Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 056.23 +1.73 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : Nouvelle hausse pour le marché parisien, au plus haut depuis le 10 mars

jeudi 28 mai 2020 à 18h20
Nouvelle hausse pour le marché parisien, au plus haut depuis le 10 mars

(BFM Bourse) - L'effondrement historique de 40% du marché parisien provoquée entre février et mars par l'expansion de l'épidémie de coronavirus n'est pas encore totalement effacée, loin s'en faut. Mais le CAC 40 a tout de même comblé une partie de sa chute. Au terme d'une quatrième séance de hausse jeudi, l'indice évolue maintenant plus de 1.000 points au dessus de son plancher du 16 mars.

Toujours animé par les signaux de reprise d'activité à travers le monde, le baromètre du marché parisien a enchaîné jeudi une quatrième séance consécutive de hausse, ce qui ne lui était plus arrivé depuis le 14 avril dernier. Les investisseurs "continuent de croire que le relâchement des restrictions va entraîner un rebond de l'activité économique, avec des consommateurs qui, une fois débarrassés des mesures de confinements, vont dépenser massivement pour rattraper les semaines à rester assis à la maison", commente Michael Hewson, analyste chez CMC Markets. Cet espoir a permis au CAC 40 de prendre 1,76% supplémentaires, à 4.771,39 points, dans un volume d'échanges de 3,8 milliards d'euros.

L'indice phare du marché parisien ne perd plus "que" 21,9% depuis son dernier pic (vers 6.111 points) du 19 février.

L'annonce d'un fonds de relance de 750 milliards d'euros par l'Union européenne mercredi est venu renforcer l'optimisme et soutenu la hausse des indices. "L'Europe pour une fois n'a pas déçu (...) Bien qu'il reste encore de nombreuses incertitudes et que le débat entre pays membres ne fasse que commencer, il semble pour une fois que l'Europe soit au rendez-vous et fasse preuve d'ambition pour réagir à la crise", a souligné Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Et ce, même si "étant donné les sommes en jeu et les implications politiques, un accord final ne devrait intervenir, dans le meilleur des cas, qu'en juillet voire à l'automne", a-t-il ajouté, les États du Sud appelant à plus de solidarité devant toujours convaincre les quatre "frugaux" que sont les Pays-Bas, l’Autriche, la Suède et le Danemark - vivement opposés à la mutualisation des dettes- de faire preuve de plus de solidarité économique.

Les investisseurs détournent le regard de Hong Kong

À une écrasante majorité (2.878 votes pour, 1 contre et 6 abstentions), le Parlement chinois a approuvé jeudi matin le projet de loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, qui permet à Pékin d’affirmer un peu plus son autorité sur le territoire mais qui y avive la contestation tout en alimentant la tension avec Washington.

Avant même ce vote, le chef de la diplomatie américaine avait déclaré que Hong Kong ne pouvait plus prétendre à un traitement spécifique de la part des Etats-Unis en matière commerciale. "Les tensions géopolitiques sont bien ancrées mais les acteurs des marchés continuent de ne pas y prêter beaucoup d’attention", résume ainsi Naeem Aslam, analyste d’Avatrade, pour qui "le fait que la Chine adopte ce texte de loi met en péril l’accord commercial avec les Etats-Unis".

Hausse généralisée à Paris

Jeudi à Paris, l'assise du mouvement haussier a été particulièrement large, entraînant notamment au sein du CAC 40 les valeurs du luxe, au premier chef desquelles Hermès qui a pris 4,9% pour finir à un nouveau plus haut historique valorisant la société familiale à 78,8 milliards d'euros. Pas tout à fait à portée donc de LVMH (+3,5%, soit une capitalisation de 195 milliards) mais désormais devant Kering (+2,9% à 60,7 milliards d'euros de capitalisation). L'Oréal, dont une partie de l'activité relève aussi du luxe, a gagné 3,5%.

Chahutées mercredi, dans le sillage de leurs homologues américaines, les valeurs du compartiment technologique ont aussi rebondi à l'image de Worldline (+3,4%) ou Soitec (+3,9%). Safran a repris 1,4% après l'annonce par Boeing de la reprise de la production du 737 MAX.

Dans la perspective de la levée des restrictions à la circulation permettant aux Français d'organiser enfin leurs vacances cet été, les valeurs du tourisme et de l'hôtellerie ont logiquement été recherchées. Compagnie des Alpes a bondi de 12%, Pierre & Vacances de 9,3%

Dans le compartiment des médias, TF1 (+4,7%) et M6 (+6,4%) ont profité du relèvement de recommandation de JPMorgan. Parmi les baisses significatives, Elior a rétrocédé 4,4% à la suite de la dégradation de Midcap Partners.

Les autres changements de recommandations du jour sont à retrouver ici.

Outre-Atlantique, un très net déclin du nombre d'inscriptions aux chômage (à tout de même 2,1 millions de nouveaux demandeurs sur la semaine dernière) entraînait une légère hausse des indices, compris entre 0,5% pour le Dow Jones et 0,77% pour le Nasdaq Composite. Boeing s'adjugeait notamment 3,6% après l'annonce d'un projet de restructuration, tandis que HP coulait de 12% après l'abandon de ses objectifs annuels.

Le WTI recule légèrement après le bond surprise des stocks

La référence américaine de pétrole brut (le WTI) se replie légèrement (-0,18% à 32,75 dollars le baril vers 17h30) pour la deuxième séance d’affilée après l’annonce par l’American Petroleum Institute (API) d’une hausse inattendue et marquée des stocks de brut aux Etats-Unis (+8,7 millions de barils). Le Brent de la mer du Nord recule 0,31% à 35,34 dollars.

L'appétit accru pour le risque profite à l'euro, désormais bien au-delà du seuil de 1,10 euro que la monnaie unique peinait à dépasser franchement depuis deux mois. La devise s'adjuge 0,39% à 1,1052 dollar.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+305.20 % vs +1.71 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat