Bourse > Schneider electric > Schneider electric : En hausse, HSBC passe à l'achat
SCHNEIDER ELECTRICSCHNEIDER ELECTRIC SU - FR0000121972SU - FR0000121972
65.490 € -3.09 % Temps réel Euronext Paris
67.320 €Ouverture : -2.72 %Perf Ouverture : 67.580 €+ Haut : 64.880 €+ Bas :
67.580 €Clôture veille : 2 393 450Volume : +0.40 %Capi échangé : 39 075 M€Capi. :

Schneider electric : En hausse, HSBC passe à l'achat

tradingsat

(CercleFinance.com) - HSBC a doublement - et sensiblement - relevé son opinion sur le titre Schneider Electric ce matin. Si les analystes mettent toujours en garde contre la volatilité du titre, leur conseil passe de 'neutre' à la position acheteuse de 'surpondérer', l'objectif de cours correspondant grimpant de 55 à 62 euros. Selon HSBC, les équipementiers de cycle court, dont le groupe fait patie, devraient tirer leur épingle du jeu.

En Bourse de Paris ce matin où l'indice CAC 40 reste étale, l'action Schneider prend 2,7% à 54,7 euros.

Dans le cadre d'une note sectorielle sur le secteur des biens d'équipements, HSBC note que le prix des matières premières a atteint un pic en 2008, puis qu'après un dérapage, la reprise des cours intervenue en 2011/2011 a maintenant calé.

Selon les analystes, la fin du 'supercycle des matières' a des conséquences 'profondes' pour les équipementiers industriels lourds dits de cycle long, comme le groupe autrichien Andritz (machines pour centrales hydroélectriques, pour la fabrication de pâte à papier, les aciéries...) et le finlandais Metso (fabricant d'équipements miniers, d'automatismes industriels et de machines à pâte à papier), tous deux conseillés à 'sous-pondérer'.

En outre, 'nous pensons que les conséquences des programmes d'amélioration opérationnelle des entreprises sont sur-estimés par le marché', alors que cet argument est régulièrement mis en avant pour des titres comme Siemens, Philips ou Volvo. Selon HSBC, il ne s'agit que d'une réponse à l'érosion des prix sur ce segment du marché.

En revanche, 'à moyen terme, les équipementiers de cycle court tireront parti des indices PMI (des directeurs d'achats, ndlr) et de production industrielle en hausse, et de la reprise du marché de la construction', indique la note de recherche. C'est la raison pour laquelle des valeurs des biens d'équipements légers comme Schneider Electric (équipements et systèmes électriques basse tension) ou Assa Abloy (systèmes de fermetures), Atlas Copco (compresseurs...) ou encore Sandvik (outillage, équipements industriels, ...) sont distinguées.

Enfin,les analystes de HSBC table sur un bénéfice par action Schneider Electric de 3,95 euros cette année, puis de 4,68 euros (+ 18,5%) en 2013. Ces prévisions sont sensiblement plus optimistes que celles du consensus, qui attend de son côté 3,87 euros cette année, puis 4,18 euros l'an prochain (+ 8%).



Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI