Bourse > CAC 40 > CAC 40 : Un début de semaine sans appétit pour le risque
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 421.71 -0.10 % Temps réel Euronext Paris
5 415.32Ouverture : 5 429.03+ Haut : 5 412.61+ Bas :
+0.12 %Perf Ouverture : 5 427.19Clôture veille : 780 973 KVolume :

CAC 40 : Un début de semaine sans appétit pour le risque

(Tradingsat.com) - Les résultats des élections législatives allemandes, et une nouvelle surenchère de provocations verbales entre Washington et Pyongyang, ont raison de l'appétit pour le risque en ce début de semaine. Lundi, le CAC 40 se contractait de 0,27% à 5 267 points.

Des élections décevantes pour la CDU, le parti chrétien démocrate de la chancelière Angela Merkel, et marquées par une percée historique du parti AfD (droite nationaliste), qui est dans une logique de radicalisation de son discours depuis de nombreux mois. La chancelière entame désormais des négociations compliquées pour former une majorité stable. Des cartes rebattues, qui risque de contrarier les propositions de profonde réformes de l'Union Européenne, que souhaite présenter E. Macron.

Sur le dossier coréen, les provocations de la fin de la semaine passée, qui avaient pourtant atteint un niveau inégalé, ont connu un nouveau tournant hier: Pyongyang menace désormais d'abattre des bombardiers américains.

Aucun chiffre d'importance majeur ne figurait à l'agenda hier hormis l'IFO allemand. Il est ressorti en très légère contraction, sur des niveaux fermes, à 115,2, à proximité immédiate de la cible. L'indice IFO, très suivi dans les salles des marchés, est construit à partir d'un questionnaire passé auprès de 7000 industriels, professionnels du BTP, grossistes, et détaillants, et constitue par nature un indicateur avancé de la première économie allemande. C'est un "baromètre" du climat des affaires outre Rhin.

Pour rappel vendredi, l'activité en Zone Euro a accéléré au mois de septembre, comme en témoignent les indicateurs PMI Markit, pour l'industrie et les services. Ces indicateurs ont tous progressé, et ce au-delà de leurs cibles respectives, pour les principales économies de la Zone Euro, comme pour la Zone Euro dans son ensemble. Ces indicateurs sont calculés à partir d'enquêtes auxquelles répondent un panel de directeurs d'achats, et constituent par leur nature un indicateur avancé de l'état de santé de l'activité économique.

Côté valeurs, Alstom (+1,27% à 33,425 euros) a poursuivi la prise de hauteur amorcée jeudi dernier, après la confirmation par le groupe français de "discussions en cours" avec le conglomérat allemand Siemens sur "un possible rapprochement" dans le secteur ferroviaire, après des informations en ce sens publiées la veille.

Trigano (+1,39% à 127,45 euros) était entouré après avoir procédé à l’acquisition de 85% du capital de la société Protej d.o.o, propriétaire du Groupe Adria. Les 15% restants sont conservés par l’équipe de management d’Adria et pourront être acquis par Trigano dans les prochaines années.

Contre la tendance, Elis (+0,94% à 22,605 euros) continuait de surfer sur ses plus hauts historiques grâce à une recommandation positive de Deutsche Bank. La banque d'investissement allemande a en effet décidé de reprendre son suivi de la valeur avec un conseil "achat" et un objectif de cours de 25 euros.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont traduit le sentiment de prudence lié à l'escalade de provocations verbales ininterrompue entre Washington et Pyongyang, et un désintérêt momentané pour les "GAFA", poids lourds du secteur Internet outre Atlantique. Le Dow Jones a perdu lundi 0,24% à 22 296 points et le Nasdaq Composite 0,86% à 6 370 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a perdu 0,22% à 2 496 points.

Un point sur les autres classes d’actifs à risque : vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1840$. Le baril de WTI, autre baromètre classique de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, s’échangeait autour de 52,30$. Un baril qui prend soudainement plus de hauteur, bien au-delà de la barre psychologique des 50$, dans le sillage de menaces du Président turc, Erdogan, d'un blocage des exportations de brut du Kurdistan irakien.

Sur le plan macroéconomique ce mardi, à suivre l'indice des prix à la consommation (données préliminaires) en France à 08h45, et pour les Etats-Unis: l'indice S&P Case Schiller des prix de l'immobilier dans 20 grandes agglomérations à 15h00, l'indice de confiance des consommateurs (Conference Board) à 16h00, les ventes de logements neufs à 16h00, et l'indice manufacturier de la Fed de Richmond, à 16h00 également.

A noter: pour les détenteurs de positions au RD, la liquidation mensuelle interviendra à la clôture de la séance de ce mardi 26 septembre.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Pour rappel du cadre technique général de l'indice phare français: il s'est extirpé le 11 septembre de l'emprise de la borne haute d'un canal baissier consolidation, qui comprimait les cours depuis le 8 mai. Cette sortie a été confirmée par un gap, et une extension haussière dans des volumes jugés suffisants. Nous sommes typiquement ici dans le cadre très lisible d'un gap de rupture (breakaway gap).

Il n'y a eu à ce stade ni correction, ni formation de mèche basse en séance, ni a fortiori pullback sur la borne haute de ce canal, que nous continuerons de représenté en noir, car elle constitue un repère. Les acheteurs et les vendeurs débattent à proximité de niveaux de résistance de court terme. Cette absence de correction à ce stade de l'extension haussière de sortie montrent que l'énergie acheteuse libérée a été forte, et que le message haussier a été validé.

Et donc que le mouvement prend corps. Cette résistance aux tentations de prises de profits est due à une frange des investisseurs qui ont à coeur de se repositionner sur les grosses capitalisations de la cote sans attendre, de crainte de courir incessamment après un point d'entrée judicieux.

L'indice phare français a ouvert en gap jeudi, "trou de cotation" non recouvert depuis. Il est de nature différente de celui dont nous parlions plus haut, il milite pour sa part pour une continuation du mouvement, il marque un emballement du camp acheteur en cours de construction de mouvement.

Nous précisions vendredi avant l'ouverture du marché que les 5 323 points, borne haute du gap du 27/06, avaient un pouvoir d'attraction qui commençaient à produire son effet. Ce gap est désormais intégralement comblé. Une phase de digestion est désormais envisagée à court terme. Cet épisode a déjà commencé lundi.

Avis neutre proposé à l'échelle de la séance à venir.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons identifiés, notre opinion est neutre sur l'indice CAC 40 à court terme.

On prendra soin de noter qu'un franchissement des 5320.00 points raviverait la tension à l'achat. Tandis qu'une rupture des 5145.00 points relancerait la pression vendeuse.

Société Générale Idée d'investissement : si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale E268S est adapté.
Le conseil CAC 40
Neutre
  • Résistances & Supports
  • Résistance(s) : 5320.00 / 5370.00 / 5442.00
  • Support(s) : 5145.00 / 5081.00 / 4980.00
  • Ecarts résistances / supports
  • Ecart(s) résistance : -2 % / -1 % / 0 %
  • Ecart(s) support : -5 % / -7 % / -9 %

Graphique en données horaires

CAC 40 : Un début de semaine sans appétit pour le risque (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Un début de semaine sans appétit pour le risque (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime
TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...