Bourse > Apprendre la bourse > Lexique Boursier

Lexique Boursier

Introductions en bourse

Une introduction en Bourse constitue une étape importante dans la vie d’une société car c’est un moyen pour elle de promouvoir ses produits ou ses services, d’accéder à de nouvelles sources de financement, d’assurer une liquidité à ses actions, notamment pour les salariés et les dirigeants, et, le cas échéant, d’offrir une monnaie d’échange en cas d’acquisition d’une société concurrente.

Autrement dit l'introduction en Bourse est un moyen pour elle d’accélérer son développement. Les sociétés désireuses de s’introduire en Bourse ont le choix entre plusieurs procédures : l’offre à prix ferme (OPF), l’offre à prix minimal (OPM), l’offre à prix ouvert (OPO) ou la cotation directe.

L’offre à prix ferme consiste à mettre à la disposition du public une quantité de titres à un prix déterminé à l’avance. Seuls les ordres d’achat supérieurs ou égaux à ce prix sont recevables. En fonction du succès de l’introduction en bourse, une réduction proportionnelle des ordres peut être décidée. Les titres sont alors répartis selon un rapport entre le nombre de titres offerts et le nombre de titres demandés. Si la demande est manifestement trop importante, une seconde OPF peut être lancée à un prix relevé d’au moins 5 %.

Dans le cas de l’offre à prix minimal, Euronext publie un avis qui précise à la fois le nombre de titres offerts au public et le prix de vente. Mais, et c’est la différence essentielle avec l’OPF, le prix d’offre est un prix minimal. Seuls les ordres à cours limité (fixant une limite de prix à ne pas dépasser) sont acceptés, à condition qu’ils demeurent dans une limite raisonnable par rapport au prix d’offre. Euronext peut en effet éliminer les ordres assortis d’une limite trop éloignée du prix d’offre minimal (ce sont des ordres fantaisistes ou des ordres au mieux « déguisés »). La tranche d’ordres retenue correspond à celle qui permet de servir le plus grand nombre d’ordres à un prix satisfaisant à la fois l’émetteur et le marché. Si la demande est excessive, une seconde procédure, sous forme d’OPF par exemple, peut être mise en oeuvre.

La cotation directe est une procédure de moins en moins utilisée. Elle est plutôt réservée aux opérations de taille modeste. Les titres sont proposés à un prix minimal. Les ordres au prix du marché sont acceptés et ne comportent pas de limite de cours. Néanmoins, le cours définitif ne peut s’écarter de plus de 10 % du prix minimal.

L’offre à prix ouvert (OPO), à l’instar de l’OPF, peut être combinée avec la procédure de placement. Cette procédure, comme l’OPF, est alors avant tout destinée aux investisseurs personnes physiques, alors que le placement est plutôt destiné aux investisseurs institutionnels ou à une catégorie d’investisseurs bien identifiée.

Quand l’OPO et l’OPF sont combinées au placement, 90 % environ des titres diffusés par l’émetteur sont alloués à la procédure du placement, autant dire aux institutionnels.

Dans le cadre d’une OPO, le prix est annoncé dans une fourchette et le prix définitif fixé à l’intérieur ou aux bornes de cette fourchette, le jour même de la première cotation après observation du nombre d’ordres issus du placement (s’il y en a un) et de l’OPO. Aussi, les ordres doivent être exprimés sans limite de prix et sont réputés stipulés au prix de l’OPO. La combinaison OPF-OPO avec un placement est plutôt utilisée dans le cas d’opérations de taille importante.

Retrouvez toutes les introductions en Bourse à venir ainsi que l'historique des introductions en bourse (IPO).