Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAPGEMINI

CAP - FR0000125338 SRD PEA PEA-PME
115.300 € +1.18 % Temps réel Euronext Paris

Capgemini : Fort de solides résultats semestriels, Capgemini réaffirme sa détermination à racheter Altran

mardi 30 juillet 2019 à 12h15
Capgemini coupe court à un relèvement de l'offre sur Altran

(BFM Bourse) - Alors que le fonds américain Elliott menace de ne pas apporter ses titres Altran à l'OPA de Capgemini, la direction du groupe de services informatiques a répété en marge du point d'activité semestriel que le prix offert était suffisant. Paul Hermelin a rappelé à bon entendeur que le groupe se contenterait au besoin de 50,1% du capital d'Altran.

Capgemini n'entend pas se laisser intimider par le fonds Elliott Capital Advisors, qui s'est invité au capital d'Altran (via des produits dérivés) en indiquant ne pas avoir l'intention d'apporter les actions qu'il pourrait acquérir (au débouclage des dérivés en question) à l'OPA du groupe français de services informatiques. À 14 euros l'action Altran, le prix offert est suffisamment attrayant en l'état, a laissé entendre son PDG Paul Hermelin. La détermination affichée par Capgemini, couplée à un ensemble de résultats particulièrement solides pour le premier semestre 2019, plaît au marché. Le titre a grimpé jusqu'à 118 euros en début de séance, c'est-à-dire un sommet depuis plus d'un an, avant de ramener son avance à 1,24% à 114,10 euros vers 11h20.

"Capgemini poursuit sa dynamique de croissance avec une forte progression de ses résultats au premier semestre 2019", s'est félicité le groupe français, fondé en 1967 à Grenoble, et devenu un des leaders mondiaux du conseil, des services informatiques et de la transformation numérique. De fait, le groupe a enregistré un chiffre d'affaires de 7,007 milliards d'euros au cours du premier semestre 2019, exprimant un taux de croissance de 8,4%, en forte accélération par rapport à l'année précédente (+3% au premier semestre 2018). La croissance organique, c’est-à-dire hors impact des devises et des variations de périmètre, s’est établie à 4,9%.

"L’Europe, qui représente 60% de notre chiffre d’affaires, continue d’être particulièrement dynamique avec une performance remarquable en France [22% du chiffre d'affaires global] et au Royaume-Uni [12%]. Le Digital et le Cloud, toujours en fort développement, représentent pour la première fois la moitié de notre chiffre d’affaires. Ces bonnes nouvelles démontrent ainsi la pertinence et la solidité de notre stratégie", a indiqué le PDG cité dans le communiqué publié mardi matin par Capgemini.

En outre les prises de commandes se sont élevées à 7,101 milliards d’euros, en hausse de 4,8% à taux de change constants par rapport à la même période de 2018.

Le nouveau développement de l'activité s'est accompagné d'une amélioration de la marge opérationnelle, passée de 10,9% à 11,4% du chiffre d'affaires d'une année à l'autre, dépassant le consensus des prévisions des analystes. "Cette évolution illustre la capacité du groupe à maintenir un bon équilibre entre croissance et progression de la rentabilité", se réjouit la firme. Le levier opérationnel permet au bout du compte une forte progression du bénéfice net (part du groupe), soit +23% en un an à 388 millions d'euros.

Du tout bon pour les actionnaires, qui ont déjà reçu au premier semestre 281 millions d'euros de dividendes, plus des rachats d'actions équivalent à 150 millions d'euros.

Pour l'ensemble de l'année 2019, Capgemini vise toujours une croissance à taux de change constants comprise entre 5,5% et 8%, une amélioration de la profitabilité avec une marge opérationnelle comprise entre 12,3% et 12,6% (contre 12,1% sur l'ensemble de 2018) ainsi qu'un un free cash-flow organique en progression, en données comparables, à plus de 1,1 milliard d'euros.

Parallèlement, le groupe a réitéré son engagement à acquérir Altran Technologies dans le cadre du projet d'OPA amical dévoilé le 24 juin dernier. Une offre dont Capgemini a déjà sécurisé le financement via un prêt relais de 5,4 milliards d'euros (couvrant à la fois le prix d'acquisition de 3,6 milliards d'euros et la reprise de la dette d'Altran de 1,8 milliard d'euros).

Après l'annonce de l'opération, Elliott a tenté de jouer les trouble-fête en investissant sur des instruments financiers susceptibles de lui conférer une partie du capital (le fonds n'est pas juridiquement actionnaire à ce stade mais détient ce qu'on appelle un intérêt économique dans Altran). En affirmant -tout en se réservant le droit de changer d'avis à tout moment- ne pas avoir l'intention d'apporter le cas échéant les titres obtenus à l'offre.

Qu'à cela ne tienne: comme l'a rappelé Paul Hermelin lors d'une conférence téléphonique, l'offre atteindra son critère de réussite dès l'obtention de 50,1% du capital d'Altran. Après l'acquisition d'un bloc de titres auprès d'Apax Partners, le groupe détient déjà 11,43%. Autrement dit, Capgemini n'a plus besoin que d'un gros tiers (38,67%) des titres pour son projet.

Même en présente d'un hypothétique minoritaire récalcitrant, le groupe aurait toute latitude pour mettre en oeuvre la stratégie de rapprochement, en collaboration avec les équipes d'Altran, pour donner naissance à "un leader mondial de la transformation digitale des entreprises industrielles et de technologie" - avec à la clé une forte relution sur les résultats.

Guillaume Bayre - ©2020 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur CAPGEMINI en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+296.80 % vs +22.94 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat