Bourse > Vivendi > Vivendi : Les télécoms à l'honneur, Vivendi et SFR-Numericable font le grand écart
VIVENDIVIVENDI VIV - FR0000127771 VIV - FR0000127771   SRD PEA PEA-PME
22.860 € +1.11 % Temps réel Euronext Paris
22.645 €Ouverture : +0.95 %Perf Ouverture : 22.890 €+ Haut : 22.490 €+ Bas :
22.610 €Clôture veille : 4 982 640Volume : +0.38 %Capi échangé : 29 590 M€Capi. :

Vivendi : Les télécoms à l'honneur, Vivendi et SFR-Numericable font le grand écart

(Tradingsat.com) - Les valeurs télécoms connaissent une séance mouvementée ce lundi à la Bourse de Paris, alors que l'actualité dans le secteur s'intensifie depuis la fin de semaine dernière. Vivendi et SFR-Numericable font le grand écart, affichant respectivement -5% et +6%. Bouygues gagne un peu de terrain, tandis que Iliad et Orange se stabilisent.

Le groupe de médias Vivendi a accepté de vendre à Altice les 20% du capital qu'il détient dans SFR-Numericable au prix de 40 euros par action. A l'occasion de la publication de ses résultats annuels, légèrement supérieurs aux attentes, il a également annoncé 5,7 milliards d'euros de retour de cash aux actionnaires.

"Ce qui est finalement plutôt décevant suite à l’annonce de la cession de la participation de SFR, même si le groupe pourrait éventuellement envisager un autre retour si aucune opportunité M&A ne se présentait", commente aujourd'hui le courtier Natixis.

Pour autant, "cette opération ne peut que relancer la spéculation sur une éventuelle consolidation du marché domestique des télécoms et sur une offre de Numericable-SFR pour acheter Bouygues Telecom" comme l'a évoqué ce week-end le Journal du Dimanche, poursuit le broker.

Selon le quotidien, le câblo-opérateur aurait proposé un prix proche de 7,5 milliards d’euros que le groupe de BTP a refusé. Toutefois, les discussions se poursuivent, croit savoir le JDD, citant un proche de Patrick Drahi, le président d'Altice-Numericable.

Par ailleurs, Orange cherche lui à se renforcer à l'échelle européenne. D'après le même journal, l'opérateur historique lorgnerait de près Telecom Italia. Si son patron Stéphane Richard réfute l'existence de négociations, il concède des "échanges de vues" avec son homologue transalpin dans lequel il voit "une belle opportunité de consolidation européenne".


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...