Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 007.14 -0.84 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Sur des niveaux de résistance puissants

vendredi 18 octobre 2019 à 08h35

(BFM Bourse) - Après avoir applaudi - plutôt timidement - l'annonce de l'accord enfin conclu entre Union Européenne et Royaume-Uni sur la sortie de ce dernier, le marché parisien s'est progressivement retourné jeudi, d'une part en raison de l'incertitude du vote d'entérinement à la Chambre des Communes, et d'autre part en raison, en toile de fond, de craintes toujours aussi vives sur un ralentissement marqué de l'activité économique chinoise. Des craintes qui viennent se confirmer ce matin, avec la publication des données officielles de la croissance de l'Empire du Milieu.

Michel Barnier, le négociateur en chef des Vingt-Sept, s'est félicité au cours d'une conférence de presse de l'obtention d'un accord, "garantissant dans la durée les droits des citoyens". Le Premier ministre Boris Johnson a de son côté salué "a great new deal", appelant la chambre des Communes à le ratifier dès ce samedi "de façon à ce que nous puissions passer à d'autres priorités, comme le coût de la vie, la NHS, la criminalité et notre environnement".

Le parti conservateur au pouvoir ne dispose cependant que de 288 sièges sur 650, ce qui ne lui assure pas la majorité. Le parti unioniste nord-irlandais, avec 10 sièges, qui soutenait Johnson sans prendre part au gouvernement, a déjà annoncé ne pas accepter les conditions du deal conclu avec l'Europe, tout comme le patron travailliste (245 sièges) Jeremy Corbyn, lequel appelle à un nouvelle consultation populaire.

L'issue du vote risque dépendra donc du choix des plus petits partis actuellement ni dans l'opposition officielle ni au gouvernement, notamment les nationalistes écossais, les libéraux, le Sinn Fein ou les écologistes. Pour l'heure, aucun observateur ne s'est risqué à pronostiquer le résultat d'un vote déterminant pour le futur du Royaume-Uni.

Concernant la croissance chinoise, les derniers chiffres officiels sont décevants: en rythme annuel, la progression de la création de richesse nationale est ressorti sous les attentes, et en baisse, à +6.0%, un rythme qui peut paraitre encore puissant (et il l'est), mais qui illustre le scénario d'un atterrissage en douceur, surtout dans le contexte d'une guerre commerciale sino-américaine qui est loin d'être terminée, malgré la signature d'un pseudo-accord en fin de semaine dernière. Ce rythme de croissance connait un plus bas depuis près de 30 ans.

Au chapitre macroéconomique jeudi, les opérateurs ont pris connaissance de publications statistiques immobilières contrastées: sous les attentes pour les mises en chantier de logement et au-dessus des attentes pour les permis de construire. Toujours aussi faibles, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage aux Etats-Unis, continuent de délivrer, à 214 000 la semaine passée, un message positif pour l'emploi. En revanche, l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie (Indice Philly Fed) a fondu de 12.0 à 5.6, largement sous la cible à 7.4. Quant au rapport fédéral sur l'industrie américaine, il est ressorti sous les attentes, que ce soit pour le taux d'utilisation des capacités productives (77,5%) ou de la production proprement dite (-0,4% en rythme mensuel).

Côté valeurs, Faurecia a fondu de 6,52% à 42,02 euros, avec la publication d'une nette baisse de son activité sur le trimestre écoulé.

Pernod-Ricard (-4,17% à 159,65 euros) a également déçu avec des trimestriels en deçà des attentes, bien qu'en croissance.

Toujours au rayon des baisses significatives sur le Compartiment A de la cote, Eurofins Scient. a perdu 3,27% à 425,6 euros, après la publication d'un rapport dévastateur d'un fonds britannique.

A suivre dès l'ouverture Danone, qui vient de publier ses trimestriels, tout comme Renault, qui a averti (warning) sur ses résultats annuels.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont grignoté quelques points jeudi, à l'image du Dow Jones (+0,09% à 27 025 points) ou du Nasdaq Composite (+0,40% à 8 156 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a gagné 0,28% à 2 997 points, symboliquement sous le seuil psychologique des 3 000 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.1070$. Le baril de WTI, un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 52.80$.

A l'agenda statistique ce vendredi à suivre en priorité l'indice des indicateurs avancés (Conference Board) aux Etats-Unis à 16h00.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Le seuil des 5 700 points, point haut d'une bande de résistance importante sur l'indice phare français, n'a pas été franchi en données de séance, et la formation d'une mèche haute a dégradé la configuration graphique de court terme. Dans l'immédiat, une réintégration d'une bande large entre 5 400 et 5 650 est envisagée. Avis négatif proposé.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 5700.00 points.

Idée d'investissement
avec Société Générale
Si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale C494S est adapté.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
5700.00 / 6000.00
Support(s) :
5393.00 / 5226.00 / 5152.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Sur des niveaux de résistance puissants (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Sur des niveaux de résistance puissants (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.90 % vs +0.72 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat