Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : Une semaine après le passage de l'ouragan Ida, la production de pétrole toujours à -80%

mardi 7 septembre 2021 à 11h03
L'ouragan Ida perturbe la production dans le sud des Etats-Unis

(BFM Bourse) - Revenus jeudi dernier à un sommet depuis le 4 août dernier en réaction à la paralysie prolongée des infrastructures pétrolières de Louisiane et du Golfe du Mexique, les cours pétroliers ont depuis légèrement reflué. Notamment sous l'effet de la baisse de prix accordée par Saudi Aramco à l'Asie.

Après avoir connu coup sur coup leur pire puis leur meilleure semaine de 2021 fin août, les cours pétroliers ont poursuivi leur rebond la semaine dernière, aidés par les perturbations du côté de l'offre dans le Golfe du Mexique, avant de se replier vendredi après la publication d'un rapport mensuel décevant sur l'emploi américain faisant craindre un ralentissement de la reprise économique.

Ce coup de mou inattendu sur le front de l'emploi, notamment imputé à l'accélération de la propagation du variant Delta du coronavirus, est venu s'ajouter à la décélération ces derniers jours du trafic passagers dans l'aviation commerciale aux Etats-Unis et a "rappelé au marché que nous avons toujours un problème de demande" selon John Kilduff, analyste chez Again Capital - ce qui s'est traduit par un reflux des cours vendredi.

Une production 80% en-dessous de la normale

Et ce mardi, au sortir d'un week-end prolongé de 3 jours en raison de la fête du Travail aux Etats-Unis, les opérateur se préoccupent de nouveau de la situation dans le sud des Etats-Unis, où la production pétrolière reste 80% en-deçà de la normale une semaine après le passage de l'ouragan Ida. Les compagnies pétrolières peinent de fait à relancer la production après les dégâts subis par les plateformes, tandis que de nombreuses raffineries restent pour l'heure à l'arrêt, alors que des pannes d'électricité touchent les installations de la région. La production reste ainsi pour l'heure amputée d'environ 1,5 million de barils par jour, soit de 84% selon le Bureau of Safety and Environmental Enforcement.

La veille, dans un marché peu animé en l'absence des investisseurs américains, les références mondiales de brut avaient fini en légère baisse "au moment où les perspectives de la demande sont en berne, notamment en Asie, poussant l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, à abaisser ses prix" souligne John Plassard. Saudi Aramaco a en effet annoncé une baisse d'au moins un dollar par baril pour tous ses types de brut à la vente pour ses clients asiatiques dimanche. "Les variants risquent de peser plus que prévu sur la remontée de la demande", prévient Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB.

L'Opep+ va réinjecter 400.000 barils par jour de plus

Réuni la semaine dernière à Vienne, l'Opep+ (soit les membres de l'Opep et leurs alliés parmi lesquels la Russie) a néanmoins décidé d'augmenter, comme prévu, sa production de 400.000 barils par jour le mois prochain, et d'en faire autant chaque mois jusqu'en janvier prochain, réitérant les objectifs énoncés en août.

Après avoir touché jeudi dernier un sommet depuis début août puis reflué vendredi en fin d'après-midi, et encore ce lundi, les cours du brut évoluent en ordre dispersé, certains investisseurs optant pour des achats à bon compte tandis que d'autres s'inquiètent toujours du ralentissement de la demande après la baisse des prix concédée par l'Arabie saoudite à ses clients asiatiques. Vers 10h40, le baril de Brent reprend ainsi 0,5% à 72,6 dollars quand celui de "light sweet crude" texan cède 0,3% supplémentaires à 69,1 dollars.

Quentin Soubranne - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.50 % vs +35.46 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat