Bourse > CAC 40 > CAC 40 : M. Draghi refroidit l'ambiance, l'indice a encore besoin de souffler
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 281.29 +0.27 % Temps réel Euronext Paris
5 277.39Ouverture : 5 295.93+ Haut : 5 271.88+ Bas :
+0.07 %Perf Ouverture : 5 267.29Clôture veille : 2 913 360 KVolume :

CAC 40 : M. Draghi refroidit l'ambiance, l'indice a encore besoin de souffler

(Tradingsat.com) - Si Mario Draghi a permis hier a l'Euro de faire très bonne figure, et au secteur bancaire de retrouver un élan, le marché dans son ensemble a subi des dégagements. L'indice CAC 40 a perdu au final mardi quelque 0,70% à 5 258 points, dans des volumes d'échanges en accélération sensible, confirmant un peu plus son emprisonnement dans un canal baissier de consolidation de court terme.

En conférence de presse, le Président de la Banque Centrale Européenne a sans surprise insisté sur le besoin d'une politique encore accommodante, tout en reconnaissant (et c'est la nouveauté) le redressement notable des prix à la consommation dans la Zone Euro, qui constitue une mesure de l'inflation. C'est ce dernier point qui a fait grincer des dents, laissant entrevoir la possibilité d'un durcissement de politique monétaire.

Deux gagnants toutefois à signaler dans ce scénario:

1) L'Euro naturellement, dont la rémunération "relative" par rapport au Dollar en particulier, serait améliorée. La monnaie unique a cassé un niveau de résistance importante hier face au billet vert et point désormais vers 1,1360$.

2) Le secteur bancaire ensuite, dont les marges dépendent très largement des taux directeurs, qui se répercutent sur les taux pratiqués par les établissements eux-même à destination de leurs clients.

J. Jellen, Présidente de la Fed (Federal Reserve) s'exprimait également mardi. Elle a réaffirmé l'amélioration de la santé de l'économie américaine, tout en précisant la nécessité d'une progressivité dans la remontée des taux directeurs. La Fed a déjà relevé par deux fois son principal taux directeur cette année (la troisième depuis l'accession de D. Trump à la Maison Blanche).

Au chapitre macroéconomique mardi, entre deux interventions de patrons de grandes banques centrales, la qualité de la publication statistique majeure du jour est passée un peu à la trappe. Il s'agit d'un indicateur avancé majeur: l'indice de confiance du consommateur au sens du Conference Board, qui est ressorti en hausse ce mois-ci à 118,9 points, dépassant nettement la cible formée par le consensus.

Côté valeurs, comme nous le précisions plus haut, le secteur bancaire a pu tirer son épingle du jeu, à contre-courant du marché, à l'image de Société Générale (+1,55% à 47,30 euros), BNP-Paribas (+1,70% à 62,65 euros), Crédit Agricole (+1,22% à 14,095 euros), ou encore Natixis (+0,81% à 5,945 euros).

Dans le sillage d'un avertissement sur résultat (profit warning) de l'équipementier automobile allemand Schaeffler, le secteur automobile à souffert en Bourse mardi à l'image de Peugeot (-1,41% à 17,81 euros), Renault (-0,67% à 80,04 euros), Michelin (-1,28% à 119,35 euros), ou encore Valeo (-3,38% à 59,37 euros) ou Plastic Omnium (-2,82% à 32,555 euros).

De l'autre côté de l'Atlantique, les valeurs technologiques ont subi un nouvel épisode de reflux très significatif. L'indice Nasdaq Composite a perdu 1,61% à 6 146 points, dans des volumes en légère progression. Le Dow Jones a pour sa part perdu 0,46% à 21 310 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a lui aussi subi des dégagements significatifs (-0,81% à 2 419 points). A noter pour l'ensemble de ces trois indices phare, une clôture sur les plus bas de séance.

Un point sur les autres classes d’actifs à risque : vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1350$. Le baril de WTI, autre baromètre classique de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, s’échangeait autour de 44,10$.

Sur le plan macroéconomique ce mercredi, à suivre principalement les ventes de logements en cours aux Etats-Unis à 16h00, ainsi que les stocks de brut à 16h30. Les données finales du PIB américain seront connues demain.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Le canal à biais baissier (représenté en noir en vue journalière), qui encadre les oscillations de consolidation de l'indice CAC 40 reste d'actualité, et ses bornes haute et basse sont naturellement mises sous surveillance accrue.

Force est de constater avec quelle précision le marché s'est retourné en séance lundi, au contact de la borne haute du canal évoqué, renforçant ainsi son rôle de résistance. La consolidation est amenée à se poursuivre dans ce cadre technique très lisible, dans une volatilité certaine.

La séance de mardi n'a été qu'une confirmation de la psychologie de marché du moment, notamment avec une nouvelle bougie au corps rouge, sans ombre haute, et surtout une réintégration de la partie inférieure à la moyenne mobile à 20 jours (en bleu foncé).

A ce stade, la psychologie de marché reste clairement sur la défensive, et le comportement de l'indice sur l'ensemble de la semaine passée nous confirme ce message. L'incapacité du marché à dépasser durablement sa moyenne mobile à 20 jours (en bleu foncé), tout comme la chute des volumes de transactions, n'ont pas permis d'envisager un retour en force très rapide du camp acheteur.

Si l'on prend un peu de recul sur la vaste figure de consolidation tracée depuis 8 mai: les sommets des 8 mai, 15 mai, 2 juin, et 20 juin et 27 juin, quatre séances marquées par des bougies remarquables, sont décroissants, gardons-le en tête. Le camp acheteur n'a pas encore repris tous ses droits.

Gardons néanmoins à l'esprit que la tendance de fond, à savoir le cadre général, reste inchangée. Nous demeurons particulièrement haussier sur la configuration graphique de moyen terme du CAC, mais considérons que le pullback du 18 mai, sur borne haute du gap, tout comme le rejet complémentaire du 15 juin, ne sont pas suffisants pour assainir la situation graphique.

En résumé, la psychologie de marché reste encore clairement timorée, mais lorsque l'énergie accumulée sera suffisante, le redémarrage - pas encore d'actualité - sera franc et vigoureux, et mené par les valeurs qui auront le plus consolidé depuis le 8 mai. Un retour à l'achat pourra alors se faire de manière agressive. Mais nous ne sommes pas encore sur les niveaux de cours adéquats.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 5320.00 points.

Société Générale Idée d'investissement : si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale O542S est adapté.
Le conseil CAC 40
Négatif
  • Résistances & Supports
  • Résistance(s) : 5320.00 / 5370.00 / 5442.00
  • Support(s) : 5177.00 / 5135.00 / 4980.00
  • Ecarts résistances / supports
  • Ecart(s) résistance : 1 % / 2 % / 3 %
  • Ecart(s) support : -2 % / -3 % / -6 %

Graphique en données horaires

CAC 40 : M. Draghi refroidit l'ambiance, l'indice a encore besoin de souffler (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : M. Draghi refroidit l'ambiance, l'indice a encore besoin de souffler (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime
TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...