Bourse > Airbus group > Airbus group : Eads juge les rapprochements inévitables dans l'aviation
AIRBUS GROUPAIRBUS GROUP AIR - NL0000235190AIR - NL0000235190
73.960 € +3.34 % Temps réel Euronext Paris
73.500 €Ouverture : +0.63 %Perf Ouverture : 74.200 €+ Haut : 72.830 €+ Bas :
71.570 €Clôture veille : 3 392 540Volume : +0.44 %Capi échangé : 57 165 M€Capi. :

Airbus group : Eads juge les rapprochements inévitables dans l'aviation

Eads juge les rapprochements inévitables dans l'aviationEads juge les rapprochements inévitables dans l'aviation

MADRID (Reuters) - Les constructeurs d'avions commerciaux devront nouer des alliances pour se partager une demande qui sera insuffisante pour le secteur, déclare le président exécutif d'EADS.

Dans une interview publiée vendredi par le quotidien espagnol Expansion, Louis Gallois prédit que le duopole Airbus-Boeing sera brisé par la présence renforcée de quatre autres constructeurs sur le marché.

Selon lui, le brésilien Embraer, le chinois Comac, le canadien Bombardier et le russe UAC feront de l'ombre aux deux géants occidentaux dans la production d'avion de moyenne et grande tailles.

"La demande ne sera pas suffisante pour tout le monde et cela obligera à former des alliances. La concurrence entre ces géants pour sceller des accords stratégiques sera encore plus rude et plus agressive que le concurrence sur la vente de leurs produits", explique-t-il.

L'accord annoncé en mars entre Bombardier et Comac portant sur les avions commerciaux pourrait encourager les fabricants de composants à nouer des alliances pour faire face à la saturation du marché.

"Un rapprochement leur permettrait de renforcer leurs positions dans un monde de plus en plus concurrentiel", ajoute Louis Gallois.

Si le transport aérien commercial s'est repris dernièrement, les avionneurs pâtissent actuellement de l'envolée des cours du pétrole qui pèsent sur les bénéfices de leurs clients.

Louis Gallois, qui doit quitter son poste dans un an, n'exclut pas la possibilité qu'un Espagnol puisse lui succéder.

EADS est détenu à hauteur d'environ 22,5% par l'Allemagne et la France. L'Espagne ne possède que 5,5% du capital.

"Le groupe doit faire fi des nationalités quand il s'agit de former son équipe managériale", souligne Louis Gallois.

Jonathan Gleave, Catherine Monin pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...