Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

INGENICO GROUP

ING - FR0000125346 SRD PEA PEA-PME
55.440 € +0.95 % Temps réel Euronext Paris

Ingenico group : Après une année noire en 2018, Ingenico en route pour redresser la barre?

mercredi 13 février 2019 à 11h14

(BFM Bourse) - En affirmant avoir cerné les problèmes qui ont plombé l'exercice du spécialiste des solutions de paiement -auteur de trois avertissements successifs- et mis en place une équipe de direction suffisamment calibrée pour pour remettre l'entreprise sur la bonne voie, le nouveau directeur général d'Ingenico récolte les encouragements des investisseurs.

Après son annus horribilis 2018, le titre Ingenico retrouve un peu d'allant ce mercredi. L'action, tombée en janvier à un plus bas depuis près de six ans au terme d'un repli de 44% en 2018, reprend ainsi 7,33% à 51,12 euros vers 10h00, après la publication de ses résultats annuels assortis de l'annonce de ses objectifs 2019 et de la prochaine présentation d'un nouveau plan stratégique.

Résultats 2018 en baisse, sans surprise

Compte tenu des indications non auditées livrées il y a trois semaines, la teneur des comptes 2018 n'a pas vraiment surpris. L'an dernier, Ingenico a généré un chiffre d'affaires de 2,64 milliards d'euros, soit une croissance organique limitée à 2% compte tenu du recul de 4% pour la branche "banks & acquirers" (ciblant de façon indirecte les commerçants notamment via les banques et les opérateurs téléphoniques qui leur fournissent des solutions de paiement) tandis que le "retail" (vente en direct de services aux distributeurs et e-commerçants) a enregistré une accélération à +8%.

L'Ebitda, évalué à 485 millions d'euros en janvier (contre un objectif d'abord fixé dans une fourchette de 570 à 545 millions, abaissée dans un premier temps à 545 millions puis 510 millions d'euros), s'est finalement élevé à 488 millions d'euros, soit un recul de 7% par rapport à 2017, ou une dégradation du taux de marge à 18,4% (tombée de 26% à 21,2% dans la branche "banks & acquirers", alors qu'elle a progressé de 14,8% à 15,7% dans le retail).

Repli du dividende, mais progression du cash-flow ajusté

Seule indication véritablement nouvelle, celle du bénéfice net ressorti lui aussi en repli (-25%) à 188 millions d'euros. Ce qui va entraîner une nette diminution du dividende, proposé à 1,10 euro au lieu de 1,60 euro au titre de 2017. Profitant contre-intuitivement du déclin de l'activité dans le pôle banks & acquirers, qui a en fait diminué le besoin en fonds de roulement, le free cash-flow ajusté (hors acquisitions et charges de restructuration) a pour sa part progressé de 6% à 285 millions d'euros.

Nicolas Huss, qui a pris les rênes du groupe en juillet, succédant à Philippe Lazarre, a par ailleurs précisé les ambitions du groupe, confirmant sans surprise que l'objectif donné l'an dernier de 700 millions d'euros d'Ebitda à horizon 2020 était caduc. Pour 2019, Ingenico table sur un retour à la croissance organique, comprise entre +4 et +6%, avec une stabilisation du pôle B&A (en fait déjà amorcée au quatrième trimestre 2018, à +1% en organique) et une croissance à deux chiffres du retail. L'Ebitda est attendu supérieur à 550 millions d'euros, en comptant sur environ 45 millions d'euros de contribution des acquisitions de BS Payone et de Paymark, dont plus de 270 millions en retail et environ 280 dans B&A. Le groupe vise à convertir environ 50% de cet Ebitda en flux de trésorerie.

La nouvelle direction focalisée sur l'exécution du plan stratégique

Si 2018 a été "une année difficile" selon les mots du dirigeant, 2019 devrait donc être synonyme de repositionnement et accélération. À la tête d'une équipe largement renouvelée, du directeur financier au directeur technologie en passant la patronne de l'Amérique du Nord et celui de Payone, Nicolas Huss indique que le pôle retail continuera à bénéficier de la poursuite du déploiement de sa stratégie d'accès direct aux commerçants. Quand à la performance de B&A, affectée par des conditions de marché renouvelable mais aussi, a-t-il diagnostiqué, par des problèmes d'exécution dans les pays matures, sa refonte commerciale et sa réorganisation sont en cours en vue notamment de tirer pleinement parti de la reprise des marchés émergents ou du déploiement du paiement via Android.

"L'équipe de direction sera concentrée sur l'exécution du plan de transformation", a assuré le directeur général, en parallèle d'un effort particulier sur la génération de trésorerie. Les détails du plan stratégique, qui prévoit dès cette année 35 millions d'euros d'économies de coûts nettes en moyennant 15 millions d'euros d'investissements, seront présentés le 24 avril prochain lors d'un Capital Markets Day.

Saluant ces "premiers pas", l'analyste d'UBS Francois-Xavier Bouvignies a confirmé mercredi a jugé le moment bien choisi pour acheter le titre, en vue d'un objectif de 75 euros. "L'exécution [du plan de redressement] sera déterminante pour permettre au titre de surperformer", a souligné l'analyste.

Guillaume Bayre - ©2019 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur INGENICO GROUP en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+284.40 % vs +3.97 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat