Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ESSILORLUXOTTICA

EL - FR0000121667 SRD PEA PEA-PME
110.400 € -0.72 % Temps réel Euronext Paris

Essilorluxottica : Les deux camps au tour de table d'EssilorLuxottica enterrent la hache de guerre

lundi 13 mai 2019 à 11h25
Le titre EssilorLuxottica profite d'un accord pour éteindre le conflit de gouvernance

(BFM Bourse) - La querelle de gouvernance au sein du géant de l'optique trouve enfin une résolution. Les principaux protagonistes du conflit, Hubert Sagnières et Leonardo Del Vecchio, prennent du recul en confiant à un nouveau duo la responsabilité de mener l'intégration des activités et développer la stratégie. Les procédures juridiques sont abandonnées, mais il reste à trouver le futur patron.

Confirmant les informations rapportées vendredi par plusieurs médias, EssilorLuxottica -issu du rapprochement en octobre 2018 du spécialiste français des verres ophtalmiques Essilor et du fabricant italien de montures Luxottica- a fait part lundi matin d'un accord mettant fin au conflit entre les dirigeants des deux camps, quelques jours avant l'assemblée générale du nouveau groupe.

Le PDG d'Essilor, Hubert Sagnières, et le fondateur et président de Luxottica, Leonardo Del Vecchio, en conflit ouvert depuis plusieurs semaines, ont tous deux accepté de prendre du recul. Un nouveau tandem, constitué de Francesco Milleri (directeur général de Luxottica Group) et Laurent Vacherot (directeur général d'Essilor International), est chargé de développer et mettre en œuvre la stratégie et le processus d’intégration d’EssilorLuxottica avec pour mission de boucler l'intégration des deux sociétés opérationnelles dans les 12 à 24 mois.

En Bourse, le cours d'EssilorLuxottica avait touché un point haut historique à près de 130 euros début octobre 2018 concomitamment à la constitution du nouveau groupe, via la réalisation de l'apport de la participation majoritaire de Leonardo Del Vecchio dans Luxottica en échange de 38,3% des parts du nouveau groupe.

Des dissensions croissantes

L'accord de rapprochement accordait à l'entrepreneur italien, nommé PDG, exactement les mêmes pouvoirs que le patron d'Essilor, nommé vice-PDG, sans qu'aucun des deux ne dispose de droit de vote prépondérant. Mais au bout d'un mois seulement, un premier accroc avait surgi avec l'annonce unilatérale par un porte-parole de Del Vecchio qu'il entendait proposer la candidature de son bras droit Francesco Milleri au poste de directeur général de la nouvelle entité.

Certains analystes n'avaient d'ailleurs pas manqué de s'interroger sur certains signaux trahissant des dissensions croissantes, comme la banque Jefferies dans une étude dont le titre résumait parfaitement la perception du dossier : "Coq al vino".

Le 20 mars enfin, la crise était mise sur la place publique avec un communiqué de Delfin (la holding de M. Del Vecchio) accusant les dirigeants d'Essilor de "violation claire de l’Accord de Rapprochement et des règles de gouvernance de la société", en réponse à quoi le clan français dénonçait une tentative de prise de contrôle rampante de l'entreprise par les ex-Luxottica.

Des premiers résultats en demi-teinte

Ajouté à la tendance baissière pour les marchés financiers au dernier trimestre 2018 et à de premiers résultats en demi-teinte, ces bisbilles au plus haut niveau avaient contribué à une chute de 25% du titre EssilorLuxottica en six mois.

Après avoir progressé de 3,96% vendredi après plusieurs articles rapportant de bonne source la conclusion imminente d'un accord sur la gouvernance, le titre reprenait encore 1,18% lundi vers 11h00 à 111,50 euros.

Selon le communiqué publié avant Bourse par EssilorLuxottica un accord réglant "tout différend existant entre les parties" a été conclu et approuvé à l'unanimité par les administrateurs. La gouvernance fondée sur l’équilibre des pouvoirs, selon les accords de rapprochement initiaux, demeure en place pour deux ans, jusqu'à l’assemblée générale de 2021. Mais Leonardo Del Vecchio et Hubert Sagnières délèguent donc à Francesco Milleri et à Laurent Vacherot l'essentiel des responsabilités. Ce sont ces deux derniers qui ont approuvé la nomination de dirigeants clés aux fonctions centrales.

Les procédures judiciaires abandonnées

En conséquence toutes les procédures judiciaires, y compris la demande d'arbitrage déposée par Delfin devant la cour internationale d'arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale, vont prendre fin.

L'évolution de la gouvernance à plus long terme demeure toutefois en suspens puisque le conseil d'administration a confirmé que le nouveau groupe était à la recherche d'un PDG - un poste auquel Francesco Milleri et Laurent Vacherot ont par avance renoncé afin de ne pas relancer les spéculations d'une prise d'ascendant par l'un ou l'autre côté. À noter qu'en 2021, Leonardo Del Vecchio devrait toutefois retrouver la main-mise sur le conseil d'administration, puisque la période de limitation de ses droits de vote à 31% prend fin à cet horizon.

Guillaume Bayre - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ESSILORLUXOTTICA en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+284.90 % vs +11.08 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat