%) face au billet vert à 1,1075.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+296.80 % vs +22.94 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat