Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

SOCIETE GENERALE

GLE - FR0000130809 SRD PEA PEA-PME
12.630 € -3.05 % Temps réel Euronext Paris

Societe generale : En un mois, les valeurs bancaires ont signé un joli rebond, merci Mario Draghi !

vendredi 13 septembre 2019 à 11h45
Les annonces de la BCE soutiennent le secteur financier vendredi

(BFM Bourse) - Les trois valeurs bancaires du CAC 40 signent en l'espace d'un mois un rebond à deux chiffres, portées par le mouvement de rotation sectorielle traditionnellement observé avant les réunions des banques centrales. Les annonces de Mario Draghi, jeudi, de nouveaux prêts géants pour les banques ainsi que d'un système visant à exempter une partie des excédents qu'elle placent auprès de la banque centrale de taux punitifs soutiennent encore les valeurs du secteur vendredi.

Peu avant 11h, vendredi, trois des quatre meilleures performances de l'indice vedette du marché parisien sont à mettre à l'actif des banques, avec des gains de 2,3% pour Crédit Agricole et de 2,1% pour Société Générale et BNP Paribas. Ces progressions permettent aux valeurs bancaires de poursuivre leur rebond entamé il y a environ deux semaines alors que se profilait une nouvelle réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne. Sur un mois, BNP Paribas reprend ainsi 13,9%, Crédit Agricole 14,4% tandis que le rebond du titre Société Générale atteint 19,9%.

Une rotation sectorielle provoquée par les espoirs de "reflation"

"On assiste depuis quelques jours à un phénomène assez intéressant qui se traduit par une surperformance des valeurs cycliques (automobiles, financières, etc.) par rapport aux valeurs défensives (consommation de base, santé ou encore télécoms)" relevaient les experts de Mirabaud Securies cette semaine. "Cette forte rotation sectorielle s’opère à l’approche des réunions des banques centrales (notamment la BCE le 12 et la Fed le 18) où toutes les options sont permises" précise John Plassard, l'analyste de Mirabaud.

"Historiquement, à l’approche de baisses de taux potentiellement violentes, les marchés passent d'un contexte de peur de la déflation à un espoir de "reflation", autrement dit un contexte de reprise soutenue par une politique budgétaire expansionniste et potentiellement inflationniste", ce qui se traduit par une intense rotation sectorielle des valeurs défensives vers les valeurs plus cycliques, explique le directeur adjoint de Mirabaud Securities.

"Un cadeau pour les banques"

Au lendemain des annonces de Mario Draghi, parmi lesquelles figure donc la mise en place d'un système à deux niveaux de rémunération des réserves qui permet d'exempter les banques de taux négatifs sur une partie des sommes déposées à la BCE. "La facilité de dépôt sera modulée et la BCE aidera les banques également d'une autre manière en assouplissant les conditions de ses prêts à long terme" précise John Plassard, dans sa note de vendredi matin, des mesures qu'il assimile à "un cadeau pour les banques"

"Pour mémoire, rappelle l'expert, les banques paient actuellement quelques 7 milliards d'euros par an à la BCE sur les liquidités déposées auprès d'elle au-delà des niveaux minimaux requis". Et selon les calculs de Reuters, ce montant atteindrait 8,8 milliards d'euros avec le nouveau taux de dépôt abaissé de -0,4% à -0,5% - une façon d'inciter les banques à prêter aux entreprises et aux ménages plutôt qu'à "stériliser" leurs excédents.

La mise en place du nouveau mécanisme de modulation du taux de dépôt frappant les liquidités excédentaires des banques pourrait donc faire économiser jusqu'à 6,6 milliards d'euros aux institutions financières par rapport à l'hypothèse d'une application intégrale d'un taux de -0,5%. Les secteurs bancaires allemand et français en seraient les principaux bénéficiaires avec des économies de plus d'un milliard d'euros pour chacun d'eux, toujours d'après les chiffres de Reuters.

Prêts géants

L'institution monétaire européenne a par ailleurs confirmé, jeudi, le lancement d'une troisième série de prêts géants à taux très avantageux, dont la première vague interviendra le 19 septembre prochain. Les conditions d'octroi de ces prêts ont été assouplies et le taux d'intérêt pourra, au mieux, égaler celui sur les dépôts, soit un taux négatif de -0,50%, au-lieu de se situer 10 points de base au-dessus, comme c'était le cas auparavant. Les échéances de ces prêts ont en outre été prolongées de deux à trois ans. Ce n'est pas la première fois que la BCE met en place un tel système puisque l'institution avait déjà offert aux banques la possibilité d'emprunter d'énormes liquidités dans le cadre des programmes "TLTRO" I et II, respectivement en 2014 et 2016, à condition que les établissement bancaires qui contractent ces emprunts prêtent à leur tour cet argent aux ménages ou aux entreprises. Les banques, en particulier les membres les plus fragiles du secteur en Italie, avaient sauté sur l'occasion.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur SOCIETE GENERALE en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+330.30 % vs +0.14 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat