Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AIRBUS GROUP

AIR - NL0000235190 SRD PEA PEA-PME
116.540 € +1.44 % Temps réel Euronext Paris

Airbus group : Fin de l'A380, bénéfice qui a bondi en 2018... Airbus s'envole en Bourse

jeudi 14 février 2019 à 10h40
Tom Enders (au centre) passera le relais à Guillaume Faury (à gauche) en avril

(BFM Bourse) - Airbus a atteint ses objectifs 2018 et même nettement dépassé le consensus avec un bénéfice net de l'avionneur bondissant de 29% à plus de 3 milliards d'euros. Malgré l'annonce de l'arrêt de son programme de très gros porteur, le groupe anticipe une nouvelle hausse de son résultat d'exploitation en 2019.

L'action Airbus progresse de 5,3% à 109,9 euros peu après l'ouverture des échanges jeudi sur le marché parisien, ce qui ramène le titre à son plus haut depuis fin août 2018. Cette nouvelle avancée porte le rebond de ce dernier à près de 30% depuis le début de l'année. Si celui-ci était notamment porté par des chiffres de livraisons rassurants publiés par le leader européen de l'aéronautique et de l'espace début janvier, il doit son décollage, ce jour, aux solides résultats dévoilés jeudi avant Bourse.

Un quatrième trimestre record

Airbus a annoncé avoir enregistré un Ebit (résultat avant intérêts et impôts) ajusté de 3,096 milliards sur les trois derniers mois de 2018, en hausse de 56% sur un an consécutif à une accélération du rythme de livraisons d'appareils en fin d'année, pour rattraper le retard pris sur les neuf premiers mois. De son côté, le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 11% à 23,3 milliards au quatrième trimestre. Ces chiffres sont largement supérieurs aux prévisions des analystes qui, selon le consensus réalisé par Reuters, anticipaient un Ebit ajusté de 2,292 milliards d'euros assorti d'un chiffre d'affaires de 22,372 milliards d'euros. Le consensus des analystes interrogés par Airbus (2,36 milliards d'Ebit ajusté et des revenus à 22,8 milliards), à peine plus optimiste que celui de Reuters, est également largement battu.

Sur l'année, le géant de l'aéronautique atteint ses objectifs avec un bénéfice net en hausse de 29% à un peu plus de 3 milliards d'euros. Le chiffre d'affaires annuel consolidé a lui progressé de 8% à 63,7 milliards d'euros en 2018 tandis que les nouvelles prises de commandes ont totalisé 55,5 milliards d'euros l'année dernière, portant la valeur du carnet de commandes consolidé à 460 milliards d'euros au 31 décembre 2018 selon la norme comptable IFRS 15 désormais appliquée par l'avionneur.

Tom Enders, le président exécutif du groupe qui présentait les résultats en compagnie de son directeur financier Harald Wilhelm et, pour la première fois, de son successeur désigné Guillaume Faury -qui dirige actuellement la branche aviation commerciale d'Airbus et auquel l'actuel patron passera la main en avril prochain- s'est félicité de cette dernière publication en tant qu'homme fort de l'avionneur européen. "Même si 2018 fut une année de défis, nous avons respecté nos engagements, avec un niveau record de rentabilité grâce à une excellente performance opérationnelle, en particulier au quatrième trimestre" s'est-il réjoui, cité dans le communiqué. Selon Tom Enders, Airbus se trouve désormais "sur une solide trajectoire de croissance et les activités Helicopters et Defence and Space sont également en bon ordre de marche, alors que la nouvelle équipe de direction s'apprête à prendre le relais".

Arrêt du programme A480

Celui qui est encore à la tête d'Airbus pour les deux prochains mois a, parallèlement à ces résultats convaincants, regretté de "devoir réduire la production de l'A380" au vu de la demande trop faible de la part des compagnies aériennes. Et le groupe d'annoncer la fin de la production du gros porteur, douze ans après sa mise en service en 2007, dont les livraisons cesseront en 2021 après la décision de la compagnie Emirates de réduire ses commandes de 39 A380 (remplacés par 40 A330neo et 30 A350). "La conséquence de cette décision est que notre carnet de commandes n'est plus suffisant pour nous permettre de maintenir la production de l'A380", a constaté le président exécutif, Tom Enders, dans un communiqué. "Cela mettra un terme aux livraisons d'A380 en 2021". Au total, le vaisseau amiral de l'avionneur européen a été commandé à 321 exemplaires, et 232 sont en service actuellement, selon le site internet d'Airbus. Ce dernier a annoncé que la fin de la production de l'A380 allait financièrement se traduire par "un impact négatif de 463 millions d'euros sur l'Ebit", son bénéfice opérationnel.

Nouvelle provision sur l'A400M

L'autre mauvaise nouvelle de cette publication provient du programme militaire d'Airbus, l'A400M, pour lequel le groupe a été contraint de passer une nouvelle provision de 436 millions d'euros. "S'agissant de l'A400M, nous sommes parvenus à remettre à plat le programme avec nos clients gouvernementaux et les ratifications nationales devraient être finalisées au cours des prochains mois. En outre, nous avons significativement réduit les risques du programme A400M en 2018", a néanmoins souligné Tom Enders. Si seulement 17 exemplaires de cet avion de transport militaire ont été livrés en 2018, contre 19 en 2017, Airbus indique que les activités de rétrofit (modernisation d'équipements existants) progressent conformément au calendrier convenu avec les Etats clients.

Airbus, qui a déjà passé plusieurs provisions au cours des dernières années sur ce programme (1,3 milliard en 2017 et 2,2 milliards en 2016) ayant enregistré d'importants surcoûts et retards, prévient que "des risques demeurent, notamment en ce qui concerne le développement des capacités techniques, la sécurisation de commandes suffisantes à l'export dans les temps, la fiabilité opérationnelle des avions, et tout particulièrement des moteurs, et la réduction des coûts conformément au nouveau référentiel".

Objectifs ambitieux pour 2019

Airbus table sur 880 à 890 livraisons d'appareils en 2019 avec une hausse de 15% de son résultat d'exploitation (Ebit ajusté) ainsi qu'un flux de trésorerie (avant fusions-acquisitions et financement des clients) de 4 milliards d'euros. À noter que l'objectif de livraisons d'appareils commerciaux d'Airbus est très légèrement en-deçà de celui de son éternel concurrent américain, Boeing anticipant des livraisons comprises entre 895 et 905 appareils sur l'année en cours.

Guillaume Faury a conclu la présentation sur une note très optimiste en disant "voir un très fort potentiel d'amélioration de la rentabilité et du free cash-flow d'Airbus", en écho à la note publiée par Goldman Sachs lundi dans laquelle le broker estimait que l'avionneur européen allait voir sa rentabilité bondir dans les années à venir. Pour ce faire, Tom Enders a indiqué que "compte tenu des 7.600 avions que compte notre carnet de commandes, nous entendons accélérer notre montée en cadence".

Le conseil d'administration d'Airbus proposera lors de l'Assemblée générale annuelle (le 17 avril prochain) le versement d'un dividende 2018 de 1,65 euro par action (1,50 euro par action au titre de 2017). Une proposition qui "souligne la robustesse des résultats de l'année 2018", indique le groupe aéronautique.

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AIRBUS GROUP en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+287.90 % vs +6.95 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat