Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

INGENICO GROUP

ING - FR0000125346 SRD PEA PEA-PME
97.140 € -5.87 % Temps réel Euronext Paris

Ingenico group : Auteur d'un spectaculaire redressement en 2019, Ingenico va s'unir à Worldline

lundi 3 février 2020 à 12h43
Worldline va lancer une offre de rachat d'Ingenico

(BFM Bourse) - Convoité par Natixis en 2018 alors que le groupe était au creux de la vague, Ingenico a su depuis redresser significativement ses résultats et pratiquement doublé de valeur en 2019. Le spécialiste du paiement, parmi les derniers indépendants du secteur, a ainsi obtenu des conditions nettement plus équilibrées pour son mariage avec Worldline.

La consolidation du secteur des paiements en Europe se poursuit avec la constitution autour du leader Worldline d’un nouveau géant continental (et numéro 4 mondial), par le biais d’un projet de rapprochement amical avec son compatriote Ingenico, auteur d’un remarquable redressement l’an dernier sous l’impulsion de Nicolas Huss, nommé directeur général fin 2018 après le débarquement de Philippe Lazare.

Worldline, qui avait déjà repris SIX Payment Services pour l’équivalent de 2,3 milliards d'euros en 2018 (en actions), va donc renforcer son leadership à l’échelon européen en rachetant Ingenico pour l’équivalent de 7,8 milliards d’euros, soit une valorisation de 15 fois l’excédent brut opérationnel (EBO), formant un nouveau poids lourd du secteur (hors banques) fort d’un chiffre d’affaires pro forma supérieur à 5,3 milliards d’euros en 2019.

Une offre en numéraire et en échange d'actions

Le groupe dirigé par Gilles Grapinet –lequel pilotera le nouvel ensemble- va lancer une offre publique mixte sur l’ensemble des titres Ingenico. À titre principal, Worldline propose 11 de ses propres actions plus 160,5 euros en numéraire pour 7 actions Ingenico. Les actionnaires d’Ingenico pourront aussi demander à être réglés entièrement en numéraire (à raison de 123,10 euros par action Ingenico) ou entièrement en actions (selon une parité de 56 actions Worldline offertes pour 29 actions Ingenico apportées), ou selon une combinaison des deux. Mais la proportion qu’ils recevront in fine en numéraire et/ou actions dépendra d’un mécanisme de réduction de telle sorte à ce que la proportion payée en actions par rapport à celle payée en titres soit équivalente au global à celle de l’offre principale.

A l’issue de l’opération, les anciens actionnaires de Worldline détiendraient environ 65% du nouveau groupe. Ceux d’Ingenico en détiendraient environ 35%. Après avoir rebondi de 95,4% en 2019, le titre Ingenico grimpait de 11,17% lundi matin vers 11h45, à 116,95 euros, un plus haut depuis janvier 2016, portant à +20% sa progression depuis le début de l’année. À titre indicatif, l’action valait moins de 63 euros en octobre 2018 lorsque Bloomberg avait révélé que Natixis avait envisagé "un rapprochement industriel de ses activités de paiement avec celles du groupe Ingenico", approche qui était restée sans suite.

Du côté de Worldline, son cours de Bourse reculait de 4,55% au même moment à 60,85 euros.

Worldline "impressionné" par Ingenico

"Je suis particulièrement heureux et fier d’annoncer qu’aujourd’hui est un grand jour pour Worldline comme pour Ingenico et plus largement pour notre industrie. Ensemble, avec Ingenico, nous allons en effet créer le champion européen de classe mondiale dans les paiements électroniques", a déclaré le PDG de Worldline. "Nous avons été impressionnés par la sensible amélioration de leurs performances au cours de ces 18 derniers mois sous le pilotage de Nicolas Huss ainsi que par la transformation en profondeur de leur activité de terminaux de paiement permettant une amélioration de leur efficacité, une autonomie accrue et le lancement d’un nouveau plan stratégique", a ajouté Gilles Grapinet.

Plombé par une série d’avertissements en 2018 faute de repositionnement suffisamment rapide au-delà du segment des terminaux physiques, ce qui avait fini par coûter son poste à Philippe Lazare, le dirigeant historique, Ingenico a connu un rapide redressement en 2019, dépassant finalement ses objectifs annuels pourtant relevés en cours d’année. Selon des chiffres préliminaires, l’exercice écoulé s’est soldé par une hausse de 10% du chiffre d’affaires à données comparables, à 3,37 milliards d’euros, tandis que l’Ebitda a grimpé de 9% à 606 millions d’euros, soit un taux de marge de 18%, contre une objectif supérieur à 550 millions d’euros.

"La combinaison de Worldline et d’Ingenico offre une opportunité unique de créer un champion européen incontesté du paiement, capable de rivaliser avec les plus grands acteurs mondiaux. Cette transaction arrive au juste moment où la consolidation s’accélère dans l’industrie et je suis convaincu que l’union de leurs forces transformera profondément l’industrie. Je suis heureux d’écrire une nouvelle page dans l’environnement européen du paiement et de construire les fondations d’un acteur majeur et incontournable du paiement. Cette transaction est unanimement approuvée par les conseils d’administration respectifs de Worldline et Ingenico et je serais très fier de pouvoir en devenir le président du conseil d’administration à la clôture de l’opération afin de poursuivre cette exceptionnelle success story", a indiqué de son côté le président du conseil d’administration d’Ingenico, Bernard Bourigeaud.

Numéro un mondial des terminaux de paiement

Avec un chiffre d’affaires combiné d’environ 5,3 milliards d’euros en 2019, dont environ 2,5 milliards d’euros dans les paiements et services transactionnels, ce rapprochement donnerait naissance à l’un des leaders mondiaux du secteur. Les mastodontes de ce secteur sont Fidelity National Information Services (FIS), qui a racheté l'an dernier Worldpay, et Fiserv Inc, qui lui a avalé en 2019 First Data Corp.

Le nouveau groupe issu de la fusion d'Ingenico et de Worldline serait bien entendu toujours leader des paiements, en portant sa part de marché sur les services financiers à environ 20% et troisième acteur européen du paiement en ligne, avec 250.000 clients dans le commerce en ligne plus de 350 méthodes de paiement disponibles. Le nouveau groupe serait aussi numéro un mondial dans les terminaux de paiement, la spécialité historique d’Ingenico, avec plus de 14 millions de terminaux expédiés par an.

D'importantes synergies en vue

Worldline s’attend, au vu de son expérience en matière d’acquisitions que cette nouvelle opération génère des synergies importantes d’environ 250 millions d’euros en rythme annuel en 2024, et permettrait une progression à deux chiffres du taux de marge (d’excédent brut opérationnel).

L’ex-filiale d’Atos estime que l’opération permettrait une augmentation à deux chiffres de son bénéfice net par action dès la première année, tout en conservant un bilan solide avec un ratio de dette nette sur excédent brut opérationnel qui n’augmenterait qu’à 2,5 fois fin 2020, en ligne avec l’objectif précédemment fourni, pour redescendre à 1,5 fois douze mois après la clôture de l’opération.

Informé du projet, Atos (qui détient une participation résiduelle de 13% dans Worldline) a fait part de son soutien au projet, de même que SIW. Bpifrance, qui possède 5,5% d’Ingenico, a confirmé non seulement qu’il apporterait ses titres à l’offre, mais qu’il avait l’intention de potentiellement augmenter sa participation dans Worldline à un niveau proche de sa participation dans Ingenico avec l’objectif de devenir un actionnaire de référence à long terme.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur INGENICO GROUP en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+303.10 % vs -12.46 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat