Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Marché : Les entreprises n'ont jamais autant levé d'argent qu'en 2021, y compris via des entrées en Bourse

mardi 28 décembre 2021 à 14h50
Les liquidités des banques centrales ont incité les entreprises à lever des fonds en 2021

(BFM Bourse) - Aidées par les montagnes de liquidités déversées par les banques centrales sur les marchés, les entreprises ont levé un montant record de 12.100 milliards de dollars en 2021 via le vente d'actions, l'émission de titres de créances ou la contraction de nouveaux prêts.

Tant à Wall Street que sur les places européennes, les principaux indices évoluent à des niveaux inédits en cette fin d'année 2021. Et alors que leurs valorisations atteignent des sommets, les entreprises mondiales en ont profité pour lever des montants records cette année, encouragées en ce sens par le soutien sans faille des banques centrales, Fed et BCE en tête.

Résultat logique des vastes programmes de relance des autorités monétaires: les introductions en Bourse ont atteint un record avec plus de 450 milliards de dollars levés cette année sur les marchés mondiaux, dont un tiers par des groupes du secteur technologique, selon le rapport annuel d'EY.

Cette manne ne représente toutefois qu'une infime partie (à peine 0,4%) des financements auxquels ont eu recours les entreprises en 2021. Celles-ci ont de fait levé 12.100 milliards de dollars lors de l'année écoulée en vendant des actions, mais aussi en émettant des titres de créances et en contractant de nouveaux prêts. À quelques jours de la fin de l'année, le montant des fonds collectés est déjà en hausse de près de 17% par rapport à 2020, qui était déjà elle-même une année historique, et de près d'un quart par rapport à 2019 selon les calculs du Financial Times basés sur les données de Refinitiv.

"Une véritable explosion"

Le rythme effréné des levées de fonds révèle à quel point les conditions financières sont accommodantes dans de nombreuses régions du monde, notamment aux États-Unis, où plus de 5.000 milliards de dollars ont été levés.

"L'année 2021 a été une véritable explosion", constate Chris Blum, un banquier de BNP Paribas spécialiste du LBO, soit des rachats avec effets de levier, par endettement donc. Et l'expert du marché des financements s'attend à ce que la cadence ne ralentisse pas. "Chaque année, on pense que les marchés vont un peu se calmer mais la dynamique restera robuste" avance-t-il.

Parmi les plus grosses opérations de l'année sur le front des introductions en Bourse, le constructeur de véhicules électriques Rivian a levé quelque 13,7 milliards de dollars début novembre, ce qui en fait l'une des plus importante des cinq dernières années - et ce alors que le groupe soutenu par Amazon commence tout juste à vendre ses premiers véhicules. Le "Amazon sud-coréen" Coupang a également levé 4,6 milliards de dollars lors de son introduction à Wall Street en mars, tandis que le rival de ByteDance (TikTok) Kuaishou a levé plus de 6,2 milliards de dollars lors de ses débuts à Hong Kong en février. Les émissions mondiales d'actions ont ainsi battu le record de 2020, leur volume ayant atteint 1.440 milliards de dollars cette année (+24% sur un an).

Coûts d'emprunt historiquement bas

Les conditions favorables de financements ont par ailleurs favorisé une consolidation plus importante de certains secteurs, comme en témoigne plusieurs fusions-acquisitions d'envergure - on peut notamment citer la fusion de Discovery avec l'unité WarnerMedia d'AT&T dans le cadre d'un accord à 43 milliards de dollars ou le rachat de son rival Kansas City Southern par l'opérateur ferroviaire Canadian Pacific pour 31 milliards. Des dizaines de prêts à 10 (plus d'un milliard) ou 11 chiffres (plus de 10 milliards) ont ainsi été signés en 2021, essentiellement sur le gigantesque marché américain des obligations d'entreprises qui pèse désormais plus de 10.000 milliards de dollars d'encours (c'est-à-dire le stock global d'obligations et non les fonds levés cette année par ce biais), un seuil jamais franchi auparavant. Les emprunts réalisés cette année ont pour leur part atteint plus de 5.000 milliards.

Les programmes massifs d'achat d'obligations lancés par la Fed et la BCE dès le début de la crise sanitaire ont contribué à pousser les coûts d'emprunt à des niveaux historiquement bas. Associé aux vastes quantités de liquidités circulant dans le système financier, l'environnement était propice à l'attrait de nouveaux capitaux selon les banquiers interrogés par le FT.

5.500 milliards de dollars ont ainsi été récoltés via la vente d'obligations d'entreprises, un chiffre en baisse par rapport à 2020 (-3%) mais tiré par les émissions de sociétés mal notées, les "junk bonds", dont le montant a grimpé de 17% sur un an à 650 milliards.

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+314.00 % vs +20.40 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat