Bourse > Safran > Safran : Marge tassée et problème de qualité mineur sur le LEAP
SAFRANSAFRAN SAF - FR0000073272SAF - FR0000073272
85.380 € -0.37 % Temps réel Euronext Paris
85.650 €Ouverture : -0.32 %Perf Ouverture : 85.830 €+ Haut : 85.120 €+ Bas :
85.700 €Clôture veille : 740 067Volume : +0.18 %Capi échangé : 35 606 M€Capi. :

Safran : Marge tassée et problème de qualité mineur sur le LEAP

Safran: Marge tassée et problème de qualité mineur sur le LEAPSafran: Marge tassée et problème de qualité mineur sur le LEAP

par Cyril Altmeyer et Tim Hepher

PARIS (Reuters) - Safran a annoncé vendredi un tassement de sa marge opérationnelle semestrielle en raison de la transition entre le moteur CFM56 et son successeur, le LEAP, lequel connaît selon le groupe un problème de qualité mineur qui ne modifie pas ses objectifs de production.

L'équipementier aéronautique, qui a abaissé fin mai son offre amicale de rachat de Zodiac Aerospace, compte toujours lancer son OPA simplifiée d'ici la fin de l'année, a déclaré le directeur général de Safran Philippe Petitcolin.

"Nous n'avons pas eu de mauvaise nouvelle venant de Zodiac", a-t-il dit à des journalistes, après de nouveaux avertissements lancés début 2017 par Zodiac après le lancement de l'offre initiale de Safran.

Il a toutefois souligné ne pas avoir de contact particulier aujourd'hui avec Zodiac en vertu des directives sur une telle opération de rapprochement, qui nécessite encore l'aval des autorités de régulation et de concurrence.

"Dans les communiqués des principaux clients de Zodiac, je ne vois plus apparaître Zodiac donc j'ai l'impression qu'ils ne sont plus dans le radar de tête des fournisseurs pouvant potentiellement impacter les performances de nos clients", a ajouté Philippe Petitcolin après la publication cette semaine des résultats trimestriels d'Airbus et Boeing.

Safran a dépassé les attentes au premier semestre, avec une marge opérationnelle de 15,2%, en recul de 0,2 point sur un an et un chiffre d'affaires en croissance organique de 2,4% à 8,038 milliards d'euros.

"Nous avons une opinion positive sur les activités centrales de Safran et sa capacité à faire croître ses résultats et son free cash flow", souligne Bernstein dans une note.

"Mais nous estimons que le risque de développements négatifs sur l'activité de Zodiac pourrait affecter négativement la performance boursière de Safran à court terme", ajoute l'intermédiaire.

NOUVELLES HAUSSES DE PRODUCTION DE MONOCOULOIRS

Les enjeux liés au LEAP, le défi majeur de Safran, obligent à adopter une attitude prudente sur le titre, estime de son côté Jefferies, justifiant ainsi sa recommandation à "conserver" et son objectif de cours à 75 euros.

Vers 09h40, le titre Safran accuse une baisse de -0,31% à 81,22 euros, surperformant cependant le CAC 40 (-1,11%).

Philippe Petitcolin a souligné que CFM, sa coentreprise avec General Electric, travaillait actuellement sur un "risque industriel potentiel" concernant la qualité d'un disque de turbine haute pression du LEAP mais pas du tout lié à la conception du moteur.

Airbus et Boeing commencent à réfléchir à de nouvelles hausses de cadences de leurs monocouloirs respectifs (A320neo et 737MAX) sans avoir pris encore de décision, a-t-il précisé aux analystes.

Safran fait état de 147 LEAP vendus au premier semestre à Airbus à Boeing contre 11 unités au premier semestre 2016, tout en précisant que la demande pour le moteur CFM56, dont le carnet de commandes atteint 1.814 unités, permet d'anticiper une diminution de la cadence plus lente que prévu.

Philippe Petitcolin s'est par ailleurs déclaré prêt à travailler avec les motoristes allemands MTU et Rolls Royce Deutschland sur un futur avion de combat franco-allemand dont Dassault Aviation se verrait bien l'architecte.

Concernant Silvecrest à l'origine du retard du futur Falcon 5X de Dassault Aviation, Philippe Petitcolin a confirmé l'objectif de faire certifier le moteur au premier semestre 2018 en vue d'une entrée en service du jet début 2020.

Safran a également confirmé ses objectifs pour 2017, à savoir une croissance de 2% à 3% de son chiffre d'affaires ajusté publié et un résultat opérationnel courant proche des 2,404 milliards d'euros de 2016.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2017 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...