Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

5 choses que vous ignoriez sans doute au sujet du Dow Jones Industrial Average

samedi 6 avril 2019 à 08h00
Cinq faits peu connus au sujet du

(BFM Bourse) - Approchant son 125e anniversaire, le "Dow" retient encore largement l'attention des boursicoteurs. Mais faute d'avoir évolué avec la transformation de Wall Street, l'indice historique s'apparente parfois à un vestige un peu désuet.

Le Dow Jones a bientôt 125 ans. S'il reste une référence aux yeux de beaucoup, il conserve encore quelques secrets pour nombre de boursicoteurs. Voici cinq choses que vous ignoriez sans doute à propos de cet indice.

1. Souvent raccourci en Dow, son intitulé exact est bien plus long

Dow Jones ce n'est pas un indice mais toute une famille d'indices boursiers édités par S&P Dow Jones Indice, une co-entreprise en partie détenue par le géant des médias News Corp, le propriétaire du Wall Street Journal et de l'agence d'informations financières Dow Jones Newswires. Par abus de langage -mais un abus si répandu qu'il est presque conventionnel- c'est l'indice le plus célèbre, le Dow Jones Industrial Average, qui est souvent raccourci en Dow Jones. Aux Etats-Unis, les commentateurs préfèrent l'acronyme DJIA ou bien tout simplement "the Dow". Mais S&P Dow Jones opère littéralement des milliers d'indices dont le Dow Jones Transportation Average, le Dow Jones Utility Average, les différents indices Dow Jones Sustainability, le Dow Jones Global Titans, etc.

2. Ce n'est pas le plus vieil indice boursier de Wall Street

Le Dow est historiquement le deuxième indice boursier américain. En effet MM. Charles Dow, éditeur au Wall Street Journal, et Edward Jones, son associé, ont dès 1885 institué le Dow Jones Transportation Average (toujours en vigueur) soit près d'une décennie avant le premier calcul de l'Industrial Average en 1896. A noter que certains fournisseurs de données affichent rétrospectivement un niveau du Dow Jones Industrial Average depuis 1881 (première date à laquelle l'ensemble des valeurs originales étaient simultanément cotées).

3. Il n'a pas toujours compté 30 valeurs

À sa création en 1896 l'échantillon comportait 12 titres, chacun représentatif d'une industrie : American Cotton Oil, American Sugar, American Tobacco, Chicago Gas, Distilling & Cattle Feeding, General Electric, Laclede Gas, National Lead, North American Company, Tennessee Coal and Iron, U.S. Leather et U.S. Rubber. En 1916 , l'échantillon a été élargi à 20 titres, puis à 30 en 1928, ce qui est toujours le cas. GE (General Electric) est resté jusqu'à l'an dernier le seul membre d'origine, mais il a finalement été exclu en raison de ses mauvaises performances financières. En réalité le titre du conglomérat industriel avait déjà été exclu par deux fois (entre 1898 et 1899 puis entre 1901 et 1907). En tout état de cause GE détient toujours le record de présence ininterrompue : 111 ans depuis novembre 1907 (lorsqu'il avait réintégré l'échantillon aux dépens de Tennessee Coal & Iron) jusqu'à juin 2018.

4. Son mode de calcul est totalement anachronique

Charles Dow et Edward Jones n'ont pas cherché à se compliquer la vie. Pour calculer l'indice, ils ont tout simplement choisi de faire la moyenne (Average) des cours de 12 actions représentant chacune l'un des principaux secteurs dits industriels (Industrial) - hors les chemin de fer, qui représentaient alors l'essentiel de la cote et déjà représentés dans le Transportation Index. Soit l'addition des cours des douze titres choisis divisé par 12. Depuis, le principe est resté le même, mais les termes de l'opération ont changé.

Ainsi au numérateur on additionne désormais les cours de non plus 12 mais 30 titres: jusqu'ici rien de compliqué. Mais au niveau du dénominateur les choses se sont corsées au fil des années. En effet chaque opération financière (dividendes exceptionnels, division du nominal, etc.) modifiant la valeur nominale de l'un ou l'autre des titres de l'échantillon a entraîné un retraitement. Ainsi à l'entame du deuxième trimestre 2019 ce dénominateur (appelé le Dow "divisor") était très précisément de 0,14748071991788.

Autrement dit la somme des 30 cours n'est plus divisée (le dénominateur étant devenu inférieur à 1 en 1986) mais multipliée par un facteur d'environ 6,78. L'indice ne donne plus une moyenne, mais un produit, ce qui explique que sa valeur soit désormais supérieure au total des cours des trente actions référencées. A noter que jusqu'en 1963 le calcul était réalisé à la main et affiché une fois par heure seulement, avant d'être informatisé.

5. Il est aussi connu du grand public qu'il est peu utilisé par les professionnels

Comme le montre cette méthode de calcul, le Dow est fondé sur le cours nominal des titres qu'il comprend et absolument pas sur la capitalisation boursière de ces entreprises. Avec le Nikkei 225 japonais, relativement ancien lui aussi (1949), c'est l'un des rares indices boursiers à conserver cette méthodologie. Il faut bien comprendre que le DJIA n'est pas représentatif de la capitalisation boursière des entreprises qui le composent et qu'il ne constitue donc qu'un échantillon très aléatoire de l'ensemble du marché américain.

Pour les gérants, c'est donc le S&P 500, créé en 1957 qui est le meilleur baromètre de la santé du marché boursier américain. Cet indice s'appuie sur un échantillon beaucoup plus large (505 titres actuellement, représentant près de 80% de la capitalisation totale de Wall Street) dont les composantes sont pondérées en fonction de leur capitalisation réelle. Par exemple Microsoft, Apple et Amazon pesant le plus fortement dans le S&P 500, alors que Boeing bénéficie dans le Dow Jones d'un poids disproportionné simplement parce que son cours nominal est particulièrement élevé (un peu comme si Dassault Aviation était la première pondération du SBF 120 français). Un professionnel juge que le Dow Jones est totalement dépassé aujourd'hui et que la sortie récente de General Electric, dernier gage de son caractère historique, pourrait accélérer son effacement en tant qu'indicateur de marché (Walgreens Boots Alliance qui l'a remplacé avec un cours nominal plus élevé pèse deux fois moins en termes de capitalisation).

Mais les investisseurs sont parfois étonnamment sentimentaux et le Dow reste populaire dans les médias et auprès des épargnants : plus de 20 milliards de dollars sont à ce jour investis sur le principal tracker destiné à répliquer sa performance, le SPDR Dow Jones Industrial Average ETF. Et un certain Donald Trump continue à y faire régulièrement référence dans ses tweets pour vanter la vigueur du marché américain.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+330.30 % vs +0.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat