Bourse > Cac 40 > Cac 40 : Les marchés toujours sous pression, inquiétudes en zone euro
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 190.17 +0.56 % Temps réel Euronext Paris
5 162.24Ouverture : 5 208.33+ Haut : 5 158.79+ Bas :
+0.54 %Perf Ouverture : 5 161.08Clôture veille : 3 002 350 KVolume :

Cac 40 : Les marchés toujours sous pression, inquiétudes en zone euro

BourseBourse

(Tradingsat.com) - La baisse se poursuit mardi sur les marchés européens, toujours sous pression en raison des inquiétudes autour de l’impasse budgétaire aux États-Unis et de la crise de la dette en zone euro, alors que les partenaires européens peinent à se mettre d’accord sur la Grèce pour assurer son refinancement.

A l’issue de la réunion qui s’est tenue hier, les ministres européens des Finances de la zone euro ne sont pas parvenus à trouver un accord avec le FMI pour assurer le financement de la Grèce alors que cette dernière est confrontée à plusieurs échéances de refinancement qui rendent nécessaire l’octroi de 31,2 Mds€ par la troïka. Cet échec contribue à renforcer les incertitudes concernant la stabilité de la zone euro, et sa capacité à arracher les compromis pourtant nécessaires.

A noter aussi que l’indice ZEW du climat des affaires en Allemagne est ressorti sous les attentes à -15,7 en novembre, contre -11,5 en octobre.

A Paris, l’indice CAC 40 qui reculait de 1% en matinée ne perd plus que -0,3% à la mi-séance vers les 3 402 points. Le secteur énergétique pèse sur la tendance dans le sillage des résultats et de l’avertissement du groupe allemand E.ON, ce qui pénalise les valeurs françaises GDF Suez (-1,9%) et EDF (-1,6%).

Les cycliques sont également attaquées à l’image de Schneider, Michelin et Renault, en baisse de plus de 1%. Bouygues et Vivendi qui doivent publier aujourd’hui et demain leurs comptes trimestriels sont elles aussi sous pression.

A l’inverse, le secteur bancaire reprend de la hauteur, Crédit Agricole et Société Générale en tête, avec quelques dossiers défensifs comme Pernod Ricard (+2,2%). Soutenu par une note d’analyste, le titre Essilor grimpe de 0,7%.

Hors indice vedette parisien, nette domination de PagesJaunes qui bondit de plus de 9% suite au succès du refinancement de la dette, annoncé ce matin en même temps que les chiffres à neuf mois. La dette brute est ramenée à 1 814 millions d’euros dont 72 millions d'euros à échéance novembre 2013, 1 392 millions d'euros à septembre 2015 et 350 millions d'euros à juin 2018.

Le désendettement du groupe est engagé avec une réduction immédiate de la dette bancaire brute de 417 millions d’euros et d’ici avril 2015 un amortissement contractuel de 191 millions d’euros.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI