Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

INGENICO GROUP

ING - FR0000125346 SRD PEA PEA-PME
132.450 € +0.76 % Temps réel Euronext Paris

Ingenico group : Après un nouvel avertissement, Ingenico dévisse en Bourse

mercredi 23 janvier 2019 à 11h49
Ingenico dévisse en Bourse après une nouvelle révision à la baisse de son Ebitda

(BFM Bourse) - Ingenico a reconnu mardi après Bourse que sa rentabilité avait été inférieure à celle que prévoyait le groupe pour l'exercice 2018, lançant par la même occasion un "plan de réduction de coûts mondial" pour sa division banques et acquéreurs. Le titre plonge.

Le groupe français de solutions de paiement a fait état mardi après Bourse d'un excédent d'exploitation (Ebitda) de 485 millions d'euros pour l'année 2018, contre 510 millions précédemment attendus. Rappelons qu'Ingenico avait déjà abaissé sa prévision d'Ebitda en juillet dernier, le groupe tablant auparavant sur 545 millions d'euros.

Le titre au plus bas depuis 2013

Cette nouvelle révision à la baisse de ses résultats n'a visiblement pas plu aux opérateurs boursiers puisque le titre Ingenico abandonne 12,3% à 45,65 euros peu avant 11h, signant ainsi la pire performance de la matinée sur le SRD. Son plongeon du jour ramène le titre à son plus bas niveau depuis avril 2013 et creuse les pertes d'Ingenico en Bourse, le groupe ayant désormais perdu près de la moitié de sa valeur sur un an (-49%).

Le groupe a pourtant réalisé un chiffre d'affaires annuel de 2,643 milliards d'euros en 2018, soit une progression de 2% en données organiques (à périmètre et taux de changes constants) et de 5% en données publiées. Des ventes portées par la division "retail" du groupe qui a enregistré une croissance organique de 8%, dont 11% dans les activités transactionnelles, avec "une accélération de la dynamique confirmée au deuxième semestre", précise le communiqué publié par Ingenico. De fait, le groupe a mieux fini l'exercice qu'il ne l'avait commencé avec un chiffre d'affaires en croissance de 5% en données comparables sur le dernier trimestre de 2018 par rapport au T4 2017, à 727 millions d'euros (+9% pour la division "retail"). Cette dernière activité a profité des bonnes performances de la division "petites et moyennes entreprises", notamment tirées par l'Allemagne.

"En 2019, la division "retail" va poursuivre sa croissance. "L'apport de notre coentreprise Payone va renforcer notre position de leader en Allemagne, en Autriche et en Suisse, des marchés à forts potentiels, tandis que l'intégration de Paymark complétera notre offre de services dans la zone Pacifique", assure Nicolas Huss.

Si les ventes enregistrées par cette division au cours des trois derniers mois de l'exercice écoulé "confirment le rebond" observé lors du trimestre précédent, elles restent toutefois "en-deçà des attentes", précise le communiqué.

Plombé par la division "banques et acquéreurs"

Si le groupe n'a pas atteint ses objectifs, il le met sur le compte de la contre-performance de sa division "banks & acquirers" (ou "banques et acquéreurs"), censée accompagner les acquéreurs et marchands dans leur transformation digitale. Cette division "n'a pas livré les résultats escomptés, ne nous permettant pas d'atteindre nos objectifs annuels", estime Nicolas Huss, directeur général du groupe, toujours dans le communiqué. La croissance organique enregistrée par ce pôle a seulement atteint 1% au quatrième trimestre de 2018 sur un an (contre +12% au T4 2017).

Des résultats dont Ingenico "prend acte", le groupe annonçant mettre en oeuvre "les mesures nécessaires afin d'améliorer sa performance future". Concrètement, la société qui figure parmi les leaders mondiaux du marché des terminaux de paiement annonce que cette division "verra son organisation optimisée", ce qui comprend notamment "un plan de réduction des coûts ainsi qu'une relance de sa dynamique commerciale". Sans donner de chiffres, Ingenico a également annoncé que les fonctions support du groupe seront aussi optimisées.

Pour rappel, Bloomberg avait dévoilé en octobre dernier qu'Ingenico était convoité par la banque Natixis qui a placé l'activité de paiement au cœur de sa stratégie de développement. Le groupe dirigé par Nicolas Huss avait finalement décidé, en décembre, de ne pas donner suite aux avances formulées par la filiale du groupe BPCE, une décision qui avait (déjà) fait chuter le titre.

Le dirigeant présentera les perspectives financières du groupe pour l'année 2019 le 12 février prochain, ainsi que le détail des plans d'actions engagés, est-il enfin précisé dans le communiqué.

Quentin Soubranne - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur INGENICO GROUP en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+331.10 % vs -1.24 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat