Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Pétrole Brent

BRN - MP0000000BRN
- -

Pétrole brent : La demande de pétrole brut risque de moins augmenter que prévu, les cours accentuent leur repli

mercredi 12 juin 2019 à 17h00
Stocks US et prévisions de croissance font flancher les cours du brut

(BFM Bourse) - Les cours pétroliers reculent de nouveau fortement en réaction à l'abaissement des prévisions de l'agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) quant à l'évolution de la demande mondiale de brut en 2019 et 2020, ainsi qu'à l'annonce d'une nouvelle hausse du niveau des stocks américains.

Déjà en repli lundi et mardi sur fond de craintes d'un affaiblissement de la demande mondiale de brut au regard du regain de tensions commerciales entre Washington et Pékin notamment, le cours du baril de Brent (de la mer du Nord) et celui du WTI (brut léger américain) flanchent de nouveau mercredi.

Peu avant 16h30, le baril de Brent s'échangeait à 61,04 dollars (-1,64%) sur l'Intercontinental Exchange de Londres, quand celui de WTI texan abandonnait 1,79% à 52,06 dollars sur le Nymex. Sur les trois derniers jours, les deux principales références mondiales du pétrole brut lâchent respectivement 3,4% (Brent) et 3,5% (WTI).

Prévisions de croissance revues en baisse

Deux actualités expliquent ce nouveau net recul des cours du brut. La première est la publication, dans la matinée, d'un rapport de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) dans lequel l'institution abaisse ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour l'année en cours ainsi que pour 2020. L'EIA anticipe une hausse de la demande de seulement 1,22 millions de barils par jour cette année, soit 160.000 bpj de moins que dans ses précédentes prévisions. Pour 2020, l'agence n'attend plus qu'une augmentation de 1,42 millions de bpj, ce qui correspond à une révision en baisse de 110.000 bpj.

Du côté de l'offre, L'EIA s'attend à une augmentation de 1,36 million de bpj de la production américaine cette année, ce qui la porterait à 12,32 millions de barils par jour, une prévision inférieure de 140.000 bpj à celle du rapport mensuel que l'agence avait publié en mai dernier. Si la croissance de la production US devrait ralentir, l'EIA anticipe tout de même que celle-ci va atteindre de nouveaux records, en 2019 puis en 2020, pour culminer à 13,5 millions de bpj d'ici 18 mois. C'est ce qu'a déclaré Linda Capuano, prévisionniste de l'agence fédérale, après la publication du fameux accord. Et si les États-Unis sont récemment devenus les premiers producteurs de pétrole brut, devant la Russie et l'Arabie saoudite -qui s'évertuent tant bien que mal à réguler l'offre pour éviter une chute plus drastique des cours-, c'est en grande partie grâce au boom du pétrole de schiste, issu de la fracturation hydraulique.

Nouvelle hausse surprise des stocks US

L'autre élément qui pèse sur les cours est l'annonce du niveau des stocks de pétrole brut, qui ont de nouveau augmenté lors de la semaine écoulée (+2,2 millions de barils) pour s'établir à 485,5 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient -une nouvelle fois à tort- une baisse de l'ordre d'un million de barils. La production s'est quant à elle établie, en moyenne, à 12,3 millions de bpj - tout près de son record de 12,4 millions de barils par jour établi lors de la semaine précédente.

Quentin Soubranne - ©2019 BFM Bourse
Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+286.40 % vs +10.94 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat