Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

L'hypothèse d'une offre du milliardaire Lawrence Stroll réveille le cours d'Aston Martin

jeudi 5 décembre 2019 à 15h20
La rumeur d'un intérêt de Lawrence Stroll réveille Aston Martin

(BFM Bourse) - Après avoir vu sa capitalisation fondre de 75% depuis son introduction en Bourse l'an dernier, Aston Martin Lagonda Holdings rebondit brutalement jeudi tandis qu'un consortium emmené par Lawrence Stroll, propriétaire de l'écurie Racing Point F1 Team (ex-Force India) préparerait une offre sur le constructeur britannique.

Alors qu'on reparle beaucoup d'Aston Martin en vue de la sortie du nouveau James Bond -l'agent 007 prendra le volant de pas moins de quatre modèles de la firme de Gaydon dans No Time To Die- le constructeur britannique, trop exposé aux marchés britannique et européen, n'est clairement pas au mieux de sa forme. Introduit en Bourse à 1900 pence, le titre n'en valait plus que 494 au plus bas de la journée mercredi. Une chute qui s'explique par des performances financières clairement en deçà des ambitions fournies par la direction au moment de l'IPO. Mais le cours a atteint un tel niveau de faiblesse qu'il commence semble-t-il à éveiller les convoitises.

Au terme d'une enquête conjointe, les sites spécialisés Autocar.co.uk et RaceFans.net ont révélé jeudi matin que le milliardaire canadien Lawrence Stroll, après avoir racheté l'an dernier l'écurie Force India (rebaptisée Racing Point F1), chercherait à acquérir une participation majoritaire dans Aston Martin Lagonda Holdings. De quoi occasionner un rebond de 16,42% du titre jeudi à 581,80 pence à la Bourse de Londres.

Ayant fait fortune dans la mode (en développant au Canada des marques comme Pierre Cardin, Ralph Lauren ou Tommy Hillfiger), Stroll est également passionné de sport automobile. Il possède le circuit de Mont-Tremblant au Québec, une importante collection (de... Ferrari) et contrôle donc, depuis l'été 2018, l'écurie Racing Point, dont le pilote titulaire n'est autre que son fils Lance.

En cas de concrétisation du rachat, l'écurie pourrait être rebaptisée du nom de la marque britannique, une première en F1 depuis les années 1960 (Aston Martin n'a plus concouru qu'en endurance depuis).

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.10 % vs -2.97 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat