Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

La lutte contre le changement climatique, un objectif de plus en plus partagé par les investisseurs

samedi 14 août 2021 à 12h00
Manifestation en faveur de la lutte pour l'environnement

(BFM Bourse) - Une nombre toujours croissant d'investisseurs institutionnels considèrent qu'il en va également de leur responsabilité de contribuer à préserver l'environnement et lutter contre le réchauffement du climat. Toutefois, seule une minorité s'est d'ores et déjà fixé un objectif "zéro carbone".

Tandis que le consensus scientifique mondial alerte à nouveau sur l'imminence d'un point de bascule pour le climat, où l'élévation des températures moyenne va entraîner des conséquences irréversibles pour l'environnement, l'attitude des investisseurs arrive également à un point d'inflexion. Près des trois quarts d'entre eux considèrent l'enjeu du changement climatique comme significatif, voire central dans leur politique d'investissement, selon une enquête menée auprès des 300 plus grands investisseurs institutionnels, assureurs & distributeurs de produits d'épargne dans le monde (représentant 23.400 milliards d'actifs sous gestion). Toutefois, moins d'un sur cinq se sont fixé un objectif "zéro carbone" à ce stade, indique Robeco dans son "2021 Global Climate Survey".

Réalisée par CoreData Research, pour le compte de Robeco, l'enquête Global Climate Survey, publiée au printemps dernier, montre que le réchauffement climatique est déjà un élément clé de la politique d'investissement de près de trois quarts (73 %) des sondés. Presque tous ont indiqué disposer déjà d'une politique officielle relative au réchauffement climatique, ou que le climat serait intégré dans une politique plus générale en matière de durabilité dans un avenir proche.

L'une des voies possibles vers une économie bas carbone consiste à fixer des objectifs de neutralité carbone. Si le nombre d'investisseurs ayant déjà fixé un objectif zéro carbone est relativement faible (17%), il est en augmentation et devrait atteindre plus de la moitié de l'ensemble des investisseurs (52%) dans les cinq prochaines années.

Ce changement aura lieu principalement en Europe et en Amérique du Nord, où, dans ces deux régions, plus de 60% des investisseurs prévoient d'adopter un objectif zéro carbone dans ce délai. La région Asie-Pacifique est plus à la traîne, avec seulement 29% des investisseurs qui prévoient de faire de même.

Les investisseurs sont de plus en plus conscients de la nécessité de décarboner et de soutenir la transition de la dépendance aux énergies fossiles vers une économie bas carbone. L'enquête a révélé qu'au cours des cinq prochaines années d'important capitaux se détourneront des actifs à forte intensité carbone. Et pourtant, à l'échelle mondiale, plus de 40% des investisseurs n'ont pas éliminé leurs actifs à forte intensité carbone ces cinq dernières années. Il est prévu que ce chiffre diminue à seulement 19% pour les investisseurs institutionnels et à 25% pour les distributeurs dans les cinq prochaines années.

En même temps, le rapport de Robeco pointe une demande évidente d'expertise, de soutien et d'éducation plus spécialisés en matière de réchauffement climatique. Au niveau mondial, 44% des sondés considèrent le manque de données et d'information comme le principal obstacle à la mise en œuvre de la décarbonation. Ce pourcentage est encore plus élevé en Europe (58%). Dans la région Asie-Pacifique, la pénurie de stratégies d'investissement bas carbone est la plus grande préoccupation (54%), et en Amérique du Nord, le manque d'expertise interne en matière de décarbonation est le plus grand défi (45%).

"La transition vers une économie bas carbone nécessite un effort mondial, les gouvernements, les régulateurs, le secteur privé et les particuliers devant tous jouer leur rôle. Cette enquête montre que la grande majorité des investisseurs s'engagent à lutter contre le réchauffement climatique, ce qui est encourageant. Pourtant, elle a également révélé d'importantes lacunes en matière de compréhension des principaux enjeux, de nombreux investisseurs ne sachant pas par où commencer, ni comment faire la différence. Il est grand temps d'agir", a déclaré le PDG de Robeco, Gilbert Van Hassel. "En tant que leader de l'investissement durable, il est de notre devoir de partager notre passion et notre expertise avec ceux qui n'en sont pas encore spécialistes, pour que nous puissions, ensemble, relever l'un des plus grands défis auxquels l'humanité est confrontée : la crise climatique".

G. B. - ©2021 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+312.50 % vs +35.46 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat