Bourse > CAC 40 > CAC 40 : Le camp vendeur montre des signes d'essoufflement
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 386.83 -0.23 % Temps réel Euronext Paris
5 411.71Ouverture : 5 411.71+ Haut : 5 382.50+ Bas :
-0.46 %Perf Ouverture : 5 399.09Clôture veille : 2 694 070 KVolume :

CAC 40 : Le camp vendeur montre des signes d'essoufflement

(Tradingsat.com) - L'indice CAC 40 a aligné mercredi une huitième séance de baisse (-0,27% à 5 301 points), les investisseurs restant inquiets sur le dossier de la réforme fiscale américaine. La correction, qui sévit depuis le 7 novembre, a toutefois montré quelques signes d'essoufflement hier, avec en particulier une clôture à bonne distance des points bas du jour.

Au chapitre macroéconomique, les signaux restaient bons de ce côté-ci de l'Atlantique, avec en particulier un excédent de la balance commerciale pour la Zone Euro, qui ressort bien au-delà de la cible pour le mois de septembre, à +25 Milliards d'Euros.

De l'autre côté de l'Atlantique, si l'indice des prix à la consommation ne s'est pas écarté de la cible, légère déception à noter sur le front de l'indice manufacturier de la Fed de New York (indice dit Empire State), qui a fortement reculé à 19,4 sur le mois de novembre, contre 30,2 sur le mois d'octobre. L'indice est basé sur un questionnaire passé auprès d'investisseurs dans le secteur industriel de l'Etat de New York et constitue par nature un indicateur avancé de l'état de santé de l'industrie pour l'ensemble des Etats-Unis.

Côté valeurs, Airbus (+2,35% à 85,50 euros) a terminé largement en tête du palmarès des valeurs du CAC 40, après avoir enregistré la plus grosse commande de son histoire auprès de la société d'investissement Indigo Partners. Cette dernière a passé commande pour 430 moyen-courriers de la famille des A320 pour un montant de 49,5 milliards de dollars.

Chargeurs a reculé de 5,38% à 22,14 euros, après la publication de son troisième trimestre. De juillet à septembre, la société spécialisée sur les segments de la protection temporaire de surfaces et de l’entoilage a vu son chiffre d'affaires reculer de 1,9% à 121 millions d'euros, pénalisé par son activité Luxury Materials (-21,7%).

Erytech Pharma (-4,08% à 21,61 euros) a annoncé mercredi avoir finalement levé un montant brut total de 144 millions de dollars dans le cadre de son introduction au Nasdaq, dont 19 millions de dollars supplémentaires levés suite à l’exercice de l’intégralité de l’option consentie aux banques garantes.

Innate Pharma (-2,77% à 8,41 euros) poursuivait mercredi sa glissade à la Bourse de Paris, au plus bas depuis le 24 juin 2016, après la publication de ses résultats du troisième trimestre 2017. Le chiffre d'affaires de la société de biotechnologie s'est élevé à 12,4 millions d'euros sur la période, provenant de l`accord de co-développement et commercialisation avec AstraZeneca (étalement comptable sur la période du paiement initial reçu en avril 2015).

Après la publication du premier semestre d'Alstom (-0,98% à 34,30 euros), Natixis a décidé de réitérer sa recommandation "Acheter" ainsi que son objectif de cours de 43 euros. Le courtier applique toutefois une décote de 15% sur le groupe de transports afin "de prendre compte la durée (jusqu'à 15 mois avant la réalisation) et les risques d'exécution" liés au rapprochement avec Siemens.

A suivre dès l'ouverture, Bouygues, qui a publié ce jeudi avant Bourse un résultat opérationnel en hausse de 37% sur neuf mois.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont subi quelques prises de profits, à l'image du Dow Jones (-0,59% à 23 271 points), ou du Nasdaq Composite (-0,47% à 6 706 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a perdu 0,55% à 2 564 points.

Un point sur les autres classes d’actifs à risque : vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1790$. Le baril de WTI, autre baromètre classique de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, s’échangeait autour de 55,40$.

Sur le plan macroéconomique ce jeudi, à suivre les ventes au détail au Royaume-Uni à 10h30, l'indice des prix à la consommation en Zone Euro à 11h00, et pour les Etats-Unis, une batterie d'indicateurs majeurs: les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage à 14h30, les prix à l'import à 14h30, l'indice manufacturier Philly Fed à 14h30, la production industrielle et le taux d'utilisation des capacités productives à 15h15.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Les prises de profits subies sur les huit dernières séances sur le marché parisien doivent s'analyser à l'aune de la puissance de l'avancée initiale. Certes le mouvement est intense, mais:

> Ce mouvement de reflux intervient après une prise de hauteur soutenue, en rythme et en ampleur, et sans réajustement, depuis le gap de rupture (breakaway gap) du 11 septembre, gap qui a marqué la sortie haussière d'un canal de consolidation. Il n'y a donc aucune crainte à avoir à ce stade. La tendance de fond n'est pas attaquée, et le mouvement de reflux en cours sera l'occasion de profiter d'un nouveau point d'entrée pour renforcer ses positions sur les grosses capitalisations de la cote à fort effet Bêta.

> Déjà, le mouvement vendeur se montre désorganisé, avec le très net recul des volumes de transactions sur la seule séance de vendredi dernier, et la mèche basse significative de la séance de lundi. Tout comme la structure de la bougie de mercredi, en doji avec une mèche basse prononcée. Après une accélération baissière en cours de séance hier, les cours se sont retournés à la hausse, une inversion initiée à proximité immédiate du gap haussier du 21/09.

Nous somme donc dans le cadre d'un rejet graphique sur support (pullback), à savoir une vague baissière mineure (concentrée dans le temps) qui prend place au sein d'une vague haussière majeure, bien plus ample, et construite dans le temps, par une succession bien plus longue de séances de hausses modérées. Et c'est cette dernière qui définit le consensus de fond.

Un processus parfaitement classique en marché haussier de fond, et qui ne fait à aucun moment intervenir le sentiment de marché de peur.

Dans l'immédiat, une réaction haussière est attendue dès ce jeudi. Ce n'est qu'en clôture que nous aurons plus d'éléments (allure de la bougie, historique de séance, volumes), pour jauger de la crédibilité de l'hypothèse de l'atteinte de points bas mercredi. A noter que la moyenne mobile à 20 heures (en bleu foncé en vue horaire) est prête à céder.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est positif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario haussier est valable tant que l'indice CAC 40 cote au dessus du support à 5248.00 points.

Société Générale Idée d'investissement : si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Turbo Société Générale F849S est adapté.
Le conseil CAC 40
Positif
  • Résistances & Supports
  • Résistance(s) : 5536.00 / 5665.00
  • Support(s) : 5248.00 / 5145.00 / 5081.00
  • Ecarts résistances / supports
  • Ecart(s) résistance : 3 % / 5 %
  • Ecart(s) support : -3 % / -5 % / -6 %

Graphique en données horaires

CAC 40 : Le camp vendeur montre des signes d'essoufflement (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Le camp vendeur montre des signes d'essoufflement (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime
TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...