Bourse > Bouygues > Bouygues : La bataille sur SFR électrise le marché des fusions-acquisitions
BOUYGUESBOUYGUES EN - FR0000120503EN - FR0000120503
36.695 € +0.80 % Temps réel Euronext Paris
36.370 €Ouverture : +0.89 %Perf Ouverture : 36.780 €+ Haut : 36.370 €+ Bas :
36.405 €Clôture veille : 65 156Volume : +0.02 %Capi échangé : 13 112 M€Capi. :

Bouygues : La bataille sur SFR électrise le marché des fusions-acquisitions

La bataille sur SFR électrise le marché des fusions-acquisitionsLa bataille sur SFR électrise le marché des fusions-acquisitions

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - La bataille que se livrent Numericable et Bouygues pour le rachat de SFR n'est pas terminée mais les enchères sur la filiale télécoms de Vivendi font déjà chauffer les compteurs du marché des fusions-acquisitions en France, après plusieurs années de vaches maigres.

Si les volumes de transactions n'ont pas encore renoué avec les niveaux d'avant la crise financière, le premier trimestre 2014 marque un net rebond et signe le meilleur début d'année depuis 2011.

D'après l'étude trimestrielle de Thomson Reuters, les transactions de M&A enregistrées lors des trois premiers mois de l'année ont été multipliées par 2,5 par rapport au premier trimestre 2013, pour atteindre 43,6 milliards de dollars.

Pour ne pas fausser la réalité du marché, seule l'offre de Numericable sur SFR a été prise en compte dans les données, celle concurrente de Bouygues n'étant pas comptabilisée.

Globalement en Europe, les transactions augmentent de 72% en montants. Elles grimpent aussi de 67% en Asie-Pacifique et de 62% aux Etats-Unis.

"Une hirondelle ne fait pas le printemps mais, au niveau européen, on observe une très nette augmentation des volumes en comparaison des points bas connus par le marché ces dernières années", souligne Alban de la Sablière, banquier d'affaires chez Morgan Stanley à Paris.

En comparaison avec les années qui ont précédé la crise financière, les transactions du début de l'année restent toutefois en retrait. Au premier trimestre 2006, les transactions avaient atteint 132,4 milliards d'euros en France et 74 milliards début 2007, année de l'arrivée de la crise des "subprimes" en Europe.

TÉLÉCOMS EN ÉBULLITION

"Depuis 2012, il y a une véritable déconnexion entre la reprise des indices boursiers, qui révèle un certain optimisme d'un point de vue performance économique des entreprises, et les opérations de fusions-acquisitions qui sont restées à un niveau extrêmement faible", relève ainsi Yannig Pariset, gérant chez Oddo Asset Management.

"Cette déconnexion aujourd'hui nous paraît assez excessive et nous renforce dans l'idée que l'on va assister à une reprise certes progressive, mais à une reprise des opérations", poursuit-il.

En pleine ébullition, le marché des télécoms et des médias est le principal contributeur au regain d'activité.

Outre la vente en France de SFR, pour laquelle Numericable est entré en négociations exclusives avec Vivendi, l'opérateur télécoms britannique Vodafone a acquis en mars le câblo-opérateur espagnol Ono pour 7,2 milliards d'euros. et

Selon des sources proches du dossier, Orange envisagerait de son côté une acquisition de l'opérateur espagnol Jazztel.

"Il y a beaucoup de supports de la part de l'industrie des médias et des télécoms", commente Alban de la Sablière, dont la banque conseille notamment Numericable et sa maison mère Altice dans le dossier SFR. "C'est la poursuite d'une tendance de consolidation qu'on a vu émerger ces 12 à 18 derniers mois."

Avec 14 transactions à son actif pour une valeur globale de 29,35 milliards de dollars selon les données Thomson Reuters, la banque Rothschild arrive à fin mars en tête du classement des banques-conseils en France, suivie par BNP Paribas et Lazard.

Ces trois établissements ont aussi profité du rachat par L'Oréal de 8% de son capital auprès du suisse Nestlé, une opération qui permettra à la famille Bettencourt de se renforcer au capital du numéro un mondial des cosmétiques.

(Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI