Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 025.20 -0.17 % Temps réel Euronext Paris

Cac 40 : En octobre, le CAC 40 a connu son pire mois depuis 2015

dimanche 4 novembre 2018 à 12h00
Le CAC 40 a plongé de 7,28% en octobre

(BFM Bourse) - Le mois d'octobre n'a pas failli à sa réputation. L'indice phare de la place parisienne a reculé de 7,28%, quand le S&P a lâché de son côté 6,9%.

Malgré une fin de mois euphorique mercredi sur les Bourses de Shanghai, New York ou encore Paris et Francfort, le mois d'octobre, connu pour donner des sueurs froides aux investisseurs, n'aura pas failli cette année à sa réputation.

"Octobre a de nouveau été un mois très angoissant pour les courtiers", ont affirmé les analystes de la maison de courtage Charles Schwab à l'issue d'un mois particulièrement volatil à travers le monde.

A Wall Street, l'indice élargi S&P 500 regroupant les 500 plus grosses sociétés cotées aux Etats-Unis a affiché un recul de 6,9%, son plus fort repli mensuel depuis 2011.

Un peu plus tôt dans la journée, l'indice parisien du CAC 40 a abandonné à la clôture 7,28%, sa chute mensuelle la plus lourde depuis août 2015, tout comme celle de Londres avec une baisse de 5,09%. La Bourse de Francfort a quant à elle lâché 6,53%, son plus mauvais mois depuis 2016.

5.000 milliards de dollars partis en fumée

En Chine, l'indice composite Hang Seng à Hong Kong a fini sur un plongeon mensuel de plus de 10%, le plus conséquent depuis près de trois ans.

À l'échelle mondiale, le MSCI World Index, un indice qui intègre les marchés actions de 23 pays à travers le monde, a glissé quant à lui de plus de 8%, son pire décrochage sur un mois depuis six ans.

Cette "déroute" automnale, d'après l'analyste en chef des marchés pour Briefing Patrick O'Hare, avait fait partir en fumée 5.000 milliards de dollars des marchés actions mondiaux à la clôture mardi, selon la société américaine S&P Dow Jones Indices.

Politique de la Fed et guerre commerciale

À l'image du vent de panique qui s'était déjà emparé des investisseurs en février, l'affolement a été déclenché par la perspective de voir la Banque centrale américaine (Fed) remonter ses taux plus rapidement que prévu.

La politique de resserrement monétaire de l'institution, qui a augmenté ses taux trois fois cette année et prévoit de le faire une quatrième fois en décembre, représente une source d'inquiétude autant à l'échelle nationale - à travers le renchérissement du crédit -, qu'internationale, avec son effet sur le dollar et la croissance mondiale.

L'angoisse d'un ralentissement de la croissance est par ailleurs alimentée par le bras de fer commercial entre Washington et Pékin, notamment à l'origine du ralentissement de l'activité en Chine, un des moteurs de l'économie mondiale, au troisième trimestre. De très nombreuses entreprises américaines ont ainsi cité les tarifs douaniers que s'imposent mutuellement les États-Unis et la Chine comme un frein à leur perspective de croissance, au cours de la saison des résultats trimestriels qui a démarré début octobre.

Elections américaines de mi-mandat en vue

Ce constat a souvent entraîné le plongeon de leur titre en Bourse, à l'instar de Caterpillar, géant de la cote, qui s'est effondré de 20% sur le mois.

Sur le plan politique, les inquiétudes liées au budget italien et la perspective des élections américaines de mi-mandat, qui se tiendront le 6 novembre, ont également suscité un mouvement de repli de la part des investisseurs.

"Les marchés actions américains s'affaiblissent traditionnellement lors des deuxième et troisième trimestres qui précèdent les élections législatives, en raison du vent d'incertitudes qu'elles créent", a affirmé Sam Stovall, à la tête de la stratégie d'investissement chez CFRA.

Loin des chutes de 1987 et 2008

Néanmoins, la chute des indices mondiaux est à relativiser: le S&P 500 à Wall Street avait atteint un nouveau record le 20 septembre. L'indice MSCI World Index avait au même moment tutoyé ses plus hauts historiques atteints en janvier.

Plus largement, cette chute d'octobre rappelait que ce mois a souvent été la bête noire des investisseurs, avec des plongeons mémorables du S&P 500: -17% en 2008 et -22% en 1987.

"Un marché aussi efficient que le S&P ne devrait pas subir d'effet saisonnier, et pourtant force est de constater que cela est le cas: la progression moyenne du S&P (500) en octobre ressort à seulement 0,5%, soit 7 points de base en deçà de la croissance mensuelle moyenne enregistrée par l'indice S&P depuis 1928", a observé Shamik Dhar, chef économiste du groupe BNY Mellon Investment Management.

(Avec AFP)

©2018 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.20 % vs +1.09 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat