Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

Nasdaq Composite

COMP - XC0009694271
- -

Nasdaq Composite : La casacade de statistiques économiques de la semaine est catastrophique

jeudi 30 avril 2020 à 15h10

(BFM Bourse) - L'indice Nasdaq Composite, qui devrait ouvrir proche de l'équilibre ce jeudi, a pris de la hauteur mercredi, sur fond d'espoir d'un traitement contre le coronavirus. Dans un communiqué, le laboratoire Gilead a annoncé avoir connaissance de données favorables en provenance du National Institute of Allergy and Infectious Diseases. L'institut national des allergies et maladies infectieuses, ou NIAID, une branche dédiée aux maladies infectieuses des NIH qui sont une sorte d'équivalent américain de l'Inserm, a lancé la première et la plus vaste étude consacrée à l'anti-viral à large spectre remdesivir sur le territoire américain.

"Nous comprenons que l'essai a atteint son principal critère d'efficacité et que le NIAID va fournir des informations plus détaillées lors d'une prochaine conférence de presse", a indiqué le groupe, après avoir demandé la suspension de sa cotation en Bourse. Gilead Sciences, qui fait partie de l'indice, a bondi de 5,68% à 83,14$ (+29,16% depuis le 1er janvier).

Sans aucune surprise, la Fed, qui achevait hier une réunion de son Comité de politique monétaire, n'a pas agi sur les taux fédéraux déjà à un niveau plancher, mais a tenté de rassurer les marchés, en réaffirmant sa capacité d'utiliser toute la panoplie d'outils à sa disposition, pour soutenir une économie meurtrie par le confinement imposé par la pandémie de Covid-19, dont épicentre reste centré sur les Etats-Unis. Le cap du million de cas avérés vient d'ailleurs d'être franchi cette semaine. Le soutien par injection de liquidités a été réaffirmé.

"Cette situation fait ressortir une économie sous intraveineuse de liquidités et le retour à la normale, c'est-à-dire une économie de marché qui fonctionne sans aides financières, sera des plus compliquée", a commenté Vincent Boy, analyste de marché chez IG France. "Autrement dit, toute remontée des taux semble de plus en plus difficile sans provoquer une crise importante sur les acteurs économiques, dépendants des taux bas et de l'argent facilement accessible", a poursuivi le spécialiste.

"Si aucune annonce d'importance n'a été faite, le message global que Jerome Powell hier soir a été très positif sur le court terme. Peu importe la dette, pourvu que « le soldat économie » soit sauvé par tous les moyens puisque les membres du FOMC ont décidé d'utiliser tous les outils à leur disposition" a pour sa part synthétisé John Plassard pour MIRABAUD Securities.

Au chapitre statistique, principal rendez-vous de la journée hier: les toutes premières estimations du Produit Intérieur Brut (PIB) aux Etats-Unis, sont ressorties sous les attentes, à -4.8% par rapport à la richesse nationale créée au premier trimestre 2019. En moyenne, les analystes et économistes interrogés tablaient sur une contraction de 4.0%, alors que le processus de sortie de confinement s'amorce à peine aux Etats-Unis, touchés de plein fouet par l'épidémie de coronavirus. Il faut remonter au premier trimestre 2009 pour voir une contraction de cette ampleur.

Un coup d'oeil sur le chiffres à traditionnel fort impact, de ce jeudi, pour ce qui est des repères publiés avant l'ouverture de Wall Street: ils continuent à faire froid dans le dos, avec une nouvelle vague déferlante de nouvelles inscriptions aux allocations chômage (3 839 000 pour la semaine passée), et une chute encore plus violente qu'anticipée des dépenses des ménages (-7,5% en mars d'un mois sur l'autre).

A suivre l'indice PMI de Chicago à 15h45.

Alphabet (+8,74% à 1 341,48$) était fort bien entouré hier dans le sillage de la publication de sa copie 2019. Tout comme Tesla (+4,08% à 800,51$) et Facebook (+6,17% à 194,19$).

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Le test de la moyenne mobile à 100 jours (en orange), courbe de tendance de fond de l'indice, est toujours en cours. Attention à une fausse sortie par le haut, et attention par là-même, au phénomène de bull trap; revenons-en à son mécanisme:

Le bull trap (piège à la hausse) est un phénomène classique en finance de marché comportementale: l'acheteur, appâté une première fois, l'est une seconde fois avec le sentiment de faire une affaire encore meilleure avec un point d'entrée jugé bon. Dès lors, la volatilité à la hausse progresse, et l'investisseur est de plus en plus persuadé d'avoir flairé la bonne affaire, sans se poser aucune question sur la justification de la hausse. Si le mouvement haussier ne prend pas corps, le piège se referme.

Seule une progression vigoureuse accompagnée de volumes puissants, avec l'appui de tous les secteurs représentés au sein de l'indice viendrait délivrer un message haussier durable, et donc invalider l'option retenue. Dans l'immédiat, tout retour entre 7 888 points et la borne basse du gap baissier du 10 mars à 8 344 points, même en eaux calmes, est jugée dangereuse. Nous n'en sommes guère loin. Avis neutre à l'échelle de la seule séance à venir.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre opinion est neutre sur l'indice Nasdaq Composite à court terme.

On prendra soin de noter qu'un franchissement des 9088.00 points raviverait la tension à l'achat. Tandis qu'une rupture des 7888.00 points relancerait la pression vendeuse.

Le conseilLogo TradingSat

Nasdaq Composite
Neutre
Résistance(s) :
-
Support(s) :
-

GRAPHIQUE EN DONNEES QUOTIDIENNES

Nasdaq Composite : La casacade de statistiques économiques de la semaine est catastrophique (©ProRealTime.com)
©2020 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+306.60 % vs -1.01 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat