Bourse > CAC 40 > CAC 40 : La formation d'un reflux prend corps
CAC 40CAC 40 PXI - FR0003500008PXI - FR0003500008
5 309.23 +0.13 % Temps réel Euronext Paris
5 272.43Ouverture : 5 321.19+ Haut : 5 253.20+ Bas :
+0.70 %Perf Ouverture : 5 302.17Clôture veille : 3 308 960 KVolume :

CAC 40 : La formation d'un reflux prend corps

(Tradingsat.com) - Le marché parisien devrait débuter la séance avec des prises de profits, après avoir fait preuve de résistance encore une fois hier, notamment à la faveur des valeurs liées à l'énergie, dont le cours a fortement profité, à retardement certes, de la nomination du Premier ministre, Edouard Philippe.

"Les marchés n'ont pas immédiatement réagi hier, car le maire du Havre reste inconnu du grand public. Mais la nuit passée et après la lecture d'une biographie ou deux du protégé d'Alain Juppé, EDF, Engie ou encore Direct Energie ont progressivement intégré depuis l'ouverture ce (mardi) matin le passé d'ancien lobbyiste pour le compte d'Areva du nouveau Premier ministre français", considéré comme un bon connaisseur de la filière nucléaire française, ont analysé dans une note les stratégistes du courtier Aurel BGC.

Sur le plan macroéconomique, hier matin, la publication du Produit Intérieur Brut (PIB) en Zone Euro, à +0,5% trimestriel en données préliminaires, ne s'est pas écartée d'un iota du consensus. Par ailleurs, le moral des investisseurs allemands (indice ZEW de sentiment économique) a encore progressé, moins que le consensus ne l'envisageait, certes, à un niveau inédit depuis août 2015. Pour l'ensemble de la Zone Euro, la statistique a explosé le consensus, à 35,5 pour le mois de mai, également au plus haut depuis août 2015. En moyenne, les économistes misaient sur un indice à 29,1, contre 26,3 au mois d'avril.

De l'autre côté de l'Atlantique, les publications macroéconomiques de mardi, sur la production industrielle, sont venues rassurer la communauté financière, après l'indice manufacturier Empire State publié lundi. La croissance de la production industrielle en avril, tout comme le taux d'utilisation des capacités productives, ont dépassé les attentes moyennes des économistes. En revanche, sur le front du marché immobilier, les mises en chantier de logements et permis de construire n'ont pas atteint le consensus.

Côté valeurs, les valeurs liées aux secteur de l'énergie ont fortement progressé, dans le sillage de la nomination d'Edouard Philippe à Matignon, à l'image d'EDF (+7,08% à 9,468 euros), Engie (+2,31% à 13,73 euros), ou encore Direct Energie (+7,93% à 43,98 euros).

AB Science a repris sa cotation en forte baisse. Le titre de la société de biotechnologie a perdu 27,88% à 11,10 euros, mardi. L'ANSM avait demandé vendredi la suspension temporaire des études conduites en France suite à des écarts dans le respect des bonnes pratiques cliniques (BPC). Cette décision faisait suite aux conclusions du rapport d`inspection conduit dans le cadre de la procédure d`enregistrement du masitinib dans la mastocytose, qui a montré des écarts par rapport au référentiel des bonnes pratiques cliniques (BPC) dans la conduite de l`étude pivot dans la mastocytose (AB06006) et des écarts concernant le système de pharmacovigilance.

Ubisoft a publié mardi soir après Bourse des résultats annuels (exercice 2016-2017) marqués par un chiffre d’affaires de 1 459,9 millions d'euros, en hausse de 4,7%, et un résultat résultat opérationnel record à 237,7 millions d'euros, en très forte progression de 40,7%. Une performance conforme aux objectifs que l'éditeur de jeux vidéo s'était fixés d'un chiffre d'affaires compris entre 1 455 millions d'euros et 1 495 millions d'euros, et d'un résultat opérationnel compris entre 230 millions d'euros et 250 millions d'euros (et supérieur à l’objectif initial de 230 millions d'euros).

Bureau Veritas (+0,51% à 21,655 euros) a annoncé que la cyber-attaque allait à ses yeux accélérer les demandes de certification.

De l'autre côté de l'Atlantique, l'heure était de nouveau à la stagnation sur le Dow Jones (-0,01% à 20 979 points). Le Nasdaq Composite a quant à lui continué de tirer son épingle du jeu (+0,33% à 6 169 points). On peut imaginer que la cyber attaque survenue ce weekend à l'échelle mondiale à contribuer à renforcer la santé boursière des valeurs informatiques liées à la sécurité, valeurs représentée principalement au sein de l'indice. Enfin, le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, est resté stable à 2 400 points.

Un point sur les autres classes d’actifs à risque : vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1110$. Le baril de WTI, autre baromètre classique de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, s’échangeait autour de 48,30$.

Sur le plan macroéconomique ce mercredi, à suivre le rapport sur l'emploi au Royaume-Uni à 10h30, l'indice des prix à la consommation en Zone Euro à 11h00, ainsi que les stocks de pétrole aux Etats-Unis à 16h30.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

L'indice phare français consolide actuellement l'extension haussière des 4 et 5 mai, cette dernière accélération haussière en date des cours ayant été réalisée sans aucun retracement préalable. A ce stade, les probabilités d'engagement de l'indice dans une phase, aussi saine que légitime, de reflux ponctuel, sont fortes.

Après une courte dérive latérale, les cours pourraient être aspirés en direction de la borne haute du gap pré-cité. Une accélération baissière à terme, cette semaine prochaine probablement, sera alors l'occasion idéale, le cas échéant, de renforcer ses positions, en particulier sur les grosses capitalisations qui auront le plus corrigé: celles-là même qui ont le plus bénéficié de l'appétit des acheteurs au lendemain du premier tour de la présidentielle, en particulier les valeurs bancaires.

La tendance à décroitre des volumes de transactions, au fur et à mesure de la formation de la consolidation depuis le 8 mai milite en ce sens. On se tiendra prêt à composer avec une volatilité croissante lors des séances à venir, et à raison garder dans le cas d'une accélération du reflux.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 5442.00 points.

Société Générale Idée d'investissement : si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale O542S est adapté.
Le conseil CAC 40
Négatif
  • Résistances & Supports
  • Résistance(s) : 5442.00 / 5665.00
  • Support(s) : 5230.00 / 5135.00 / 4980.00
  • Ecarts résistances / supports
  • Ecart(s) résistance : 2 % / 6 %
  • Ecart(s) support : -2 % / -3 % / -7 %

Graphique en données horaires

CAC 40 : La formation d'un reflux prend corps (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : La formation d'un reflux prend corps (©ProRealTime.com)
Graphique réalisé à partir du logiciel Prorealtime
TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...