Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SCHNEIDER ELECTRIC

SU - FR0000121972 SRD PEA PEA-PME
140.480 € -0.45 % Temps réel Euronext Paris

Schneider electric : Schneider Electric va débourser 4,4 milliards d'euros pour prendre 100% du britannique Aveva

mercredi 21 septembre 2022 à 11h35
L'action Schneider réagit peu à ces annonces

(BFM Bourse) - Le groupe spécialisé dans les systèmes électriques a annoncé mercredi avoir présenté une offre à 31 livres par action pour acquérir les quelque 41% du capital qu’il ne possède pas encore. La transaction valorise Aveva à environ 9,5 milliards de livres sterling soit environ 10,8 milliards d’euros.

L’information avait été largement éventée et Schneider Electric l’officialise. Le groupe spécialisé dans les équipements et les infrastructures a annoncé mercredi matin avoir présenté une offre pour acquérir les quelques 41% du capital du groupe britannique Aveva, spécialiste des logiciels industriels, qu'il ne détient pas encore.

La chaîne britannique Sky News avait évoqué un prix de plus de 30 livres par action Aveva. Schneider Electric mettra un peu plus au pot, proposant finalement 31 livres par action, ce qui valorise 100% d’Aveva à 9,482 milliards de livres. Pour acquérir les 41% qui lui manque, Schneider Electric déboursera ainsi environ 3,9 milliards de livres sterling, a précisé sa directrice financière Hilary Maxson, lors d’une conférence téléphonique avec des analystes, soit environ 4,4 milliards d’euros.

Ce prix par action représente une prime de 17% par rapport au cours de clôture de l’action Aveva de mardi et de 41% par rapport à celui du 23 août, dernière séance avant que Schneider Electric sorte du bois et indique envisager une offre pour monter à 100% du capital d’Aveva, dont il est devenu actionnaire majoritaire en 2018.

"En complément, si un dividende intermédiaire d’une valeur maximum de 13 pence était annoncé par le Conseil d’administration d’Aveva, eu égard à la période d’activité d’une durée de six mois se terminant le 30 septembre 2022, celui-ci serait payé sans entrainer une réduction du prix d’offre proposé", a précisé Schneider Electric.

Selon une communication effectuée à la Bourse de Londres, les deux sociétés s’attendent à ce que l’opération soit finalisée au cours du premier trimestre 2023.

Un prix un peu léger

A la Bourse de Paris, l’action Schneider Electric réagit peu, le titre cédant 0,3% alors que le CAC 40 recule de 0,1%. En revanche, à la Bourse de Londres, l’action Aveva s’adjuge 2,4% à 31,2 livres, soit un cours supérieur au prix offert par Schneider Electric.

"Le prix proposé est juste mais un peu opportuniste, un prix de 33-35 livres par action aurait été plus convaincant", estime Nicholas Green, analyste chez Bernstein.

En prenant 100% d’Aveva, Schneider Electric entend "supprimer les barrières" dans sa coopération avec le groupe britannique, augmenter la "flexibilité opérationnelle" , améliorer la couverture des clients et renforcer la coopération en matière de R&D, a expliqué Jean-Pascal Tricoire, le PDG du groupe lors d’une conférence avec les analystes financiers.

L'acquisition à 100% "créera de la valeur pour nos clients en réunissant les données relatives à l'énergie et aux processus industriels, et en créant un ‘hub’ inégalé de données d'entreprise, complété d'une gamme de logiciels industriels spécialisés", a par ailleurs souligné Schneider Electric.

"Une logique industrielle claire"

En ce sens, la montée à 100% du capital doit aider Schneider Electric à atteindre ses objectifs de moyen terme, à savoir notamment une croissance organique moyenne annuelle de plus de 5% et une marge d’Ebita (résultat opérationnel retraité) de 20%. Cette décision doit du côté d’Aveva lui permettre de réaliser ses propres objectifs dont une croissance annuelle moyenne organique d’environ 10% entre l’exercice clos en mars 2021 et celui achevé en mars 2026 et accélérer sa migration vers l’informatique dématérialisé ("cloud").

" Nous voyons une logique industrielle claire derrière cette transaction. Nous pensons que toutes les entreprises du secteur des 'Capital Goods' [biens d'équipement, NDLR] ont besoin de logiciels industriels, et nous avons vu la propriété partielle de Schneider [sur Aveva, NDLR] comme une étape temporaire sur ce chemin, en fin de compte une question de "quand" et non de "si". En ce sens, nous voyons l'offre d'aujourd'hui comme un "rangement d'affaires inachevées". Du point de vue de la logique industrielle, nous aurions soutenu l'achat par Schneider de 100 % d'Aveva en 2018", explique Nicholas Green.

" Peut-être qu'à court terme, les investisseurs auraient préféré un rachat d'actions ou un dividende spécial en termes d'allocation de capital. Mais le rachat des actionnaires minoritaires permet à Schneider Electric d'accélérer l'intégration d'une importante société de logiciels comme Aveva, ce qui est clairement la bonne direction à prendre car cela accélérera également sa croissance. Cela aura un effet important au cours des 5 à 10 prochaines années ", développe l’analyste.

Julien Marion - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SCHNEIDER ELECTRIC en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application BFM Bourse


Par email

Votre avis
Portefeuille Trading
+315.80 % vs +35.63 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour