Bourse > Societe generale > Societe generale : L'action sg sombre au plus bas depuis août... 1992
SOCIETE GENERALESOCIETE GENERALE GLE - FR0000130809GLE - FR0000130809
49.415 € +2.60 % Temps réel Euronext Paris
48.175 €Ouverture : +2.57 %Perf Ouverture : 49.540 €+ Haut : 48.160 €+ Bas :
48.165 €Clôture veille : 4 237 140Volume : +0.52 %Capi échangé : 39 913 M€Capi. :

Societe generale : L'action sg sombre au plus bas depuis août... 1992

L'action sg sombre au plus bas depuis août... 1992L'action sg sombre au plus bas depuis août... 1992

(Tradingsat.com) - Oddo a réitéré lundi matin son opinion "Alléger" sur Société Générale, après la publication ce matin par la banque d'un long communiqué dans lequel elle rappelle notamment que son exposition de 4,3 milliards d'euros aux pays GIIPE (Grèce, Irlande, Italie, Portugal, Espagne) est "limitée, en baisse et gérable".

Société Générale se montre aussi rassurante sur ses liquidités court terme en dollars notamment. Le groupe dit avoir géré activement la diminution par les fonds monétaires américains de l'apport de liquidité en dollars aux banques européennes.

Le groupe, qui va accélérer et adapter son plan de tranformation Ambition SG 2015 présenté en juin 2010 pour s'adapter au nouvel environnement économique assure que son ratio Core Tier One selon les critères de Bâle III sera bien supérieur à 9% en 2013, sans augmentation de capital.

Mais ces informations laissent - pour l'heure en tout cas - les investisseurs totalement indifférents. L'action Société Générale (-8,5% à 15,95 euros à 10h41 après avoir touché un plus bas depuis août 1992 à 15,22 euros) sombre à l'unisson de tout le secteur bancaire, emportée par les craintes quant aux répercussions d'une possible faillite de la Grèce.

Il y a urgence en effet pour la "troïka" - délégations du FMI, de la Banque centrale européenne (BCE) et de l'Union européenne - à prendre une décision dans la mesure où sans le versement de la prochaine tranche d'aide internationale, la Grèce sera à court de liquidité dès le mois prochain.

Or, l'hypothèse d'une faillite de la Grèce serait de moins en moins taboue. Selon les informations de l'hebdomadaire allemand Spiegel, le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, aurait d'ailleurs élaboré deux scénarios pour la Grèce, dont l'un consiste en la sortie du pays de la zone euro avec un retour à la drachme, son ancienne monnaie.

C'est dans ce contexte mouvementé que les trois principales banques françaises pourraient voir leur note rapidement abaissée par Moody's. L'agence, qui avait placé le 15 juin dernier les notes des trois établissements sous revue avec une perspective négative, soulignant l'importance de leurs expositions à la dette grecque, prendra sa décision jeudi vers 14 heures, croit savoir Le Figaro.

Moody's abaisserait ainsi d'un cran les notes de BNP Paribas et Crédit Agricole (notées actuellement "Aa2" et "Aa1" respectivement) et de deux crans celle de Société Générale ("Aa2").

Enfin, dans une tentative maladroite pour rassurer les marchés, le ministre français de l'Industrie, Eric Besson, a par ailleurs jugé lundi "totalement prématuré" l'hypothèse d'une nationalisation partielle des banques françaises...


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI