Bourse > Edf > Edf : Edf veut racheter le solde de sa filiale edf energies nouvelles
EDFEDF EDF - FR0010242511EDF - FR0010242511
7.711 € +4.20 % Temps réel Euronext Paris
7.980 €Ouverture : -3.37 %Perf Ouverture : 7.990 €+ Haut : 7.645 €+ Bas :
7.400 €Clôture veille : 5 861 270Volume : +0.21 %Capi échangé : 21 143 M€Capi. :

Edf : Edf veut racheter le solde de sa filiale edf energies nouvelles

Edf veut racheter le solde de sa filiale edf energies nouvellesEdf veut racheter le solde de sa filiale edf energies nouvelles

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - EDF a annoncé vendredi une offre de rachat des 50% du capital de sa filiale EDF Energies nouvelles qu'il ne détient pas encore pour 1,4 à 1,5 milliard d'euros, en invoquant la forte croissance du marché et le coût important des projets d'énergie renouvelable.

L'électricien public propose une offre en numéraire de 40 euros par action - qui représente une prime de 10,4% sur le dernier cours ajusté - ou une offre en titres à raison de 13 actions EDF pour 11 actions EDF Energies nouvelles apportées, qui constitue cette fois une décote de 12,6% sur la base du dernier cours ajusté.

Suspendue vendredi matin dans l'attente de cette annonce, la cotation des deux titres reprendra lundi matin.

EDF Energies nouvelles a été introduit en Bourse en novembre 2006. Son capital est détenu à 25,1% par le groupe familial de Pâris Mouratoglou, le président du conseil d'administration, qui s'est engagé à apporter l'intégralité de ses titres, pour moitié à l'offre en numéraire et pour moitié à l'offre d'échange.

Le flottant du capital s'élève en outre à 24,9%.

EDF a également annoncé un programme de rachat d'actions pour un montant compris entre 300 millions et un milliard d'euros afin d'annuler la dilution induite.

"Le marché des énergies renouvelables (...) aborde une nouvelle phase de son développement, caractérisée par l'augmentation de la taille unitaire et de la complexité des projets, ainsi que l'émergence de grands acteurs globaux", a souligné EDF dans un communiqué.

L'électricien, détenu à 84,5% par l'Etat, a souligné avoir consacré près de 40% de ses investissements de développement dans les renouvelables en 2010, dont 80% dans EDF Energies nouvelles, et indiqué que son programme d'investissements représenterait environ 2,4 milliards d'euros en 2013.

"OPÉRATION MÉDIATIQUE"

Le rachat des minoritaires d'Energies nouvelles, dont le bouclage est prévu le 5 juillet, aura un impact relutif sur le résultat net part du groupe d'EDF de plus de 2% en année pleine.

"A l'issue de cette opération, EDF étudiera l'éventualité d'une fusion avec EDF Energies nouvelles, entre autres alternatives potentielles."

Pâris Mouratoglou sera maintenu à son poste et EDF a fait part de "sa confiance dans les équipes d'EDF Energies nouvelles sous la direction de David Corchia", le directeur général.

"On estime que le prix proposé par EDF est insuffisant et nous déconseillons d'apporter les titres à l'offre", a indiqué Frédéric Rozier, gérant chez Meeschaert Gestion privée. "Les différents cabinets valorisent la société entre 42 et 45 euros."

"La valorisation proposée ne met pas en avant l'amélioration des perspectives du groupe, (...) dans un secteur qui est porteur depuis les événements au Japon et la hausse sensible du pétrole", ajoute Frédéric Rozier, qui juge que l'offre d'EDF n'offre "quasiment aucune prime" par rapport aux cours d'EEN.

Selon Starmine, une division de Thomson Reuters, le PER (ratio cours/bénéfice par action estimé pour 2011) d'EDF Energies Nouvelles se situait à 20,6 avant l'annonce, contre 38,7 pour le portugais EDP Renovaveis, 20,7 pour Enel Green Power, 30 pour Iberdrola Renovables et 15,7 pour Vestas Wind, société plus en amont.

Un vendeur d'un courtier parisien avait auparavant estimé que l'électricien public n'avait "pas vraiment besoin de ce rachat". "Ça ne fait pas sens stratégiquement, c'est plus une opération médiatique dans un contexte défavorable au nucléaire (...) et alors que le cours d'EDF est au plus bas."

L'action du spécialiste des énergies renouvelables a clôturé jeudi sur un cours de 36,40 euros, le groupe affichant un bond de 15% depuis le début de la crise japonaise, le 11 mars. Sa capitalisation boursière atteint 2,8 milliards.

Le rachat des minoritaires d'EDF Energies nouvelles intervient dans le contexte de la catastrophe nucléaire de Fukushima, qui pourrait retarder les projets d'EDF à l'international et a entraîné une hausse des valeurs liées aux énergies renouvelables depuis près d'un mois.

EDF PRÈS DE SES PLUS BAS EN BOURSE

"C'est l'aboutissement d'un processus de réflexion stratégique qui a commencé il y a plusieurs mois", a cependant déclaré lors d'une conférence téléphonique le directeur financier d'EDF, Thomas Piquemal. "Ça n'a pas grand-chose à voir avec le terrible accident que nous connaissons au Japon."

Evoquant la stratégie d'EDF dans les énergies renouvelables, il a ajouté que la priorité allait à la croissance organique.

L'électricien public a vu sa valeur boursière fondre de 2 milliards d'euros depuis que le gouvernement a annoncé mardi un plafonnement des tarifs de l'électricité jusqu'au lendemain de l'élection présidentielle de 2012.

Le titre EDF affiche un recul de 15,27% depuis fin février et s'est rapproché mercredi en séance de son plus bas historique de 26,55 euros enregistré le 10 mars 2009. Il a clôturé jeudi sur un cours de 27,38 euros, qui représente une capitalisation boursière de 50,6 milliards d'euros.

EDF Energies nouvelles attend une nouvelle hausse de son Ebitda cette année et prévoit de disposer de 4.200 mégawatts (MW) net de capacités de production installées à fin 2012, contre 2.663 MW à fin 2010.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, Blaise Robinson, Raoul Sachs et Juliette Rouillon, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...