Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AB SCIENCE

AB - FR0010557264 SRD PEA PEA-PME
7.230 € -6.71 % Temps réel Euronext Paris

Ab science : AB Science au sommet depuis plus de 2 ans après des résultats dans la sclérose en plaque

vendredi 21 février 2020 à 11h10
AB Science au sommet depuis plus de 2 ans après des résultats dans la sclérose en plaque

(BFM Bourse) - Pour la biotech française, les résultats d'une étude sur le masitinib dans la sclérose en plaque confirment la pertinence du mécanisme d'action novateur de cette molécule, après les données déjà obtenues dans la sclérose latérale amyotrophique, ou maladie de Charcot.

Le bon dosage pour AB Science. Le titre de la société de biotechnologie décolle de 25% vendredi vers 10,30 à 10 euros pile, un seuil symbolique que le cours n'avait plus atteint depuis janvier 2018, au lendemain de la publication de résultats de phase 2b/3 sur sa molécule phare masitinib dans une forme particulièrement grave de sclérose en plaque, une maladie neurodégénérative malheureusement fréquente (environ 80.000 patients en France, soit plus d'une personne sur 1.000, et 2,5 millions de patients dans le monde).

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie du système nerveux central, où la gaine (myéline) protégeant les fibres nerveuses reliant les neurones entre eux, appelées axones, est attaquée par les propres lymphocytes du patient, ce qui provoque notamment des troubles moteurs, de la sensibilité ou de l'équilibre. Dans la majorité des cas, elle se manifeste sous une forme dite récurrente/rémittente, caractérisée par des poussées d'intensité et de durée variables, disparaissant complètement ou en partie grâce à une remyélisation des axones. Dans un second stade, dit progressif, où les rémissions sont moins marquées et où le handicap s'installe de plus en plus (dans la moitié des cas, une difficulté majeure pour la marche est présente vingt ans après le début de la maladie).

Dans une étude intitulée AB07002, AB Science a testé deux dosages de sa molécule chez des patients atteintes de SEP progressive primaire (cas le plus grave car sans phase de rémission notable dès le départ) et de SEP secondairement progressive non-active.

Pour le premier dosage, à 4,5 milligrammes par kilogramme et par jour, 200 patients ont reçu le masitinib et 101 un placebo, et la molécule s'est montrée plus efficace que le placebo en termes de variation de l'échelle EDSS (Expanded Disability Status Scale, l'outil le plus répandu pour juger l'évolution du handicap) entre la 12e et la 96e semaine de traitement. De plus, indique AB Science, le masitinib a significativement ralenti la progression de la maladie, mesurée par la durée pour atteindre un score EDSS de 7 (qui correspond à un handicap suffisamment grave pour que le patient soit contrainte de se déplacer avec un fauteuil roulant). À ce stade, la biotech n'a toutefois pas divulgué la teneur chiffrée des données obtenues, précisant qu'elle compte les présenter "lors d'un prochain congrès scientifique" et lors d'une prochaine conférence web avec les principaux leaders d'opinion de la spécialité.

Cependant, la firme indique aussi qu'aucune amélioration significative n'a été observée sur le dosage de 6 milligrammes par kilogramme de poids et par jour par rapport au placebo. 310 patients ont reçu cette dose plus élevée (ajustée à la hausse après un démarrage à 4,5 milligrammes) contre 107 autres sous placebo.

Le principal investigateur de l'étude, le professeur Patrick Vermersch du département de neurologie à l'Université de Lille, a jugé que "les résultats de cette étude constituent une avancée scientifique majeure dans la mesure où c’est la première fois que cette nouvelle stratégie de ciblage du système immunitaire inné, via les mastocytes et la microglie [la cible biologique du masitinib, NDLR], a significativement ralenti la progression du handicap clinique dans les formes progressives de sclérose en plaques".

De même, le président du comité scientifique d'AB Science, le professeur Olivier Hermine, a estimé que ces résultats apportaient une nouvelle validation du mécanisme d’action du masitinib dans les maladies neurodégénératives. En effet, la biotech a déjà produit des résultats positifs dans la sclérose latérale amyotrophique (SLA). "Ces deux études démontrent à présent clairement que le ciblage du système immunitaire inné via les macrophages/la microglie et les mastocytes, qui correspond au mécanisme d’action du masitinib, semble être l’une des stratégies pertinentes dans le traitement des troubles dégénératifs", a-t-il déclaré. "Il s’agit d’une vraie innovation qui justifie les efforts à long terme d'AB Science pour développer le masitinib dans la SLA, les formes progressives de la sclérose en plaques et la maladie d’Alzheimer", a conclu le scientifique, cité dans le communiqué de l'entreprise.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AB SCIENCE en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+306.40 % vs -16.43 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat