Connexion

Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

CAC 40

PXI - FR0003500008
4 896.92 -0.26 % Temps réel Euronext Paris

CAC 40 : Echauffement des taux longs américains, moins d'appétence au risque

jeudi 11 janvier 2018 à 08h31

(BFM Bourse) - Sur fond de regains de tension très net sur le front des rendements américains, la Bourse de Paris a subi quelques prises de profits ponctuelles, mettant fin à une série de cinq hausses consécutives. L'indice CAC s'est replié mercredi de 0,35% à 5 504 points, dans des volumes épais qui ont témoigné de l'importance des débats entre acheteurs et vendeurs en cours de séance.

Au chapitre macroéconomique, la production industrielle française a manqué les attentes pour le mois de novembre, et les stocks de brut aux Etats-Unis se sont creusés davantage qu'anticipé, maintenant le baril de brut de référence WTI, léger texan) à des niveaux très fermes, vers 63,50$ l'unité.

Côté valeurs, le secteur bancaire a tiré son épingle du jeu, en progressant contre la tendance, sur fond d'envolée des taux d'emprunts des ménages américains, par ricochets. BNP-Paribas a gagné 1,53% à 66,43 euros, Crédit Agricole 1,81% à 15,16 euros, Société Générale 2,11% à 46,13 euros, et Natixis 0,66% à 7,04 euros.

Airbus (+3,90% à 90,27 euros) a profité d'une nouvelle salve de commandes chinoises, à la fin de la visite diplomatique du Président français, E. Macron, en Chine.

Derichebourg a chuté de 10,32% à 7,95 euros, après le placement privé réalisé par la Compagnie financière pour l'environnement et le recyclage (CFER), portant sur 10% du capital, à un prix de 8 euros par action.

Ceci Intl a flambé de 92% à 0,1870 euro après la signature d'un accord stratégique dans la cybersécurité avec la société TripleCyber, société israélienne filiale du groupe Amanet. Avec cet accord, GECI International entend offrir des solutions de sécurité informatique en France, Belgique, Luxembourg, Suisse, Portugal et Brésil, à partir de ses filiales françaises et brésilienne.

Air France n'a pas fait démentir sa réputation actuelle de valeur à fort "Bêta" (capacité à amplifier les variations de ses indices de référence). L'action de la compagnie aérienne a perdu 3,62% à 13,70 euros, sur des prises de profits finalement mesurées, à l'aune de l'avancée spectaculaire depuis la mi-novembre, et dans le contexte d'envolée des cours du brut, qui pèse naturellement sur le poste clé de dépenses carburant de la compagnie franco-néerlandaise.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices sur actions ont marqué une pause, en clôturant légèrement dans le rouge, avec le regain de tensions sur les taux longs, à l'image du Dow Jones (-0,07% à 25 369 points) ou du Nasdaq Composite (-0,14% à 7 153 points). Le S&P 500, baromètre de référence de l'appétit pour le risque aux yeux des gérants de fonds, a perdu 0,11% à 2 748 points.

Un point sur les autres classes d’actifs à risque : vers 08h00 ce matin sur le marché des changes, la monnaie unique se traitait à un niveau proche des 1,1950$. Le baril de WTI, autre baromètre classique de l’appétit pour le risque sur les marchés financiers, s’échangeait autour de 63.50$.

Sur le plan macroéconomique ce jeudi, à suivre l'enquête de la Banque d'Angleterre sur les conditions de crédit à 10h30, la production industrielle en Zone Euro à 11h00, le compte-rendu de la dernière réunion de politique monétaire à 13h30, et pour les Etats-Unis: l'indice des prix à la production à 14h30, les inscriptions hebdomadaires aux allocations chômage à 14h30, les stocks de gaz naturel à 16h30, ainsi que la balance budgétaire fédérale à 20h00.

ELEMENTS GRAPHIQUES CLES

L'indice phare français a reflué hier, exactement après une prise de contact avec la borne haute d'une figure de consolidation élargie de consolidation, que nous identifiions depuis de nombreuses séance, sous les points hauts du 1er novembre 2017. Une poursuite du reflux dans l'immédiat est attendu.

A terme, une sortie par le haut de la figure est largement anticipée, au vu de la force de la tendance de fond. L'énergie acheteuse qui sera alors libérée sera puissante, et nous serons alors attentifs à la participation (volumes, nombre et nature des secteurs participants à la hausse, gap, ....).

Nous n'y sommes pas encore. Seul un franchissement sans hésitation, et dans un niveau de participation puissants, des 5 536 points, validerait l'hypothèse d'une sortie précoce de la figure.

Premier objectif baissier identifiable: le gap haussier du 8 janvier, dont la borne basse vaut 5 470 points.

PREVISION

Au regard des facteurs graphiques clés que nous avons mentionnées, notre avis est négatif sur l'indice CAC 40 à court terme.

Ce scénario baissier est valable tant que l'indice CAC 40 cote en dessous de la résistance à 5536.00 points.

Idée d'investissement
avec Société Générale
Si vous souhaitez miser sur notre scénario, le Warrant Société Générale H198S est adapté.

Le conseilLogo TradingSat

CAC 40
Négatif
Résistance(s) :
5536.00 / 5665.00
Support(s) :
5426.00 / 5267.00 / 5081.00

Graphique en données horaires

CAC 40 : Echauffement des taux longs américains, moins d'appétence au risque (©ProRealTime.com)

Graphique en données quotidiennes

CAC 40 : Echauffement des taux longs américains, moins d'appétence au risque (©ProRealTime.com)
©2018 BFM Bourse
TradingSat
Portefeuille Trading
+288.90 % vs -1.49 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat