Bourse > Edf > Edf : Kepler redevient acheteur pour le rendement
EDFEDF EDF - FR0010242511EDF - FR0010242511
8.631 € -0.74 % Temps réel Euronext Paris
8.700 €Ouverture : -0.79 %Perf Ouverture : 8.759 €+ Haut : 8.616 €+ Bas :
8.695 €Clôture veille : 2 140 430Volume : +0.07 %Capi échangé : 24 921 M€Capi. :

Edf : Kepler redevient acheteur pour le rendement

tradingsat

(CercleFinance.com) - Kepler Capital Markets a doublement relevé son appréciation du titre EDF ce matin : non seulement son conseil passe directement de 'réduire' à 'acheter', mais l' objectif de cours correspondant est relevé de 17 à 19 euros. Principal argument du bureau d'études : le rendement élevé offert par le titre, dont le dividende global au titre de 2011 était de 1,15 euro, ne serait pas menacé. Sur le marché boursier de NYSE Euronext Paris, l'action EDF prend 2,6% à 17,5 euros alors que le CAC s'inscrit en très légère baisse.

Kepler rappelle qu'il avait adopté et conservé une opinion plutôt négative sur le titre du groupe électronucléaire français depuis février 2009, avertissant d'une “destruction massive de valeur boursière”.

La chute du cours a bien eu lieu, puisque le titre cotait 30,91 euros lors de la dernière séance du mois de février 2009. L'objectif de cours de 17 euros fixé par Kepler étant maintenant atteint, il est temps de changer son fusil d'épaule.

Kepler ne partage pas l'idée selon laquelle une victoire du président conservateur sortant aux élections présidentielles françaises serait forcément positive pour le titre, ni que celle de son principal adversaire socialiste soit systématiquement négative. En l'état actuel des choses, il semble opportun de se replacer avant que ce résultat ne soit connu.

“Le principal dilemme d'EDF est que ses perspectives d'investissement sont claires (et qu'elles tendent nettement vers le haut), alors que sa rémunération (ses tarifs) ne l'est pas”, explique la note.

Principal point positif relevé par Kepler : le rendement de 7% offert par le titre semble solide, puisque 85% des titres EDF sont aux mains de l'Etat français. D'ailleurs, les seuls dividendes versés par EDF concentrent 40% du total de ceux perçus par l'Etat.

S'il veut protéger cette ressource budgétaire, l'Etat a “au minimum” intérêt à défendre les tarifs de son électricien public. Cet argument semble suffisant pour repasser à l'achat.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés. Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI