Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 438.27 +2.12 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Les réponses monétaires, politiques et budgétaires peinent à convaincre

mercredi 18 mars 2020 à 08h32

(BFM Bourse) - Alors que la France apprend à vivre à l'heure du confinement, et que les premiers effets sur le contrôle de l'épidémie de coronavirus ne sont pas attendus avant une dizaine de jours, le CAC 40 reprend un peu d'air, entre deux apnées. Hier mardi, l'indice phare parisien a gagné 2,84% à 3 991 points. Son bilan depuis le 01/01 est de -32,23%.

"Maintenant que l'Europe est en quarantaine, les investisseurs devraient se méfier des Etats-Unis qui ont déjà commencé à fermer les écoles et les bars/restaurants de certaines mégalopoles comme New York et Los Angeles. En effet, en Asie comme en Europe cette étape était la première avant le confinement total des populations pour éviter la propagation du virus.", anticipe Vincent Boy (IG France).

Face aux risques que représente l'épidémie pour son bilan (si l'on se place du point de vue du candidat Trump à sa réélection...), l'exécutif américain a proposé un plan de relance massif de 850 Milliards de dollars.

Alors que de ce côté-ci de l'Atlantique, la question qui se pose à ce stade, est celle de la coordination (de sa faisabilité et de ses chances de réussite) européenne, pour la gestion des frontières extérieures de l'Union Européenne, et des mesures budgétaires communes...

Or "la réaction nationale se place dans un contexte européen où la France et l'Allemagne n'ont pas pu parvenir à une action coordonnée au niveau de l'Eurogroupe ces dernières heures : pas d'utlisation du budget commun, ni de création d'instruments financiers communs, ni de mise à contribution particulière du Mécanisme Européen de Stabilité. La réponse européenne reste semble-t-il exclusivement l'apanage de la Commission de l'UE27, laissant les pays de l'Eurozone à leurs mesures individuelles." constate Julien Manceaux, économiste senior (ING).

Le bilan du coronavirus Covid19 est désormais, à l'échelle mondiale, de près de 200 000 cas confirmés, et de plus de 7 900 morts, selon les données compilées par l'Université Johns Hopkins. Si le nombre de nouveaux cas quotidiens en Chine tend à décroître, voire chuter (validation d'un palier), et que le taux d'utilisation des capacités de production reprend pleinement le chemin de la hausse, la propagation incontrôlable du virus à l'échelle de la planète rend encore indéchiffrable les conséquences sur l'activité économique. Les 4 principales puissances économiques de la Zone Euro (Allemagne, France, Italie, Espagne) sont particulièrement touchées. 2 503 décès sont à déplorer en Italie.

Le virus poursuit donc ses ravages, d'Est en Ouest, autour du globe.

Au chapitre statistique mardi, le ZEW allemand s'est naturellement effondré, mais le niveau de profondeur abyssal (-49,5) était loin d'être anticipé par les économistes et analystes interrogés. L'indicateur, qui mesure le moral des investisseurs dans la première économie de la Zone Euro touche un point bas depuis décembre 2011. Outre Atlantique, les ventes au détail de février se sont effondrées (-0,5%), contre +0,2% attendu, après +0,6% en janvier.

Côté valeurs, Iliad a bondi de 19,28% à 118,85 euros, dans le sillage de la nette hausse de ses résultats annuels.

Quelques dossiers, massacrés ces dernières semaines, notamment sur le secteur des services pétroliers ont rebondi sur des bases techniques, alors même que le baril de WTI replonge sous le seuil des 30$... Vallourec (tubes sans soudures) a gagné 10,75% à 0,8448 euro et CGG (+13,59% à 0,9882 euro).

Le secteur de la grande distribution tirait son épingle du jeu mardi en Bourse à l'image de Carrefour (+11,58% à 14,36 euros), ou Casino Guichard (+12,20% à 34,50 euros).

Le secteur bancaire s'accordait enfin une respiration, à l'image de ses principaux représentants sur le compartiment A de la cote parisienne: BNP Paribas (+6,41% à 29,20 euros), Société Générale (+7,84% à 15,658 euros), Crédit Agricole (+7,31% à 6,522 euros), et Natixis (+8,50% à 1,7615 euro).

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont repris une hauteur significative après l'annonce d'un plan de relance massif par l'exécutif américain, à l'image du Dow Jones (+5,20% à 21 237 points), ou du Nasdaq Composite (+6,23% à 7 334 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a gagné 6,00% tout rond, à 2 529 points.

Un point sur les autres classes d'actifs à risque: vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1.1000$. Le baril de WTI, un baromètre de l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, s'échangeait autour de 29,30$.

À l'agenda statistique ce mercredi, à suivre en priorité la balance commerciale en Zone Euro à 11h00, l'indice des prix à la consommation en Zone Euro à 11h00, et pour les Etats-Unis, les mises en chantier de logements et permis de construire à 13h30, les stocks de pétrole à 15h30, ainsi que les prévisions économiques de la Fed à 19h00. Il n'y aura pas de FOMC ni de conférence de presse de la Fed.

A noter que l'AMF a publié mardi matin une liste de 92 valeurs (ayant chuté de plus de 10% lundi) désormais interdites de vente à découvert pour 24h, Bruno Le Maire ayant indiqué que cette interdiction pourrait potentiellement s'étendre à un mois, selon l'évolution de la situation.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Après une concentration, sur les trois dernières semaines, de trois clôtures hebdomadaires proches ou sur les points bas de semaines, quatre gaps baissiers majeurs, deux mouvements de capitulation, les points bas de la vague de dégagements ne sont probablement pas encore atteints...

Néanmoins, la préparation d'un vif rebond de l'indice, qui sera porté, contre-intuitivement, par les valeurs qui auront le plus souffert depuis le 24 février, est en cours.

Une tentative tardive de rééquilibrage lundi en cours de séance a été timide, mais elle a le mérite d'exister, laissant graphiquement la trace d'une ombre basse très significative. Ombre basse également mardi à signaler, avec un bémol très important toutefois: la chute des volumes d'échanges et leur décroissance sur les deux dernières séances (les deux premières de la semaine)

Avis négatif à l'échelle de ce mercredi.

On insistera sur le rôle de plus en plus important de résistance de la moyenne mobile à 20 heures.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 4500.00 points.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
4500.00 / 5000.00 / 5081.00
Support(s) :
3892.00 / 3789.00 / 3500.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Les réponses monétaires, politiques et budgétaires peinent à convaincre (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Les réponses monétaires, politiques et budgétaires peinent à convaincre (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+310.50 % vs -10.72 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat