Bourse > Schneider electric > Schneider electric : La Fed réduit encore son soutien à l'économie américaine
SCHNEIDER ELECTRICSCHNEIDER ELECTRIC SU - FR0000121972SU - FR0000121972
65.490 € -3.09 % Temps réel Euronext Paris
67.320 €Ouverture : -2.72 %Perf Ouverture : 67.580 €+ Haut : 64.880 €+ Bas :
67.580 €Clôture veille : 2 393 450Volume : +0.40 %Capi échangé : 39 075 M€Capi. :

Schneider electric : La Fed réduit encore son soutien à l'économie américaine

La Fed réduit encore son soutien à l'économie américaineLa Fed réduit encore son soutien à l'économie américaine

par Howard Schneider et Michael Flaherty

WASHINGTON (Reuters) - La Réserve fédérale américaine a, comme prévu, annoncé une nouvelle diminution de 10 milliards de dollars de son programme de soutien à l'économie des Etats-Unis, réaffirmant ainsi sa foi dans les perspectives du pays malgré un produit intérieur brut (PIB) pour le premier trimestre très en deçà des attentes.

Dans un communiqué, la Fed précise ramener le montant mensuel de ses rachats d'actifs obligataires à 45 milliards de dollars, le troisième programme d'assouplissement quantitatif ("QE3") étant donc bien parti pour être terminé d'ici le mois d'octobre.

La Fed ajoute que les décisions du jour, y compris celle de laisser le taux directeur entre zéro et 0,25%, ont été prises à l'unanimité.

A l'issue d'une réunion de politique monétaire étalée sur deux jours, la banque centrale américaine note que l'économie du pays "va croître à un rythme modéré" et que "les conditions du marché du travail vont continuer de s'améliorer progressivement".

Les dernières données que la Fed a recueillies "suggèrent une récente accélération de la croissance de l'activité économique après un brutal ralentissement au cours de l'hiver, qui a notamment été le fait de conditions météorologiques extrêmes".

L'économie américaine a fait du surplace au premier trimestre, avec une croissance limitée à 0,1%, soit la progression la plus faible du produit intérieur brut depuis le dernier trimestre 2012, mais l'activité économique semble dans les faits déjà repartir.

Ce chiffre annualisé de 0,1%, qui est une première estimation, est nettement inférieur aux prévisions des économistes, qui attendaient 1,2%, et contraste avec le dernier trimestre 2013, marqué par une croissance de 2,6%.

Un hiver extrêmement froid et une moindre accumulation de stocks par les entreprises expliquent en grande partie ce chiffre. L'hiver rigoureux que viennent de vivre les Etats-Unis a eu des conséquences néfastes sur de nombreuses composantes de l'économie comme les investissements des entreprises ou la construction.

WALL STREET RESTE EN LÉGÈRE HAUSSE APRÈS LA FED

Comme les décisions de la Fed étaient largement attendues et qu'elle n'a que très peu modifié son appréciation générale des perspectives économiques des Etats-Unis, Wall Street n'a guère bougé après les annonces de la banque centrale, conservant ses modestes gains peu avant la clôture.

Le prix des emprunts de Trésor était en légère baisse tandis que le dollar maintenait ses positions face au yen et à l'euro.

"Ce que dit la Fed en substance c'est d'ignorer les chiffres du PIB du premier trimestre, qui ne reflètent pas la vigueur intrinsèque de l'économie", a estimé Phil Orlando, analyste chez Federated Investors.

La Fed a maintenant réduit, en quatre étapes de 10 milliards de dollars, son programme d'assouplissement quantitatif de 40 milliards.

Cette diminution progressive de ce programme, le troisième de ce type depuis la crise financière de 2007-2009, marque la fin d'une époque qui a vu la Fed quadrupler son bilan, à 4.200 milliards de dollars, pour soutenir l'économie américaine.

La Fed, dont le taux directeur est proche de zéro depuis décembre 2008, a réaffirmé qu'elle maintiendrait ce taux entre zéro et 0,25% pendant un "lapse de temps considérable" après la fin du "QE3".

Même si la banque centrale américaine ne semble guère faire de cas des chiffres du PIB du premier trimestre, certains pensent que ceux-ci renforceront les positions de Janet Yellen, la présidente de la Fed, qui se range plutôt du côté des colombes.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI