Bourse > Airbus group > Airbus group : Point sur les activités militaires à la rentrée
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
71.880 € -0.66 % Temps réel Euronext Paris
71.740 €Ouverture : +0.20 %Perf Ouverture : 72.550 €+ Haut : 71.060 €+ Bas :
72.360 €Clôture veille : 1 377 010Volume : +0.18 %Capi échangé : 55 669 M€Capi. :

Airbus group : Point sur les activités militaires à la rentrée

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'avenir des activités militaires d'EADS fait actuellement l'objet d'une revue stratégique au sein des instances dirigeantes du constructeur aéronautique européen. Selon une interview accordée par le président exécutif du groupe Thomas Enders au journal Die Welt, si le projet de rapprochement avec BAE Systems semble définitivement enterré, la constitution de coentreprises “militaires” ferait maintenant partie des pistes. Dans ce cadre et à long terme, BAE pourrait être l'un des partenaires d'EADS.

Quelques jours avant le coup d'envoi du salon du Bourget, Thomas Enders, le patron exécutif d'EADS, avait déclaré au journal britannique The Sunday Times que le projet avorté de fusion avec le groupe britannique de défense BAE Systems était de l'histoire ancienne. Du moins sous la forme qui a été rejetée, notamment pour des raisons politiques.

Car EADS n'a pas renoncé à faire bouger les lignes en matière militaire, soit 24% de son activité en 2011, puis 21% d'un chiffre d'affaires de 56,5 milliards d'euros en 2012.

A titre de comparaison, chez le grand concurrent américain Boeing, la défense représentait l'an dernier 40% environ de ventes globales de 81,7 milliards de dollars (près de 62 milliards d'euros).

Dans une interview accordée au journal allemand Die Welt ce matin, Thomas Enders revient notamment sur ce sujet. Une réflexion stratégique sur la branche militaire est actuellement en cours et la direction devrait faire état de ses premiers résultats à la rentrée, indique-t-il.

Le patron d'EADS repousse l'idée d'un abandon de la branche Défense, soulignant les fortes positions du groupe sur certains produits comme les transporteurs militaires (A400M). Et ce malgré la contraction des budgets de défense, qui font eux aussi les frais des plans de rigueur.

Actuellement, les activités de défense d'EADS sont éclatées dans quatre divisions, dont Airbus Military et Cassidian. Thomas Enders, qui met en garde contre la concurrence venue d'Asie, indique que parmi les options disponibles, la constitution de co-entreprises n'est pas à exclure. A long terme, BAE Systems pourrait éventuellement compter au nombre des partenaires d'EADS.

Il faudra donc maintenant attendre la rentrée avant d'en savoir plus sur ce sujet. A suivre.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI