Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
5 393.74 +0.56 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : La question turque sous haute surveillance

(BFM Bourse) - La crise turque continue de peser sur l'appétit pour le risque sur les marchés financiers, et ce en dépit des propos jugés rassurants de la Banque Centrale turque, qui a assuré pouvoir alimenter le système bancaire en liquidités autant que nécessaire. Le secteur bancaire français a continué de peser sur la cote. L'indice CAC a terminé la première séance de la semaine sur une note de stabilité, mais symboliquement dans le rouge (-0,04% à 5 412 points).

La livre turque a perdu plus de 40% de sa valeur depuis le début de l'année. L'hémorragie s'est aggravée en fin de semaine dernière sur fond de tensions géopolitiques croissantes entre Etats-Unis et Turquie, et en particulier les sanctions américaines en réponse à l'emprisonnement d'un pasteur américain en Turquie. Une légère reprise de la livre devrait ce matin permettre aux principaux indices de retrouver un peu d'air frais.

Au chapitre macroéconomique, l'agenda était quasi désert lundi. Il se densifiera quelque peu ce mardi (voir plus bas) et surtout mercredi avec les ventes au détail aux Etats-Unis. Un indicateur à fort impact dans une économie où traditionnellement, le principal moteur de création de la richesse demeure la consommation.

Dans l'immédiat, les opérateurs viennent de prendre connaissance d'une légère baisse du chômage en France, baisse de 0,1 points, à 9.1% de la population active, selon la méthodologie du Bureau International du Travail (BIT).

Les banques, lourdement pénalisées lundi, sont restées sous pression à l'image de BNP-Paribas (-1,05% à 52,01 euros), Société Générale (-1,02% à 35,855 euros), Crédit Agricole (-1,19% à 12,03 euros), ou encore Natixis (-1,73% à 5,914 euros).

Pour rappel, selon un article du Financial Times, la BCE s'inquiète de l'exposition de certains banques européennes à la Turquie, après la chute de la monnaie turque face à l'euro, sur fond de crise diplomatique et de sanctions américaines. La livre turque est en effet au plus bas historique après des sanctions américaines en réponse à l'emprisonnement d'un pasteur américain en Turquie. Mais le fait nouveau, selon le Financial Times, ce serait le risque de contagion à l'Europe, et d'une perte significative pour certaines banques qui seraient trop exposées.

Certaines valeurs du secteur du luxe, fortement exportatrices, tiraient en revanche leur épingle du jeu, dans un contexte d' Euro faible, à l'image de Christian Dior (+0,54% à 375,40 euros), ou LVMH (+0,66% à 297,50 euros).

Air France-KLM a décroché de 4,11% à 8,582 euros, alors que la menace d'une nouvelle grève pèse sur la compagnie aérienne franco-néerlandaise. Le futur PDG d'Air France-KLM devra reprendre la négociation avortée sur les salaires "ou alors il y aura quinze jours de grève", a prévenu Philippe Evain, président du premier syndicat de pilotes de la compagnie aérienne française, dans une interview au Parisien dimanche.

Ingenico a perdu lundi 1,74% à 67,86 euros, victime de commentaires prudents d'un analyste. Bank of America Merrill Lynch vient en effet d'abaisser sa recommandation à "Sous-performance" sur le leader mondial des solutions de paiement intégrées, contre une précédente opinion "Neutre". Le broker vise un nouvel objectif de cours de 61,30 euros, au lieu de 86 euros auparavant.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont poursuivi leur repli, en réaction à la crise turque, le Dow Jones perdant 0,50% à 25 187 points, et le Nasdaq Composite, à forte "coloration" technologique, limitant ses pertes à 0,25% à 7 819 points. Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a perdu 0,40% à 2 821 points.

Un point sur les autres classes d’actifs à risque : vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traite à un niveau proche des 1,1400$. Le baril de WTI, un baromètre de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, s’échangeait autour de 67,40$.

Sur le plan macroéconomique ce mardi, à suivre l'indice des prix à la consommation en France à 08h45, le taux de chômage au Royaume-Uni à 10h30, la première estimation du PIB au deuxième trimestre en Zone Euro à 11h00, l'indice ZEW allemand à 11h00, et les prix à l'import aux Etats-Unis à 14h30.

On notera qu'en dépit du caractère férié de la journée de demain (15 août), le marché parisien cotera, dans des conditions habituelles.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

Dans des volumes exceptionnellement élevés pour la saison, l'indice phare tricolore a trébuché vendredi, en perdant 1,59% à 5 414 points. Si la situation n'est pas encore complètement assainie, et que la création de nouveaux points bas correctifs à court terme est hautement probable, on notera toutefois quelques bémols qui permettent de relativiser l'engagement et la détermination du camp des vendeurs:

1) Il n'y a pas eu vendredi formation de figure de retournement, ni pas la lecture combinée des bougies, ni par celle des gaps.

2) l'indice a eu la ressource nécessaire, pour ne pas clôturer exactement sur les plus bas de séance. Cette réaction, même minime, montre que le consensus vendeur est loin d'être formé.

3) Les points bas vers 5 340 points n'ont pas été rompus, et formellement, la tendance haussière de l'ensemble du mois de juillet est préservée au sens de Dow.

4) La moyenne mobile à 100 jours (en orange), certes largement fragilisée, a joué un rôle de garde-fou.

Alors certes, le CAC a subi un décrochage notable, qui l'a renvoyé à l'étage inférieur (d'un range à un autre), et nous basculons les 5 445 points en résistance. Mais il s'agit ici, à ce stade tout au moins, d'un mouvement correctif, qui n'est pas validé en retournement baissier caractérisé. Pas de quoi céder à la panique, donc.

Une fois fait ce rappel du cadre général, il convient d'anticiper un début de séance, tout du moins en légère hausse, avec un test des 5 445 points, ex-borne basse du précédent range.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est positif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario haussier est valable tant que l'indice CAC 40 cote au dessus du support à 5342.00 points.

Idée d'investissement
avec Société Générale
Si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Turbo Société Générale U585S est adapté.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Positif
Résistance(s) :
5445.00 / 5560.00
Support(s) :
5342.00 / 4246.00 / 5081.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : La question turque sous haute surveillance (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : La question turque sous haute surveillance (©ProRealTime.com)
©2018 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+277.40 % vs +8.50 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat