Bourse > Edf > Edf : Edf renoncerait à racheter 51% du polonais enea
EDFEDF EDF - FR0010242511EDF - FR0010242511
8.723 € -1.08 % Temps réel Euronext Paris
8.772 €Ouverture : -0.56 %Perf Ouverture : 8.910 €+ Haut : 8.706 €+ Bas :
8.818 €Clôture veille : 2 935 050Volume : +0.10 %Capi échangé : 25 186 M€Capi. :

Edf : Edf renoncerait à racheter 51% du polonais enea

Edf renoncerait à racheter 51% du polonais eneaEdf renoncerait à racheter 51% du polonais enea

VARSOVIE (Reuters) - EDF a décidé de se retirer des discussions pour le rachat d'une participation, valorisée à plus de 1,2 milliard d'euros, de 51% dans le capital du polonais ENEA, ont dit jeudi à Reuters deux sources proches de l'opération.

EDF s'est refusé à tout commentaire tandis que personne n'était disponible dans l'immédiat au sein du Trésor polonais, qui gère les actifs de l'Etat.

Le titre ENEA accusait une baisse de 3,42% à 21,20 zlotys à la suite de l'annonce du retrait d'EDF tandis que l'action de l'électricien français perdait 1,06% à 29,33 euros et que l'indice paneuropéen des services collectifs cédait 0,43%.

Le zloty, la devise polonaise, a également pâti de l'information, abandonnant 0,4%, les intervenants sur le marché des changes ayant parié sur de gros achats de zlotys par EDF pour financer la transaction.

Le vice Premier ministre polonais Waldemar Pawlak avait déclaré auparavant que la Pologne ne devrait pas céder son troisième groupe de service collectifs à EDF, soulignant que l'entreprise était contrôlée par le gouvernement français.

EDF était entré en décembre en négociations exclusives avec le gouvernement polonais en vue de la cession de cette participation, valorisée à quelque cinq milliards de zlotys (1,23 milliard d'euros).

Les discussions ont ensuite traîné en longueur, notamment, selon les sources, à la suite de la réticence d'EDF à garantir le construction de deux unités thermiques dans la centrale d'ENEA de Kozienice en raison de la possible non-conformité de ces projets avec la politique environnementale de l'Union européenne.

En dehors d'EDF, l'homme le plus riche de Pologne Kulczyk s'était dit intéressé par une part dans ENEA, de même que le groupe tchèque Energeticky a Prumyslovy (EPH) et GDF Suez.

L'Etat polonais contrôle actuellement 53% d'ENEA, dans lequel le groupe suédois Vattenfall a 18,7%.

Agnieszka Barteczko et Patryk Wasilewski, avec Muriel Boselli à Paris, Catherine Monin et Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI