Bourse > Orange > Orange : L'ancienne équipe dirigeante comparaît devant le juge d'instruction
ORANGEORANGE ORA - FR0000133308ORA - FR0000133308
14.200 € -2.34 % Temps réel Euronext Paris
14.565 €Ouverture : -2.51 %Perf Ouverture : 14.570 €+ Haut : 14.115 €+ Bas :
14.540 €Clôture veille : 11 768 400Volume : +0.44 %Capi échangé : 37 773 M€Capi. :

Orange : L'ancienne équipe dirigeante comparaît devant le juge d'instruction

tradingsat

(Tradingsat.com) - L'ancienne équipe dirigeante de France Télécom comparaît à partir d'aujourd'hui devant le juge d'instruction pour répondre de la vague de suicides de ses salariés, survenue entre 2008 et 2009. L'enquête avait été lancée en 2010 à la suite d'un rapport de l'inspection du travail et du dépôt d'une plainte de la fédération Sud-PTT en 2009.

L'audition de Didier Lombard, l'ancien PDG du groupe, prévue ce mercredi, pourrait aboutir à sa mise en examen, indique Le Monde. Olivier Barberot, ex DRH, comparaît également ce jour, tandis que Louis-Pierre Wenes, ancien DG d'Orange, sera entendu jeudi, et France Télécom vendredi, en sa qualité de personne morale, pour « harcèlement moral ».

Le groupe et ses ex-dirigeants sont soupçonnés, du fait d'un management « musclé » accompagné de nombreuses suppressions de postes (22 000 entre 2006 et 2008, ainsi que 10 000 changements de métiers sur la même période dans le cadre du plan Next), d'avoir entretenu un climat délétère ayant mené plus de 80 salariés au suicide, ou à la tentative de suicide.

La communication controversée de messieurs Lombard et Wenes avait particulièrement choqué les esprits. En septembre 2009, Didier Lombard avait employé l'expression malheureuse de « mode des suicides » qui n'avait pas tardé à provoquer son éviction. Louis-Pierre Wenes, le « cost killer » chargé de réduire les coûts de l'entreprise, aurait quant à lui lancé « soit on se soumet, soit on se démet » lors d'un comité central d'entreprise alors que ses méthodes de management étaient questionnées, avait révélé à l'époque le Parisien.

Dans le cadre du plan Next, Thierry Breton et Didier Lombard avaient tenté de développer une stratégie de financiarisation de l'entreprise peu compatible avec la persistance de nombreux fonctionnaires dans ses effectifs. Sa mise en œuvre incluait une réduction des coûts et une volonté d'améliorer l'efficacité des équipes.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...