Bourse > Edf > Edf : Le contexte sur la loi nome et les tarifs de plus en plus incertain
EDFEDF EDF - FR0010242511EDF - FR0010242511
7.711 € +4.20 % Temps réel Euronext Paris
7.980 €Ouverture : -3.37 %Perf Ouverture : 7.990 €+ Haut : 7.645 €+ Bas :
7.400 €Clôture veille : 5 861 270Volume : +0.21 %Capi échangé : 21 143 M€Capi. :

Edf : Le contexte sur la loi nome et les tarifs de plus en plus incertain

Le contexte sur la loi nome et les tarifs de plus en plus incertainLe contexte sur la loi nome et les tarifs de plus en plus incertain

(Tradingsat.com) - La loi sur la Nouvelle Organisation du Marché de l'Electricité (loi NOME), qui prévoit qu'EDF devra céder d'importantes quantités d'électricité d'origine nucléaire à ses concurrents fournisseurs alternatifs (GDF Suez, Direct Energie, Poweo...) à un prix régulé : l'ARENH (accès régulé à l'électricité nucléaire historique) est en danger.

Poussée par la Commission Européenne en vue de mettre fin à une concurrence insuffisante sur un marché juridiquement ouvert depuis le 1er juillet 2007, cette loi, qui alimente les craintes de hausses des tarifs de l'électricité, cadre mal avec le calendrier électoral.

Ainsi, "à un an de l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy craint que la réforme [...] n'entraîne un nouveau débat sur la flambée des prix de l'énergie", écrivent aujourd'hui Les Echos. Le Président de la République envisagerait ainsi, selon le journal, "d'invoquer la catastrophe de Fukushima et ses conséquences pour le parc nucléaire français pour tout reporter".

Une menace prise au sérieux par les opérateurs d'électricité alternatifs. Dans un communiqué, ceux-ci - les français Direct Energie et Poweo que l'italien Enel, l'allemand E.ON ou le suisse Alpiq - ont souligné hier qu' "un report sine die de la mise en oeuvre de la loi Nome, et en particulier du dispositif d'accès régulé à l'électricité nucléaire (Arenh), nuirait fortement au développement d'une concurrence effective sur lemarché de l'électricité et remettrait en cause le bénéfice que peuvent attendre tous les consommateurs".

En tout état de cause, "le report de la mise en oeuvre de la Loi NOME ne constituerait pas une nouvelle rassurante pour EDF", commente aujourd'hui Aurel BGC. Le broker, qui conseille de "Vendre" EDF avec un objectif de cours de 25 euros, rappelle en effet que l'un des supports à la valorisation du groupe repose sur une bonne visibilité relative sur les tarifs à horizon 2015.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...