Bourse > Schneider electric > Schneider electric : Schneider abaisse son objectif de marge, chute du titre
SCHNEIDER ELECTRICSCHNEIDER ELECTRIC SU - FR0000121972SU - FR0000121972
70.600 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
70.020 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 41 830 M€Capi. :

Schneider electric : Schneider abaisse son objectif de marge, chute du titre

tradingsat

par Jean-Michel Belot

PARIS (Reuters) - Schneider Electric a abaissé jeudi sa prévision de marge opérationnelle annuelle en raison d'un ralentissement plus important que prévu de l'économie européenne et d'un dérapage des coûts salariaux dans les pays émergents où le groupe réalise désormais 40% de son chiffre d'affaires.

Le marché a réagi très négativement à cette annonce, le titre perdant ainsi près de 8% à 41,08 euros 20 minutes après l'ouverture de la Bourse, portant son repli à plus de 26% depuis le début de l'année.

Le spécialiste français des équipements électriques table désormais sur une marge d'Ebita (résultat opérationnel avant coûts d'acquisition et d'intégration et impact de consolidation des acquisitions de l'année 2011) de 14% au lieu de 15% prévu auparavant.

"L'Europe de l'Ouest est à l'arrêt alors que l'Amérique du Nord continue de bien se comporter", observe Emmanuel Babeau, directeur financier du groupe, soulignant lors d'un entretien téléphonique à Reuters que l'effet mix géographique est ainsi négatif en raison d'une rentabilité plus faible outre-Atlantique.

Le chiffre d'affaires du groupe a atteint 5.697 millions d'euros au troisième trimestre, ce qui représente une croissance organique de 7,7%. Sur neuf mois, la croissance organique atteint 9,3%, un rythme supérieur à l'objectif de croissance annuelle comprise entre 6% et 9%, confirmé par le groupe.

RESTRUCTURATIONS SUPPLÉMENTAIRES

Au troisième trimestre, l'activité est restée tout juste stable en Europe de l'Ouest, principal marché du groupe (31% du CA), alors que l'Asie affiche une croissance organique de 15% et l'Amérique du Nord de 9%. Les pays émergents enregistrent de leur coté une croissance de 14%.

Le groupe va engager des restructurations supplémentaires dans les pays économiquement les plus touchés comme l'Espagne, où la baisse du chiffre d'affaires reste à deux chiffres, ou encore, hors d'Europe, l'Egypte dont l'économie reste affectée par les conséquences du "printemps arabe".

Ces charges additionnelles de restructuration auront un impact négatif de 0,2 à 0,4 point de pourcentage sur la marge.

L'inflation salariale dans les pays émergents comme la Chine rogne également les marges du groupe.

Schneider a confirmé cependant qu'il entendait comme prévu répercuter les hausses des prix des matières premières à ses clients, à hauteur de 1%.

"Nous avions annoncé notre ambition de faire passer 150 millions d'euros de hausse de prix au second semestre, nous confirmons notre capacité à le répercuter sur notre chiffre d'affaires", a précisé le directeur financier.

L'évolution des taux de change a eu un impact négatif de 165 millions d'euros sur le chiffre d'affaires au troisième trimestre, essentiellement du fait des variations de l'euro par rapport au dollar américain et au yuan chinois. Le groupe attend un impact du même ordre au quatrième trimestre, a précisé Emmanuel Babeau.

Avec Elena Berton, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...