Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

ALSTOM

ALO - FR0010220475 SRD PEA PEA-PME
32.090 € +0.50 % Temps réel Euronext Paris

Alstom : Au plus bas en Bourse depuis 2020, Alstom peut-il retrouver la faveur du marché?

lundi 13 septembre 2021 à 15h37
Alstom affiche un solide carnet de commandes

(BFM Bourse) - Après avoir baissé sans discontinuer au cours des dix séances précédentes, le titre Alstom peine à sortir la tête de l'eau lundi. Un enchaînement qui a ramené le cours à un plus bas niveau depuis mars 2020 - mais le plancher n'est peut-être plus très loin, veut croire Vansh Mehta, analyste chez AlphaValue.

Quand cessera la correction pour le titre Alstom ? L'action du fabricant français de matériel ferroviaire, qui progressait modestement en début d'après-midi, repasse une énième fois dans le rouge, perdant encore 0,22% à 31,69 euros. Le titre subit un enchaînement statistiquement rarissime : depuis le 30 août dernier, il n'a connu que des clôtures en baisse. Un nouveau repli ce lundi marquerait donc le onzième d'affilée !

Le champion français du rail, débarrassé de ses actifs énergétiques sous-performants (cédés à l'américain GE en 2014), tout en échappant à un rachat par Siemens, a pourtant connu depuis 2016 un parcours favorable, profitant pleinement de son recentrage dans le transport ferroviaire. Revenu dans l'échantillon du CAC 40 en septembre 2020, le titre a atteint en janvier 2021, dans le sillage de l'acquisition de Bombardier Transport (la branche rail du constructeur aéronautique canadien), un pic de plus de dix ans en frôlant avec les 50 euros.

Un besoin de cash qui a surpris

La suite de l'exercice s'est révélée beaucoup plus compliquée, la présentation le 6 juillet dernier des ambitions du groupe pour les quatre prochains exercices dans le cadre du plan stratégique "Alstom in Motion 2025", provoquant une vive déception. Le cours avait perdu plus de 8% le jour même de la conférence et 20% en l'espace de trois semaines. De l'ensemble de la présentation, les investisseurs ont en effet principalement retenu non pas les objectifs de moyen terme, mais les perspectives à court terme et en particulier l'annonce d'un flux de trésorerie libre qui devrait être significativement négatif en 2021-2022 (Alstom suivant un exercice fiscal clos fin mars), compte tenu des frais de remise en ordre de certaines pratiques de Bombardier (débouclage de certains instruments d'optimisation du besoin en fonds de roulement, règlement de retards de paiement auprès de fournisseurs...)

Dans le détail, la génération de trésorerie devrait être négative de 1,6 à 1,9 milliards d'euros sur les six premiers mois de l'exercice décalé, avant de redevenir positive sur la deuxième partie de l'année, grâce à l’accélération des livraisons à la stabilisation des opérations.

"L'annonce d'une forte consommation de trésorerie au premier semestre a véritablement pris le marché par surprise", indique Vansh Mehta. "Et c'est principalement cela qui a pesé sur le titre jusqu'à ce jour", selon l'analyste d'AlphaValue.

Du retard dans les cessions prévues

Le spécialiste note également que le groupe éprouve quelques difficultés à concrétiser la vente des deux sites -Reichshoffen en France et des installations du site de Hennigsdorf en Allemagne- qu'il s'est engagé à céder en contrepartie de l'approbation par la Commission européenne du projet d’acquisition de Bombardier Transport. "Il apparaît qu'Alstom a dû demander un délai, mais le retard éventuel à opérer ces cessions n'est pas susceptible au plan réglementaire d'entraîner une remise en cause de l'acquisition" précise Vansh Mehta.

"Il faut reconnaître qu'il existe des inquiétudes à court terme liées principalement aux décaissement de trésorerie attendue, mais nous estimons que les investisseurs patients seront récompensés à terme par une amélioration de la profitabilité et des cash-flows", indique l'analyste. "Alstom est désormais numéro 2 mondial, leader sur nombre de ses marchés et dispose d'une envergure commerciale qui l'aide à répondre à l'ensemble des besoins de ses clients, avec un robuste portefeuille de produits y compris dans l'hydrogène, où le groupe a déjà décroché des contrats".

L'annonce des résultats du premier semestre (clos fin septembre), le 10 novembre prochain, pourrait constituer un catalyseur en fonction des précisions qu'apportera la direction sur le rythme de consommation de trésorerie, estime Vansh Mehta. "Et le cas échéant, le titre pourrait bénéficier de l'annonce de gros contrats, alors que récemment l'activité commerciale semble plutôt encourageante". L'un dans l'autre, "le point d'inflexion se rapproche vraisemblablement" pour le titre Alstom, conclut le spécialiste.

Guillaume Bayre - ©2021 BFM Bourse
Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ALSTOM en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+318.40 % vs +33.54 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat