Connexion
Mot de passe oublié Pas encore de compte ?

AIRBUS GROUP

AIR - NL0000235190 SRD PEA PEA-PME
91.390 € +0.10 % Temps réel Euronext Paris

Airbus group : Cor-le directeur financier d'eads juge l'euro bien valorisé

samedi 22 mai 2010 à 09h06
BFM Bourse

Correction: bien lire au dernier paragraphe que Hans-Peter Ring, directeur financier d'EADS a déclaré: "Nous n'envisageons pas plusieurs milliards d'euros d'investissements".

par Maria Sheahan et Jens Hack

MUNICH (Reuters) - L'euro est revenu à une valeur d'équilibre face au dollar même si sa baisse suscite des préoccupations en termes de perspectives économiques à long terme, a déclaré vendredi à Reuters le directeur financier d'EADS, Hans-Peter Ring.

"A 1,20 dollar, nous sommes dans une situation dans laquelle nous disposons d'un taux de change équilibré et nous pouvons bien gagner notre vie", a-t-il dit.

L'euro est tombé mercredi à son plus bas niveau depuis quatre ans face au dollar, à un peu plus de 1,21 dollar, après la décision unilatérale de l'Allemagne d'interdire les ventes à découvert à nu sur certains titres, et les propos de Hans-Peter Ring tranchent avec ceux d'Angela Merkel, la chancelière allemande, selon lesquels la monnaie unique est en danger.

L'euro s'échangeait autour de 1,2580 dollar vendredi en fin de journée en Europe.

"Nous avions un euro très anormalement valorisé. Nous étions loin du niveau d'équilibre de long terme et nous avons désormais reculé", a constaté Hans-Peter Ring.

"Maintenant, nous allons voir si la faiblesse de l'euro va continuer ou si nous restons au niveau actuel, à plus ou moins quelques cents près."

Si la volatilité des marchés et la rapidité de la baisse de l'euro peuvent être préoccupantes, elles ne suscitent pas d'inquiétude quant aux perspectives économiques à long terme, a-t-il poursuivi.

"Je ne crois pas qu'il se produise de grand changement à court terme. Je pense que nous sommes toujours sur une tendance haussière", a-t-il dit à Reuters Insider TV dans un entretien distinct vendredi.

Hans-Peter Ring s'est également dit prudemment optimiste en matière de perspectives au vu de la croissance soutenue de l'activité des compagnies aériennes clientes du groupe.

"Je crois les Etats tenteront tout ce qu'ils peuvent pour éviter une baisse de la croissance. Reste à savoir comment cela sera géré."

REPRISE POSSIBLE DES ACQUISITIONS

Il a précisé qu'il faudrait plusieurs années pour que l'impact positif de la dépréciation de l'euro soit sensible car EADS a couvert son exposition au dollar.

"Nous sommes couverts pour cette année autour de 1,35-1,36 dollar et pour 2011 autour de 1,39 dollar", a-t-il précisé.

En dépit de la remontée du dollar, EADS n'a pas l'intention d'engager sa filiale Airbus dans une guerre des prix avec son rival américain Boeing. Au contraire, EADS tient à maintenir un équilibre entre les deux avionneurs.

"Nous évoluons dans un duopole stable", a dit Hans-Peter Ring, expliquant qu'aucun des deux groupes n'aurait intérêt à ce que cet équilibre soit remis en cause.

Concernant l'appel d'offres américain pour le contrat géant des avions ravitailleurs de l'armée de l'air américaine, estimé à 50 milliards de dollars (près de 40 milliards d'euros), Hans-Peter Ring a assuré qu'EADS serait à présenter ses partenaires au cours des semaines à venir.

Les offres doivent être soumises au Pentagone au plus tard le 9 juillet.

"Vous pouvez partir du principe que nous présenterons une équipe solide", a déclaré le directeur financier. "Nous partirons sans doute avec deux grands partenaires américains", auxquels s'ajouteront plusieurs autres de taille inférieure associés au projet.

Il a aussi expliqué qu'EADS était prêt désormais, après une période d'abstinence, à envisager de nouveau des acquisitions dans la défense, les services satellitaires ou les services.

"Tout s'est à peu près stabilisé par rapport à l'an dernier et nous allons commencer à étudier de nouveau des M&A", a-t-il dit.

Les Etats-Unis sont particulièrement intéressants pour le groupe mais celui-ci étudiera aussi des dossiers en Europe, a-t-il précisé, ajoutant que la remontée du dollar ne jouerait aucun rôle dans la décision définitive sur une offre éventuelle sur une cible, quelle qu'elle soit.

"En terme de taille, il n'y a pas de chiffre magique mais nous n'envisageons pas plusieurs milliards d'euros d'investissements", a-t-il dit.

Marc Angrand pour le service français

Copyright © 2010 Thomson Reuters

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur AIRBUS GROUP en temps réel :

Par « push » sur votre mobile grâce à l’application TradingSat Bourse


Par email

Votre avis
TradingSat
Portefeuille Trading
+326.60 % vs +13.27 % pour le CAC 40
Performance depuis le 28 mai 2008

Newsletter bfm bourse

Recevez gratuitement chaque matin la valeur du jour sélectionnée par Logo TradingSat