Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ENGIE

ENGI - FR0010208488 SRD PEA PEA-PME
12.926 € +0.20 % Temps réel Euronext Paris

Engie : La Bourse enthousiaste sur le plan d'Engie pour booster sa production d'énergie renouvelable

mardi 18 mai 2021 à 11h53
Engie affiche ses ambitions dans les renouvelables et grimpe en Bourse

(BFM Bourse) - L'énergéticien français a dévoilé sa feuille de route pour les dix années à venir, au cours desquelles il compte mettre l'accent sur les renouvelables et vise un bénéfice net récurrent part du groupe de 2,7 à 2,9 milliards d'euros en 2023, contre un objectif de 2,3 à 2,5 milliards confirmé pour 2021.

Nouveau plan stratégique bien accueilli par le marché pour le géant français de l'énergie, Engie ayant notamment annoncé vouloir investir massivement dans les énergies renouvelables au cours des prochaines années. "Nous repositionnons Engie pour être en capacité de saisir les importantes opportunités de croissance sur nos marchés" explique Catherine MacGregor, (rare) directrice générale d'un grand groupe coté français, qui a remplacé Isabelle Kocher en début d'année.

Ce repositionnement se traduit par des investissements de croissance compris entre 15 et 16 milliards d'euros sur la période 2021-2023 (contre 9 milliards à 10 milliards d'euros de cessions), dont environ 55 % sont déjà engagés, précise le groupe. 30 à 35 % de cette somme sera allouée à la division "Infrastructures", 15 à 20% au pôle "Energy Solutions" et le reste, soit entre 40 et 45% de cette enveloppe, sera consacrée aux énergies renouvelables, segment sur lequel il ambitionne de passer d'une croissance annuelle de 3 GW actuellement "à 4 GW entre 2022 et 2025, puis à 6 GW entre 2026 et 2030. Engie devrait ainsi disposer d'une capacité totale installée de 50 GW en 2025 et 80 GW en 2030, contre 31 GW (détenus à 100%) aujourd'hui.

Objectif net zéro carbone en 2045

"Le groupe est pleinement engagé dans son rôle de leader de la transition énergétique (...) En mettant l'accent sur les énergies renouvelables, les infrastructures énergétiques décentralisées et les gaz renouvelables, Engie construit dès aujourd'hui le système énergétique à faibles émissions carbone de demain" se félicite Catherine MacGregor. À cet égard, Engie annonce un objectif ’"net zéro carbone" d’ici 2045 "sur tous les scopes", c'est-à-dire en prenant aussi en compte les effets indirects de son activité. Pour ce faire, l'énergéticien prévoit de réduire l'intensité carbone de sa production électrique à 158 g/kWh en 2030, contre 348 g/kWh en 2017

Pour sa division "Energy Solutions", qui regroupe des infrastructures énergétiques décentralisées "bas carbone" telles que les réseaux urbains de chaud et de froid, la production décentralisée d'énergies, la mobilité bas carbone et des services associés, Engie vise 8 GW de capacités supplémentaires pour atteindre 32 GW d'ici 2025. "Ces activités bénéficient de la tendance mondiale à la décarbonation, avec l’adoption par les décideurs politiques, les villes et les entreprises, d’objectifs ambitieux de neutralité carbone, nourrissant de solides perspectives de croissance" est-il ajouté. Pour rappel, Engie s'était déjà engagé en février à sortir du charbon, très polluant et émetteur de carbone, en Europe d'ici 2025 et dans le monde d'ici 2027.

Le groupe ne compte en revanche pas sur son entité "Bright" en cours de création autour d'une partie de ses activités de services (les "solutions clients"), dont la cession est toujours envisagée. "La mise en place d'une gestion indépendante de "Bright" au sein d'Engie au 1er juillet 2021 est une priorité", réaffirme ainsi le groupe.

Solides résultats trimestriels

Parallèlement à sa nouvelle feuille de route, Engie a dévoilé ses résultats pour le compte de son premier trimestre, au cours duquel il a bénéficié d'une hausse du prix de l'électricité en Europe. Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe a ainsi engrangé 16,9 milliards d'euros de revenus (+4,8% en organique, c'est-à-dire à périmètre et taux de changes constants) pour un résultat opérationnel courant en hausse de 2,1 milliards, en hausse de 10% à changes et périmètre constants.

"Engie a réalisé un bon début d’année avec une croissance du résultat d’exploitation qui s’appuie sur une performance opérationnelle solide. Nous avons poursuivi nos progrès en matière de simplification du groupe tout en maintenant une attention particulière sur la réalisation de nos objectifs" se réjouit Catherine MacGregor. Cela permet au groupe de réaffirmer son objectif pour l'exercice d'un résultat net récurrent part du groupe attendu entre 2,3 et 2,5 milliards d’euros, contre 1,7 milliard en 2020 mais 2,7 milliards en 2019.

Le groupe réaffirme par ailleurs sa politique de dividende basée sur un taux de distribution de 65% à 75% du résultat net récurrent part du groupe. Dans le cadre de son nouveau plan sur trois ans, il prévoit ainsi une augmentation du dividende par action portée par la croissance de ses résultats et "un dividende plancher" de 0,65 euro par action pour la période 2021 à 2023.

Le marché accueille très positivement l'ensemble de ces informations, ce qui se traduit par un gain de 4% du titre Engie -meilleure performance du CAC vers 11h40- à 13,22 euros, au plus haut depuis février dernier. Il efface ainsi son creux de fin février - début mars dernier, consécutif à l'annonce d'une perte nette de 1,5 milliard d'euros en 2020, un exercice grevé par une dépréciation d'actifs de 2,9 milliards d'euros liée à ses actifs nucléaires en Belgique

Quentin Soubranne - ©2022 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ENGIE en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+313.70 % vs +32.06 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat